Coût de Cigéo : le rapporteur du Conseil d’État douche les associations

Durée de lecture : 5 minutes

21 mars 2018 / par Émilie Massemin (Reporterre)

La rapporteuse Mireille Le Corre a réclamé le rejet des requêtes des associations lors de l’audience au Conseil d’État consacrée aux coûts du projet Cigéo, lundi 19 mars peu après 14 h. Le 3 mars 2016, le réseau Sortir du nucléaire, France nature environnement, Mirabel-Lorraine nature environnement et BureStop55 avaient saisi l’institution et réclamé l’annulation de l’arrêté du 15 janvier 2016, signé par la ministre de l’Environnement de l’époque Ségolène Royal, qui établissait à 25 milliards d’euros [1] le « coût objectif » du projet d’enfouissement des déchets radioactifs en couche géologique profonde à Bure (Meuse). « Soit un montant inférieur à près d’un tiers à celui évalué par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) », déplorait dans un communiqué daté du 14 mars le réseau Sortir du nucléaire, qui accusait la ministre de « complaisance envers les producteurs de déchets » radioactifs (EDF, Orano [ex-Areva] et CEA) censés financer le projet.

Depuis la loi du 26 juin 2006 qui retient le choix de l’enfouissement, les évaluations des coûts de Cigéo se suivent et ne se ressemblent pas. Lors du débat public de 2013, le coût du projet était évalué à 16,6 milliards d’euros, une estimation qualifiée d’« obsolète » par les opposants. En 2014, un rapport de la Cour des comptes relevait l’écart entre les évaluations effectuées en 2009 par l’Andra — 33,8 milliards d’euros —, le cabinet d’audit PwC — entre 39,1 et 43,6 milliards d’euros —, et les producteurs de déchets — 14,8 milliards d’euros. La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) a ensuite demandé une nouvelle évaluation des coûts à l’Andra, soumise à l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et aux observations des producteurs de déchets radioactifs. Rebelote : en 2016, l’Andra a annoncé tabler sur un projet à 34,5 milliards d’euros, un chiffre qualifié d’« optimiste » par l’ASN mais rapporté à 20 milliards d’euros par les producteurs.

La rapporteuse a rejeté l’argument du ministère de la Transition écologique et solidaire selon lequel l’arrêté de 2016 était un « acte préparatoire » « non réglementaire », que le coût indiqué n’était pas définitif et qu’il n’y avait donc pas lieu de l’accuser d’abus de pouvoir. Mais elle a également écarté tous les arguments des associations. Ces dernières avaient invoqué un droit à l’information en cas d’impact significatif du projet sur l’environnement. « Cet arrêté a une incidence directe sur les comptes des exploitants qui produisent les déchets radioactifs, mais nous avons des difficultés à établir son impact direct sur l’environnement », a répliqué Mme Le Corre.

« Le seul critère devrait être de savoir si les montants qu’ils provisionnent sont suffisants pour financer le projet » 

La rapporteuse a également estimé que la participation du public réclamée par les associations ne devait pas forcément porter sur l’évaluation des coûts du projet mais sur les modalités de gestion des déchets radioactifs — « ce qui sera le cas », a-t-elle souligné. Mercredi 7 mars, le secrétaire d’État Sébastien Lecornu avait annoncé la tenue l’automne prochain d’un débat public sur les déchets radioactifs. Les associations locales et les opposants à Cigéo avaient dénoncé une mascarade, alors que la répression à Bure était plus forte que jamais.

Enfin, Mme Le Corre n’a pas jugé que Ségolène Royal avait commis une erreur manifeste d’appréciation en fixant le montant de 25 milliards d’euros. « Nous estimons qu’il était loisible au ministre de prendre une évaluation inférieure qui reste dans la fourchette de l’Andra », a-t-elle estimé, décrivant l’arrêté comme « une décision de compromis visant à ne pas faire peser le coût de la gestion des déchets radioactifs sur les générations futures tout en ne grévant pas de manière indue la capacité d’investissement des exploitants » producteurs de déchets radioactifs. « Ce qui semble le plus important, c’est que cette évaluation des coûts soit mise à jour régulièrement », a-t-elle conclu. Plusieurs réévaluations des coûts sont en effet imposées à l’Andra et aux exploitants, la prochaine devant être remise au moment du dépôt de la demande d’autorisation de création (DAC) prévue pour 2019.

Charlotte Mijeon, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire et Me Delalande, l’avocat des associations, lundi 19 mars, au Conseil d’État.

« La rapporteuse a bien retenu que les sous-évaluations chroniques de la fin des années 2000 étaient condamnables et coupables », s’est consolé l’avocat des associations, Me Samuel Delalande, à la sortie de l’audience. Mais il s’est montré très critique à l’encontre de ses conclusions : « La surcharge sur les comptes des exploitants ne devrait pas être un critère. Le seul critère devrait être de savoir si les montants qu’ils provisionnent sont suffisants pour financer le projet. Elle a présenté un compromis qui n’a pas lieu d’être. »

Charlotte Mijeon, porte-parole du réseau Sortir du nucléaire, a relevé pour sa part les nombreuses incertitudes qui pèsent encore sur le coût du projet : « Depuis la dernière évaluation, l’ASN a pointé les risques d’incendie et le problème des déchets bitumineux. Par ailleurs, la Commission nationale d’évaluation a critiqué dans un rapport la manière dont le taux d’actualisation avait été fixé. Les incertitudes laissent présager une hausse des coûts plutôt qu’une optimisation. » Dans la soirée, les associations ont réclamé au ministère de la Transition écologique et solidaire qu’il commande en urgence une réactualisation de l’évaluation des coûts de Cigéo.

Quant au Conseil d’État, il devrait rendre sa décision dans un délai de trois semaines.



[1Sur une période de 140 ans à partir de 2016, aux conditions économiques du 31 décembre 2011.


Source : Émilie Massemin pour Reporterre

Photos : © Émilie Massemin/Reporterre
. chapô : le laboratoire souterrain de l’Andra, dans la Meuse.



28 février 2020
Des gendarmes se rendent à une réunion de militants anti-pesticides
Lire sur reporterre.net
28 février 2020
Lubrizol mise en examen pour « atteinte grave » à la santé et l’environnement
Lire sur reporterre.net
27 février 2020
27 associations demandent la dissolution de la cellule Déméter
Lire sur reporterre.net
27 février 2020
La justice britannique rejette l’extension de l’aéroport de Londres
Lire sur reporterre.net
26 février 2020
Cinq candidats aux municipales de Paris ont débattu de leurs propositions écologiques
Lire sur reporterre.net
26 février 2020
Le gouvernement refuse d’interdire la pub pour la malbouffe ciblant les enfants
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
Rivières à sec, nappes au plus bas : 2019, une année noire pour l’eau en France
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
En Australie, les incendies ont détruit 20 % des forêts
Lire sur reporterre.net
25 février 2020
Coronavirus : l’air chinois est moins pollué
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
Top départ du débat national sur l’avenir de l’agriculture
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
Salon de l’agriculture : des activistes ont envahi le stand du ministère
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
ONG et syndicats demandent un plan pour une transition sociale et écologique de l’agriculture
Lire sur reporterre.net
24 février 2020
En Iran, huit écologistes condamnés à plusieurs années de prison
Lire sur reporterre.net
22 février 2020
Le gouvernement veut libérer dans l’environnement les déchets à très faible radioactivité
Lire sur reporterre.net
21 février 2020
Mille scientifiques l’affirment : « Face à la crise écologique, la rébellion est nécessaire »
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Déchets nucléaires

28 février 2020
La forêt est un bien commun, pas une entreprise
Tribune
17 février 2020
Exclusif : le kit de Reporterre pour aider les maires (et les citoyens) à devenir écolo
Enquête
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires



Du même auteur       Émilie Massemin (Reporterre)