Faire un don
25987 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
32 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

« Fukushima, le monde de l’absurdité » : entretien avec Kenichi Watanabe

Durée de lecture : 8 minutes

5 avril 2013 / Gaïa Mugler

Kenichi Watanabe est documentariste. Il a relaté dans un film émouvant le désarroi des habitants de la région de Fukushima, chassés de chez eux par le poison nucléaire. Il témoigne du drame qui continue à peser sur le Japon.


Lundi 4 mars 2013, dans une péniche parisienne pleine comme un œuf, Le Monde après Fukushima est projeté en avant-première en présence de son réalisateur Kenichi Watanabe. Un documentaire poignant et beau, dans lequel il revient sur la catastrophe du 11 mars 2011 et sur la vie des habitants depuis lors. Les lumières se rallument. Stupeur et tremblements.

Une semaine plus tard, je le retrouve dans un café du côté de Montparnasse.

L’homme semble serein, plein de douceur. Mais on le sent aussi habité d’une indignation violente. Kenichi Watanabe vit en France, produit des documentaires pour la télévision française. Il s’exprime en français, mais c’est à la japonaise, en homme de contrastes - ou de nuances - avec le sourire et les yeux émus, qu’il vous parle du plus révoltant.

Le jour du séisme, Kenichi Watanabe est au Japon. Ironie de la situation, il attend une équipe de tournage de France parce qu’il réalise La Face cachée d’Hiroshima. L’équipe ne viendra pas. Il rentre à Paris. Et se le promet : il dira Fukushima.

Dès son arrivée en France, désastre chevillé au cœur comme une bombe de volonté et de colère, il prépare avec Arte pour son prochain documentaire. Le titre s’impose : ce sera Le Monde après Fukushima.

« LA RADIOACTIVITÉ, COMME L’ARGENT, N’A PAS D’ODEUR », dit le commentaire. Il explique aussi que Tepco, la compagnie productrice d’énergie nucléaire au Japon, verse de l’argent aux populations, échangé plus ou moins sous la table contre leur silence. De l’argent pour diviser, pour ne pas faire de vagues plus grosses que celle qui a ravagé le nord-est du Japon.

L’Etat japonais récemment devenu actionnaire principal, aide Tepco à gérer les conséquences de la catastrophe, à hauteur d’environ 13 milliards d’euros. « Tepco aurait encore besoin de 50 milliards d’euros équivalents. Si ce n’est plus ! », estime Kenichi Watanabe.

Il raconte comment au début, et « pendant trop longtemps », ce fut aux civils de trouver des solutions de secours. Depuis le tournage, peu de choses ont changé, même si la décontamination est à présent en grande partie prise en charge par des professionnels. Mais on ne sait que faire des tonnes de déchets qui s’accumulent. Comble de l’absurde, la décontamination est gérée par la même entreprise que celle qui bâtit les centrales nucléaires, et fait partie de la même famille industrielle que Tepco.

L’installation fuit toujours. Récemment, un robot y aurait été envoyé pour localiser les fissures du ciment. Avec un rire à la fois moqueur, inquiet et peut-être désabusé, Kenichi Watanabe évoque le risque de China’s syndrome : née dans un film de fiction, c’est l’hypothèse la plus grave en cas d’accident nucléaire, qui impliquerait que des éléments du cœur d’une centrale s’enfoncent dans la terre.

Si l’argent n’a pas d’odeur, il ne règle pas le problème, comme témoigne une des femmes filmées par Kenichi Watanabe : « Nous, ce qu’on veut, c’est que l’accident de Fukushima ne soit pas arrivé. On veut revenir à nos vies d’avant. Mais ce n’est pas possible. » Il y a un avant et un après Fukushima.

Pour Shinzo Kimura, scientifique interviewé dans le film, « nous sommes entrés dans l’ère nucléaire ». Selon Eiji Oguma, sociologue, « administrer les problèmes générés par le nucléaire ne peut se faire que sans transparence, au mépris de la démocratie ».

DES CONTESTATIONS

Vingt mois plus tard, le 26 décembre 2012, Shinzo Abe est élu premier ministre du Japon. Quatrième premier ministre de sa famille, issu du Parti Libéral Démocrate, il souhaite relancer les centrales nucléaires.

« Les sondages montrent pourtant que 70% des Japonais sont contre le nucléaire », signale le réalisateur qui précisément s’applique à montrer la révolte des populations et leurs actions. Les femmes, surtout, témoignent. Beaucoup de celles qui habitaient Fukushima n’ont pas quitté la région.

Le réalisateur insiste : « les gens de Fukushima -tous !- n’acceptent pas cette situation. Ils ne l’acceptent pas… Mais ils sont là. » Attachés à leurs terres, ils savent que « là où sont [leurs racines], ces dernières sont pourries ». « Je leur ai demandé de ne pas faire d’enfants », vont jusqu’à dire certaines mères à leurs filles. Douleur.

Kenichi revient sur les manifestations qui ont régulièrement lieu dans la moitié nord du Japon, et aussi devant la maison de l’ancien premier ministre, Naoto Kan, à Tokyo, tous les vendredis. Apolitiques, elles ne militent que pour l’arrêt du nucléaire. Alors comment cette même population a-t-elle pu élire un premier ministre pro-nucléaire ?

L’argument économique aurait fait mouche, d’après Kenichi Watanabe. Et puis il faut compter avec les industries et le sud du Japon, qui manifestement moins concerné par la catastrophe nucléaire que le reste du pays

DEPUIS 2011, la majorité des réacteurs japonais, qui avaient tous été stoppés, n’ont pas été remis en route. Comment le pays tient-il ? Les industries ont dans un premier temps activé leurs générateurs de secours, puis elles ont dû trouver des alternatives, tel Toyota dont les quatorze usines seraient en autonomie énergétique quasi-totale. Une partie du Japon a réduit sa consommation d’énergie. Beaucoup d’employés ont travaillé l’été dans des températures allant jusqu’à 28°C, sans air conditionné.

Contrairement à la France, le Japon a des sources d’énergie diversifiées ; le nucléaire représentait un peu moins de 30% de la production électrique. Une douzaine d’entreprises privées, essentiellement thermiques (près de 70%) ont été mises à contribution, et les énergies renouvelables ont également progressé (près de 5%).

Aujourd’hui, si le premier ministre souhaite relancer le nucléaire, c’est probablement aussi parce que certaines industries le demandent. « Mais pas toutes », affirme Kenichi Watanabe, « les industries ne sont pas l’Ennemi, il faut une coopération entre la société civile et les grands industriels. On a besoin de leur implication. Ils peuvent motiver des changements majeurs, ce sont eux qui ont les moyens de trouver des alternatives, même si les énergies renouvelables ne font pas partie des solutions envisagées sérieusement en ce moment ».

Pour que le Japon sorte la tête de l’eau, le réalisateur croit dans les initiatives qui s’inscrivent dans le quotidien et dans la répétition. Comme les manifestations qui ont lieu chaque vendredi à Tokyo. Ou encore comme les haikus tweetés par le poète Ryoîchi Wago, dont les mots qui disent l’indicible scandent Le Monde après Fukushima.

Depuis la catastrophe, ses poèmes ont été rassemblés en recueil et il continue d’écrire tous les jours ou presque. Ce sont des cris du cœur, une musique tripale, directe. Selon Kenichi Watanabe, ce type d’expressions artistiques doit se développer. Cela donne de l’espoir, du courage, pousse à l’action, et réveille les consciences, notamment par leur régularité.

Comme Ryoîchi Wago, beaucoup de Japonais sont indignés. Nombre d’entre eux, dans la région de Fukushima, ont perdu confiance dans l’Etat et dans les médias. Le réalisateur a dû batailler pour gagner la confiance des hommes et femmes qui témoignent dans son film : « ils se sentaient méprisés par une masse médiatique indécente, voire indifférente », dit-il. Lui reste frappé par la catastrophe.

Ses prochains documentaires ? Ils se centrent sur la dimension scientifique des radiations, et sur l’histoire de l’atome. Ils posent la question de ce que signifie « être irradié ». On sent toute son émotion lorsqu’il explique les parallèles entre Hiroshima et Fukushima. Comme Hiroshima, zone radioactive circonscrite avec précision, on essaie d’établir une zone définie à Fukushima, comme si le vent, l’eau, les particules nucléaires ne se déplaçaient pas. Comme à Hiroshima, la région de Fukushima devient un immense laboratoire pour le reste du monde… Et les habitants de la région sont parfois discriminés.

Le réalisateur en tremble : « Je suis en colère. C’est mon sentiment dominant. Fukushima, c’est le monde de l’absurdité. Il faut avoir beaucoup de courage pour y faire face ».

………………………….........................

POUR ALLER PLUS LOIN :

- La Face cachée d’Hiroshima, le précédent documentaire de Kenichi Watanabe, raconte l’histoire des secrets qui entoure la bombe nucléaire.

- Le Japon, l’empereur et l’armée, s’articule autour de l’article 9 de la constitution japonaise. Établi au sortir de la seconde guerre mondiale, cet article interdisait au Japon de se pourvoir d’une force armée, à l’exception de forces d’autodéfense. Aujourd’hui, le sujet est d’une actualité brûlante : il est en effet question de revoir cet article. Tout se jouera en août 2013, à l’élection du nouveau sénat. À suivre…

• Les films de Kenichi Watanabe sont en vente sur le site sales.arte.

. Le site de Kenichi Watanabe.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et portraits de Kenichi Watanabe : Gaïa Mugler pour Reporterre

Lire aussi : FUKUSHIMA : Le fil des nouvelles depuis le 11 mars 2011

DOSSIER    Fukushima

9 décembre 2019
« La grève est écologique : elle limite la production »
Entretien
9 décembre 2019
Rénovation énergétique : comment passer à la vitesse supérieure ?
Alternative
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Fukushima