14 %
Objectif 30 000 €

Karima Delli : « Il faut être à l’écoute des gens et leur proposer de bâtir la société écologiste »

11 octobre 2016 / Karima Delli



Europe Écologie-Les Verts organise sa primaire pour désigner le ou la candidate écologiste à l’élection présidentielle. Le vote se déroule par correspondance jusqu’au 17 octobre pour le premier tour. Reporterre donne la parole, pendant quatre jours, à chacun(e) des quatre candidat(e)s.

Karima Delli est députée européenne et candidate à la « primaire de l’écologie ».

Comme les autres candidat(e)s à la primaire, elle répond à la question posée par Reporterre  : « Comment installer l’écologie dans le débat de 2017 ? »


L’élection présidentielle à venir pourrait être l’occasion d’une rencontre fructueuse entre les Français et l’écologie. Or, tout indique que c’est l’inverse qui va se produire. Nicolas Hulot a jeté l’éponge, et Dany Cohn-Bendit fait les yeux doux à Emmanuel Macron… Sur le papier, c’est perdu d’avance. Si tout se passe comme prévu, nous sommes condamnés à assister de loin à un 2e tour entre la droite et son double extrême. Et l’écologie à finir aux oubliettes, victime des haines attisées par Marine Le Pen avec la complicité de Nicolas Sarkozy. Je ne peux m’y résoudre.

Car l’écologie est déjà installée dans la vie des Françaises et de Français. Ils trient, s’inquiètent du dérèglement climatique, font attention à leur alimentation, à leur consommation d’eau et d’énergie, ils sont contre l’obsolescence programmée et s’émeuvent de la condition animale. En bref, elles et ils sont déjà écolos. Pourquoi, alors, les sondages montrent-ils qu’ils ne sont pas prêts à voter pour les écologistes à l’élection présidentielle ? Comment expliquer une telle déconnexion entre leur mode de vie et leurs intentions de vote ?

Le problème tient avant tout aux pratiques politiques qui ont été les nôtres ces dernières années. Après tout, entre 2009 et 2010, nous avions bien réussi à installer l’écologie dans le débat ! Au-delà de l’attelage Dany-Eva Joly-José Bové, il y avait aussi ce qui devrait être le cœur de toutes nos actions : le projet, tout le projet, rien que le projet ! Au lieu de quoi, nous avons largement fait passer notre stratégie d’alliance avec le Parti socialiste avant tout le reste. Nos dirigeants se sont enfermés dans un jeu politicien catastrophique pour notre image, et celle de l’écologie en général. Si l’exercice du pouvoir se résume à avaler des couleuvres, ce n’est pas ma vision.

Donner l’envie aux Français de transformer dans les urnes ce qui les motive au plus profond d’eux-mêmes 

« Mais où êtes-vous, les écolos ? » Cette question qu’on nous pose depuis 5 ans, il ne tient qu’à nous de la régler. À moins de disparaître, et de laisser l’écologie aux hypocrites, Ségolène Royal en tête ! Pour cela, il faut arrêter de regarder notre nombril. Il faut sortir des discussions entre apparatchiks, en finir avec les accords rédigés sur un coin de table. Il faut nous ouvrir à nouveau, être à l’écoute des gens et leur proposer de construire ensemble la société écologiste !

Je suis candidate parce que je pense qu’il suffirait de peu pour donner l’envie aux Français de transformer dans les urnes ce qui les motive au plus profond d’eux-mêmes.

Cette Ve République nous laisse spectateurs de la cour du monarque républicain, au fait de sa toute-puissance grâce au 49-3 ? Débarrassons-nous de ce régime fossilisé, lançons une constituante et écrivons ensemble la page suivante !

La pauvreté frappe 9 millions de nos concitoyens ? La robotisation menace de supprimer des millions d’emplois d’ici peu ? Mettons en place un revenu de base universel et inconditionnel, pour lutter contre la pauvreté et repenser notre rapport au travail ! Multiplions les expérimentations comme le font les écolos en Aquitaine.

Les pics de pollution rendent nos vies impossibles en ville ? Sortons enfin du diesel, en 5 ans, pour débarrasser nos routes de ces voitures-poubelles !

Les pesticides menacent notre organisme et l’environnement ? Offrons-nous le droit de manger mieux, en les bannissant du marché européen !

Notre industrie est au bord de l’implosion ? Investissons dans la transition énergétique, et créons les industries de demain, qui redynamiseront nos territoires et redonneront sens à notre travail, en étant focalisés sur la satisfaction des besoins collectifs.

Le travail a perdu de son sens, et n’est plus qu’une souffrance pour nombre d’entre nous ? Investissons dans les circuits courts, créons les emplois de demain, durables, et focalisés sur la satisfaction du bien commun !

Dépolluons le débat des thèmes futiles imposés par l’alliance Le Pen-Sarkozy

Pour cela, je suis convaincue que l’apport de nouvelles têtes peut faire une énorme différence. Qui peut s’estimer heureux de voir en 2017 les mêmes qu’en 2012 et 1995 ? Le Pen attise les peurs et surfe sur la haine créée par ses alliés objectifs de Daech. Sarkozy ne devrait pas pouvoir être candidat, après toutes les casseroles qu’il traîne. Juppé a d’ores et déjà dépassé l’âge de départ à la retraite qu’il voudrait fixer s’il arrive au pouvoir ! Et Hollande aura passé cinq ans à promettre le redressement qui n’a jamais eu lieu. Ces gens sont usés. Usés par le pouvoir, par les mensonges, et par les petites phrases assassines qui n’intéressent plus personne. Usés par l’entre-soi de cette élite parisienne. À eux seuls, ils suscitent la défiance parmi nos proches, nos amis, et nos voisins.

Pour changer la politique, changeons le politique. Dépolluons le débat des thèmes futiles imposés par l’alliance Le Pen-Sarkozy : débarrassons-nous du burkini, et popularisons le revenu de base ! Pour ce faire, rien de tel que de proposer aux Français des représentants qui leur ressemblent. Issue d’une famille de 13 enfants, fille d’ouvriers textiles, je sais de quoi je parle quand je prononce le mot « populaire ». Je sais le bonheur d’être française, mais aussi les combats nécessaires pour être vue comme une Française comme les autres. Enfant de la République aux origines multiples, je ne céderai jamais sur l’importance du partage, de l’échange, et de l’attention à l’Autre.

« L’important, ce n’est pas d’où tu viens, mais où nous allons ensemble », c’était le mot d’ordre d’Europe Écologie il n’y a pas si longtemps. Cela avait permis l’écologie de pénétrer tous les foyers. Aujourd’hui, face à la segmentation de la société, ce n’est plus une chance : c’est une nécessité. Il est temps de respirer enfin, et de retrouver ensemble la passion de l’avenir. Les fractures françaises ne sont pas une fatalité. L’écologie contient les réponses économiques, sociales, et culturelles à ces maux qui nous frappent. Le projet hérité de René Dumont est plus que jamais riche de belles idées pour soulager notre société, et construire l’avenir avec elle. Alors, dotons-nous de l’énergie nécessaire pour les porter ! J’y suis prête.


  • Plus de 17.000 personnes vont participer à la « primaire de l’écologie », selon les chiffres d’EELV. Celle-ci se déroule par correspondance, jusqu’au 17 octobre minuit pour le premier tour, dont le dépouillement est prévu le 19 octobre. Puis jusqu’au 7 novembre minuit pour le second tour, avec un dépouillement prévu le 10 novembre.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’appel d’Eva Joly pour participer à la primaire d’EELV

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photos : Wikimedia (Yann (talk)/CC-BY-SA-4.0)

THEMATIQUE    Politique
2 décembre 2016
Une soupe chez BNP Paribas pour mettre l’évasion fiscale sur la table
Reportage
3 décembre 2016
Stress, anxiété, dépression ? Cultivez la verveine
Chronique
3 décembre 2016
Cuba, le pays de l’agriculture biologique
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Karima Delli