L’Europe à l’assaut des terres agricoles mondiales - et d’Ukraine

Durée de lecture : 2 minutes

8 septembre 2014 / Agnès Stienne (Farm Land Grab)

Chaque jour, des petits paysans se voient dépossédés de leur unique moyen de subsistance. Les sociétés agro-industrielles et les spéculateurs européens contrôlent déjà dix-sept millions d’hectares de terres agricoles mondiales hors de leurs pays, dont plus d’un million en Ukraine.


En 2014, selon Land Matrix, le site internet qui recense les contrats documentés — tous ne le sont pas, c’est un business encore assez opaque —, près de trente-six millions d’hectares de terres, à l’échelle mondiale, ont fait l’objet de transactions foncières, et quatorze millions d’hectares sont en cours de négociation.

Certes, l’historique de ces données permet de voir qu’environ un contrat sur sept (13 %) n’aboutit pas. Mais de nouvelles tractations s’ouvrent à chaque instant, et les acquisitions de larges étendues de terres arables progressent inexorablement.

Chaque jour, des petits paysans (dont une part importante de femmes) se voient dépossédés de leur unique moyen de subsistance. Et ces accaparements de terres, destinés aux marchés d’exportation, provoquent une pression croissante sur les ressources alimentaires des pays les plus pauvres.

Mais pas seulement. Lorsque, le 22 février 2014, les Ukrainiens de la place Maidan destituent Viktor Ianoukovitch, 1,6 million d’hectares de terres des plus fertiles d’Ukraine étaient passées, par l’affairisme du président, entre les mains d’investisseurs étrangers, dont 1,3 million au profit d’Européens.

La semaine suivante, le négociant danois Trigon Agri, jouissant de 52 000 hectares en Ukraine, estimait sans inquiétude qu’« il est fort probable que tout ceci conduira à un environnement plus favorable pour les affaires que celui que nous avons connu ces dernières années ». C’est dire !

Les investisseurs des quinze pays européens les plus riches ont désormais, à eux seuls, jeté leur dévolu sur plus de dix-sept millions d’hectares de terres, dont 70 % sur le continent africain. Sans surprise, on y cultive des agrocarburants, des céréales, des palmiers à huile, du soja, du bois, du caoutchouc.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Farm Land Grab (Complément d’information : Carte interactive de la liste des acquisitions de terres agricoles faites à l’étranger par les entreprises européennes)

Photo : Wikipedia (NightThree / CC BY 2.0)

Lire aussi : De l’Inde à l’Ile-de-France, l’accaparement des terres se poursuit

DOSSIER    Europe

THEMATIQUE    International
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Europe



Sur les mêmes thèmes       International