Faire un don
22372 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
28 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Fukushima n’aurait subi que des vagues de 3 à 4 mètres

Durée de lecture : 3 minutes

8 avril 2011 / Cécile Dumas (Sciences et Avenir)

L’analyse des photos satellites révèle que le tsunami du 11 mars n’a entraîné que des vagues de trois à quatre mètres de hauteur sur la centrale de Fukushima.


Une cartographie précise des ravages causés par le tsunami du 11 mars sur l’île d’Honshu a été établie à Strasbourg. 900 endroits apparaissent très durement touchés. Quant au site de la centrale de Fukushima-Daiichi et à ses alentours, ils n’ont pas subi d’incursion de la vague.

..................................

Le 11 mars 2011, ce sont 400 kilomètres de côtes de l’île d’Honshu qui ont été touchées par le tsunami déclenché par le séisme d’une magnitude de 9,1 au large de Sendai. En fonction de la hauteur des vagues, des reliefs et de la forme du littoral, les dégâts provoqués par cette succession de vagues -déferlant sur l’océan à plusieurs centaines de kilomètres par heure- sont variables.

Les cartes réalisées par le Service régional de traitement d’image et de télédétection (SERTIT) basé à Strasbourg, montrent très nettement les incursions du tsunami à l’intérieur des terres. Les destructions sont très importantes dans la région de Sendai, et pour cause : près des villes d’Ishinomaki ou de Natori l’eau est entrée sur plusieurs kilomètres. Des quartiers, des pans entiers de villes sont détruits.

« Nous avons identifié 900 endroits, marqués par des carrés rouges, où les dégâts sont majeurs, explique Bernard Allenbach, du SERTIT, ce qui laisse craindre un terrible bilan humain, sachant que les premières vagues sont arrivées environ 10 minutes après le séisme. Combien ont pu fuir ? »

Une vague de 3 ou 4 m à Fukushima-Daiichi

Les dégâts sont moins importants sur la partie sud de la côte cartographiée. Ainsi la région où est installée la centrale de Fukushima-Daiichi n’a pas subi d’incursion du tsunami. Pour cette zone, la hauteur de la vague est estimée à 3 ou 4 mètres, précise Bernard Allenbach. Un peu plus au sud, la région de la centrale jumelle de Fukushima-Daiini est plus touchée.

C’est pourtant Daiichi qui a subi le plus de dégâts. Les bâtiments des réacteurs semblent être légèrement en hauteur par rapport à la mer, contrairement aux pompes qui sont devant et probablement plus exposées aux vagues. C’est aussi la centrale la plus ancienne, où les unités ont été construites entre 1971 et 1979, alors qu’à Fukushima-Daiini elles ont été construites entre 1982 et 1987.

Estimer le bilan humain

Les deux cartes, comptant 200 km de côtes chacune, ont été établies par le SERTIT à partir de 8 images fournies par le satellite SPOT 5 du CNES (France). C’est le centre national d’études spatiales qui a financé le travail de cartographie dans le cadre de la Charte internationale « espace et catastrophes majeures ».

« La première carte a été fournie 45 heures après le séisme, la seconde dès le lundi », précise Bernard Allenbach, et l’ensemble a été immédiatement transmis au Japon. A partir des 900 points rouges, il ne semble pas difficile pour les autorités japonaises, qui possèdent les données démographiques, d’estimer le nombre potentiel de victimes.

Toutes les cartes post-tsunami sont en ligne sur le site du SERTIT en haute résolution : la carte de la partie nord et de la partie sud des 400 km de côte cartographiés, ainsi que plusieurs gros plans.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/actu..., avec cartes et photos.

Complément d’information : Tepco a indiqué le 11 avril que les vagues du tsunami avaient atteint 15 mètres à Fukushima : en anglais, Japan Times.

DOSSIER    Fukushima

6 décembre 2019
Géo-ingénierie : « La Terre est une bête incontrôlable. Vouloir la mettre en laisse, c’est chercher des ennuis »
Entretien
7 décembre 2019
VIDÉO - Thomas Piketty : « Il va y avoir des crises sociales extrêmement violentes »
Entretien
7 décembre 2019
COP25 : les négociations internationales sur le climat s’enlisent
Info


Dans les mêmes dossiers       Fukushima