L’Exposition universelle devrait détruire des terres agricoles à Saclay

Durée de lecture : 3 minutes

21 juillet 2017

La France pourrait accueillir l’Exposition universelle de 2025 et elle serait implantée sur le plateau de Saclay (Essonne), déjà soumis à une artificialisation importante. Les associations écologistes protestent contre cette destruction des terres agricoles dans un texte que nous reproduisons ci-dessous :

« Nous avons appris, mercredi 12 juillet, que le GIP a finalement choisi le plateau de Saclay pour accueillir l’Exposition Universelle en 2025, au cas où la candidature de la France serait retenue. Cette décision a été prise sans considération des incertitudes foncières et juridiques qui pèsent sur le site proposé, et au mépris de l’avis des populations, exprimé dans plusieurs sondages et pétitions récents.

Depuis dix ans, dans le cadre du projet de cluster Paris-Saclay, les terres du plateau de Saclay subissent un bétonnage effréné. Ces terres de grande qualité agronomique, situées aux portes de Paris, ont une valeur inestimable dans le contexte du changement climatique et des nécessaires évolutions de notre modèle de développement. Leur destruction est de plus en plus contestée par les habitants et les salariés de la région, qui demandent un moratoire sur le processus d’urbanisation et de concentration en cours. Le moment est venu de réfléchir à un équilibre raisonnable entre la vocation agricole millénaire du plateau de Saclay, et les activités de recherche et d’innovation qui s’y sont implantées.

Dans ce contexte, l’accueil de l’Exposition Universelle, en artificialisant jusqu’à 110 hectares de terres supplémentaires (après les 400 déjà détruits ou en voie de l’être) et en générant un besoin nouveau d’infrastructures lourdes (métro, élargissements routiers) pour l’accueil temporaire sur ce territoire enclavé de 60 millions de visiteurs sur 6 mois, constitue une fuite en avant inadmissible. Ce projet vise en particulier à imposer la construction de la ligne 18 du Grand Paris Express, projet surdimensionné et non rentable qui fait l’objet d’avis négatifs ou très réservés d’experts et d’autorités de l’Etat, ainsi que de recours de la part d’associations et de collectivités

La candidature de Paris Saclay a été portée à marche forcée par quelques élus aux commandes des collectivités territoriales, sans information sérieuse des populations. Son coût pharaonique pèsera lourdement sur les finances publiques, alors que ces mêmes moyens sont refusés pour soutenir l’enseignement, la recherche, l’amélioration des transports existants ou les services de santé de proximité. Ces mêmes élus ont propagé à l’envi les promesses mirobolantes de 160 000 créations emplois pérennes et 23 milliards d’euros de retombées économiques annoncées par ExpoFrance. Ces chiffres gonflés et sans fondement sont une tromperie du public.

Les signataires du présent appel condamnent cette décision absurde et ne renonceront pas à convaincre les habitants et salariés du territoire de s’opposer à ce projet.

Liste des signataires :

-  Organisations, associations et collectifs : AMAP des Jardins de Cérès, Association Bures-Orsay-Nature, ATTAC Nord-Essonne, Ensemble ! Orsay, Gif Terre Citoyenne, Groupe Local EELV Paris-Saclay, Moulon2020, Palaiseau Terre Citoyenne, SNESUP & SNASUB Paris Sud, Urgence Saclay,
Mouvement Utopia

- Personnalités : Anne Launay, conseillère départementale de l’Essonne
Michel Rouyer et Serge Moronvalle, élus à la Communauté Paris-Saclay
Marie-Pierre Digard, maire adjointe, Orsay. Élue à la Communauté Paris-Saclay, Patricia Kasperet, conseillère municipale, Bures-sur-Yvette, Jaques Pegon, conseiller municipal, Gif-sur-Yvette. »

  • Source : Courriel à Reporterre


Lire aussi : À Saclay, on détruit des terres agricoles sous prétexte de compensation environnementale


26 février 2020
Cinq candidats aux municipales de Paris ont débattu de leurs propositions écologiques
Lire sur reporterre.net
26 février 2020
Le gouvernement refuse d’interdire la pub pour la malbouffe ciblant les enfants
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
Rivières à sec, nappes au plus bas : 2019, une année noire pour l’eau en France
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
En Australie, les incendies ont détruit 20 % des forêts
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
Coronavirus : l’air chinois est moins pollué
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
Top départ du débat national sur l’avenir de l’agriculture
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
Salon de l’agriculture : des activistes ont envahi le stand du ministère
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
ONG et syndicats demandent un plan pour une transition sociale et écologique de l’agriculture
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
En Iran, huit écologistes condamnés à plusieurs années de prison
Lire sur reporterre.net
22 février 2020
Le gouvernement veut libérer dans l’environnement les déchets à très faible radioactivité
Lire sur reporterre.net
21 février 2020
Mille scientifiques l’affirment : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire »
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Fin d’un permis de recherches d’hydrocarbures : le gouvernement accusé de double jeu
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Le jaguar, l’éléphant d’Asie et le requin océanique seront mieux protégés
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
Contre l’extension de l’aéroport de Roissy, 15 associations déposent un recours
Lire sur reporterre.net
20 février 2020
L214 dévoile une nouvelle vidéo choc, tournée dans un abattoir de veaux
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Grands Projets inutiles

8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
25 février 2020
Étendre la durée de la chasse ne limitera pas la prolifération du gibier
Info
26 février 2020
À Saillans, la démocratie participative nourrit la transition écologique
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles