Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Tribune — Économie

L’accord de libre-échange États-Unis/Europe menace l’environnement et l’alimentation

La Commission européenne a mandat pour négocier un accord de libre-échange avec les Etats-Unis. Cela risque fort de conduire à des reculs sur les OGM, l’emploi des hormones dans l’alimentation, l’échange des semences ou la réglementation sur les pesticides.


Le Parlement européen a donné mandat, le 23 mai, à la Commission européenne pour négocier les accords de libre-échange Union Européenne/Etats-Unis. Au même moment, la Confédération paysanne, auditionnée par le groupe de travail inter-Commission de l’Assemblée nationale exprimait de fortes craintes quant aux conséquences de ce futur accord.

La pression des multinationales américaines derrière ce « partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement » n’est plus à démontrer. Si l’on y ajoute l’épouvantail de la récession qui a déjà touché la France et menace toute l’Europe, le mandat donné aux commissaires européens est de s’incliner devant les patrons des grandes firmes qui n’attendent qu’une brèche pour exporter leur malbouffe.

La boite de Pandore risque donc de s’ouvrir. Depuis 20 ans, la Confédération paysanne, avec la Via Campesina Europe et international, et de multiples partenaires de la société civile, a rejeté les cultures d’OGM, la confiscation des semences, l’importation de viandes bovines hormonées, le poulet désinfecté au chlore et les carcasses de viande bovine trempées dans l’acide lactique pour dissimuler la médiocrité sanitaire des abattoirs américains.

Le rejet de l’hormone laitière de Monsanto et le refus de produits animaux issus du clonage sont aussi à notre actif et ne doivent sous aucun prétexte être renégociés. Aucune justification ne peut être admise pour céder sur l’alimentation des Européens et sur le travail des paysans du continent.

Après toutes ces victoires, nous savions que la contre-attaque viendrait. La Confédération paysanne affirme, avec tous ceux qui ont aussi mené ces combats, que nous ne laisserons pas passer ces accords.


Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende