L’Andra utilise des youtubeurs pour rendre « cool » les déchets radioactifs

Durée de lecture : 7 minutes

22 janvier 2020 / Julien Baldassarra (Réseau Sortir du nucléaire)

L’Andra, l’agence publique qui pilote le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, mise sur des influenceurs, notamment sur YouTube, pour faire sa promotion auprès des jeunes.

Julien Baldassarra est chargé de campagne pour le réseau Sortir du nucléaire.


Pour conquérir les 18-25 ans, l’Andra (l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) développe une stratégie numérique. En 2017, l’agence se targue par exemple d’« alimenter régulièrement ses sites Internet, et renforcer ses canaux de dialogue sur les réseaux sociaux (comptes Twitter, Facebook, Dailymotion, YouTube, Flickr...) » [1]. Puis de se féliciter qu’« entre 2014 et 2016, une quarantaine de blogueurs (…) ont été accueillis pour une découverte du laboratoire souterrain, de l’Écothèque et des démonstrateurs technologiques », avant d’ajouter — sans préciser s’il s’agit de publicité déguisée — que « ces visites peuvent donner lieu à la rédaction d’articles de blogs, des vidéos, des interactions en ligne, des reportages BD ».

Sur YouTube, l’agence poste très régulièrement sur sa chaîne. Pourtant, celle-ci ne comptabilise que 390 abonnés, tandis que les vidéos suscitent rarement plus de 1.000 vues et engrangent peu de like et de commentaires. Alors, l’Andra externalise sa communication en collaborant avec des youtubeurs science largement plus visibles.

Depuis 2018, plusieurs youtubeurs ont ainsi visité le Centre Meuse/Haute-Marne à l’invitation de l’Andra. Situé à Bure (Meuse) et géré par l’agence publique, ce laboratoire/musée travaille sur le futur Centre industriel de stockage géologique (Cigéo), projet d’enfouissement des déchets radioactifs les plus dangereux. Le lieu — qui accueille toute l’année sorties scolaires et visites guidées — sert également à communiquer sur un projet difficilement acceptable, tant scientifiquement qu’éthiquement.

Les lieux communs habituellement débités par la filière nucléaire

En janvier 2019, le site de Reporterre montrait déjà comment l’Andra avait démarché trois youtubeurs spécialisés dans la vulgarisation scientifique pour visiter ses installations et véhiculer une image positive de la gestion des déchets radioactifs. Depuis, deux d’entre eux ont donné des interviews à l’Andra [2].

Sur la chaîne YouTube de l’Andra, dans la rubrique dédiée aux chaînes amies auxquelles l’agence est abonnée, on trouve — au milieu des chaînes des industriels de l’atome et des lobbies — la chaîne Le Réveilleur [3]. Et pour cause : reconnu pour sa clarté et accessoirement pour ses positions pronucléaires, le youtubeur s’est emparé du sujet de la gestion des déchets radioactifs. En 2018, il faisait partie des youtubeurs invités à visiter le laboratoire, comme le confirme une récente interview accordée… à l’Andra.

La chaîne YouTube de l’Andra.

En octobre 2019, c’est au tour d’AstronoGeek de mettre en ligne un vlog particulièrement favorable à l’Andra et au projet Cigéo. Si le vidéaste aux 580.000 abonnés se défend d’être en mission pour l’agence, la publication de sa vidéo sur le site de l’Andra a de quoi interpeller. Mais alors les vidéos en question cajolent-elles vraiment l’Andra et ses activités ?

Tandis que les images d’une maquette en Lego défilent à l’écran, la voix off d’AstronoGeek répète qu’il est simplement « factuel ». Pourtant, tout au long de sa vidéo, il reprend tel quel les lieux communs habituellement débités par la filière nucléaire : « Ceux qui résumeraient le nucléaire à quelques incidents et quelques accidents graves dans le monde n’ont rien compris à la question. » « L’équipe du laboratoire est extrêmement transparente. » « Que vous soyez pronucléaires ou antinucléaires, les déchets existent déjà donc il faut les stocker, donc des sites comme celui de Bure doivent exister. » « Beaucoup d’ONG antinucléaires sont extrêmement partisanes et font une opposition de principe à base d’arguments fallacieux. »

Le youtubeur vulgarisation finit même par déclarer que « si on arrête le nucléaire demain, on va grandement augmenter la quantité de déchets, parce qu’il y a énormément de choses utilisées dans les centrales qui sont recyclées et réutilisées ». Sans autre forme de vérification, AstronoGeek diffuse le mythe — fallacieux pour le coup — d’un combustible recyclé. Pourtant, un rapport de Global Chance paru en 2016 démontre comment seule une infime partie des combustibles irradiés est effectivement réutilisée.

 Difficile de remettre en question le discours affûté de l’institution ou de faire preuve d’esprit critique

Malgré les promesses de neutralité martelées par les youtubeurs qui se laissent guider dans les galeries creusées à 500 mètres sous terre par l’Andra, les vidéos réalisées après leur expérience reproduisent les codes de la communication habituellement déployée par l’agence. Sous couvert de pédagogie, les youtubeurs digèrent et recrachent les arguments et les éléments de langage préfabriqués par l’Andra. Et pour cause, lorsqu’on leur demande ce qu’ils connaissent de la gestion des déchets radioactifs, plusieurs répondent « en réalité pas grand-chose » ou « absolument rien ».

Difficile donc, de remettre en question le discours affûté de l’institution ou de faire preuve d’esprit critique. Si bien qu’AstronoGeek en arrive à affirmer que « l’Andra n’a pas grand-chose à voir avec l’industrie nucléaire ». Le créateur ignore sans doute que « le projet Cigéo est financé par les trois acteurs de la filière électronucléaire (EDF, CEA et Orano) » [4] et que l’Andra siège au GIP (groupement d’intérêt public) : ce fonds, abondé par les industriels du nucléaire, distribue des centaines de millions d’euros aux particuliers et aux communes pour faire accepter le projet.

« On descend à 500m sous terre ! (Hors-Série) », vidéo de AstronoGeek du 23 octobre 2019.

À la fin de la vidéo, le spectateur ne saura rien des critiques du projet qui émanent d’une partie de la communauté scientifique et de la société civile, rien non plus sur les agissements parfois illégaux de l’Andra ou la répression inédite qui s’abat sur les opposants.

Toujours est-il que la formule fait recette puisqu’en octobre, c’est au tour d’EDF de solliciter deux youtubeurs et cinq instagrameuses pour visiter sa centrale nucléaire de Gravelines (Nord), vidéos et story à la clé.


Compléments d’info :

. Dans un tweet de réponse à cette tribune, l’Andra indique : « Parfois, nous travaillons avec des médiateurs de sciences comme @EspritSorcier ou d’autres, auquel cas le partenariat rémunéré est clairement affiché. Dans le cas présent, @Le_Reveilleur et @AstronoGeek n’ont pas été rémunérés pour leurs vidéos. »

. Le Réveilleur nous a par ailleurs précisé qu’il n’avait pas été payé par l’Andra pour la réalisation d’une vidéo sur les déchets nucléaires. Lire ici.



[1Andra, Projet Cigéo, Le dialogue et la concertation avec la société. Bilan 2014, 2016.

[2Simon Puech et Dave Sheik dans lesquelles ils confient avoir été débauchés via l’agence de partenariats commerciaux Influence4You. L’un d’eux confirmera sur Twitter que « personne n’a jamais caché qu’il s’agissait d’une opération sponsorisée ». Des trois vidéos en question, seule la sienne comportait effectivement la mention « inclut une communication commerciale ».

[3Le youtubeur Le Réveilleur a réagi à cette tribune dans un commentaire que l’on peut lire ici

[4Rapport financier 2018, Andra


Lire aussi : Déchets nucléaires : l’Andra paye des médias pour orienter l’opinion en faveur de Cigéo

Source : Courriel à Reporterre

Photos :
. chapô : « Stockage géologique profond des déchets radioactifs - DÉCHETS RADIOACTIFS #4 », chaîne YouTube de Le Réveilleur
. AstronoGeek : YouTube

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

DOSSIER    Déchets nucléaires Nucléaire

20 février 2020
L’écologie au pouvoir : bilan d’un mandat à Grenoble
Reportage
20 février 2020
Pour soutenir la pêche locale, vive la vente directe
Tribune
21 février 2020
Coronavirus : « Ne stigmatisons pas les chauves-souris »
Info


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires Nucléaire