Fukushima : possible fuite d’eau radioactive dans un réservoir souterrain

Durée de lecture : 2 minutes

6 avril 2013 / lemonde.fr


La compagnie gérant la centrale accidentée de Fukushima a fait état dans la nuit de vendredi à samedi 6 avril d’un possible écoulement d’eau contaminée dans le sol depuis un réservoir de stockage souterrain. Tepco évalue à 120 tonnes environ la quantité de liquide qui aurait fui.

Des éléments radioactifs ont été décelés dans de l’eau accumulée entre le sol autour de la cuve et la couche externe d’un revêtement imperméable au fond du réservoir, a expliqué un porte-parole de Tepco lors d’une conférence de presse nocturne. Pour y remédier, la compagnie a commencé samedi matin à transvaser à l’aide de pompes les 13 000 tonnes d’eau du réservoir 2 défectueux vers un autre.

La cuve enterrée comprend trois couches censées empêcher l’eau de s’infiltrer dans le sol. Le réservoir (de 60 mètres sur 53 m et d’une profondeur de 6 m) est situé à 800 mètres environ de l’océan et Tepco juge peu probable que l’eau radioactive puisse s’y écouler.

INCIDENTS EN CASCADE

Les incidents se multiplient ces dernières semaines à la centrale Fukushima Daiichi mise en péril par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011. Vendredi, Tepco avait rapporté une interruption du système de refroidissement de la piscine de désactivation du combustible usé du réacteur 3, une avarie vraisemblablement provoquée par des travaux pour empêcher une récidive d’une grave panne d’électricité survenue les 18 et 19 mars. Un rat avait alors fait jonction entre deux connecteurs électriques et causé un court circuit dans les distributeurs de courant qui alimentent plusieurs systèmes de refroidissement des piscines de désactivation des assemblages de combustible usé.

Cette semaine, plusieurs autres incidents se sont produits, à cause notamment d’erreurs de manipulation d’équipements, les travailleurs œuvrant à l’extérieur dans des conditions très difficiles, en combinaisons de protection et masques intégraux. Beaucoup des moyens techniques provisoires mis en place sur le site pour éviter le pire lors de la phase aiguë de la crise sont en outre encore en service et sont de fait très vulnérables.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : lemonde.fr

Lire aussi : « Fukushima, le monde de l’absurdité » : entretien avec Kenichi Watanabe

DOSSIER    Fukushima

2 avril 2020
Désinfecter les villes ? Destructeur pour les milieux aquatiques
Info
1er avril 2020
Nous ne sommes pas en guerre
Tribune
2 avril 2020
Face au coronavirus, des collectifs appellent à la « grève des loyers » en Espagne
Info


Dans les mêmes dossiers       Fukushima





Du même auteur       lemonde.fr