Indonésie : les feux de forêt ont repris à grande échelle

Durée de lecture : 1 minute

16 mai 2011 / AFP

La qualité de l’air s’est dégradé en Malaisie en raison des fumées provoquées par les feux de forêt sur l’île indonésienne de Sumatra. Ceux-ci préparent la culture de palmiers à huile.


JAKARTA - La qualité de l’air a atteint ces derniers jours des niveaux malsains en Malaisie en raison des fumées provoquées par les feux de brûlis sur l’île indonésienne de Sumatra, un problème récurrent à chaque saison sèche, ont indiqué vendredi 13 mai les autorités.

L’indice de pollution atmosphérique s’est élevé jeudi à 104, un niveau considéré comme néfaste pour la santé, dans certaines régions côtières de Malaisie proches du détroit de Malacca qui sépare les deux pays.

L’Indonésie a dépêché 120 pompiers avec des équipements spéciaux pour combattre les incendies, probablement allumés, comme à chaque saison sèche, par des paysans et des exploitants forestiers qui défrichent et préparent ainsi des terrains pour les cultures.

Les fumées (de cette semaine) proviennent de régions de tourbières défrichées pour des plantations de palmiers à huile, a indiqué un responsable du ministère indonésien de la Forêt, Deni Haryanto. Le feu peut être éteint à la surface mais il continue sous terre et réapparaît, a-t-il ajouté.

Cette pratique des brûlis, interdite par la loi, provoque régulièrement des nuages de fumée qui, en raison des vents, affectent surtout Singapour et la Malaisie.

Les autorités de ces deux pays appellent régulièrement l’Indonésie à agir plus fermement contre les incendiaires.

En 1997 et 1998, des incendies similaires avaient échappé à tout contrôle et obscurci le ciel d’une partie de l’Asie du Sud-Est pendant des mois, provoquant de nombreuses perturbations, notamment de la santé publique et du trafic aérien, et causant des pertes économiques estimées à 9,3 milliards de dollars.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.romandie.com/news/n/_Air...

Lire aussi : Les Pénans de Bornéo menacés par l’huile de palme

DOSSIER    Forêts tropicales

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 septembre 2019
À Paris comme dans le monde, la jeunesse en grève pour le climat
Reportage
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales