L’eau est le talon d’Achille de la Catalogne

Durée de lecture : 6 minutes

3 octobre 2017 / Lætitia Dive (Reporterre)

La Catalogne devrait rapidement proclamer son indépendance vis-à-vis de l’Espagne. Mais si la communauté autonome juge avoir les reins économiques assez solides pour devenir un État, elle reste très peu autonome dans son accès à l’eau.

  • Espagne, correspondance

Dimanche 1er octobre, le référendum sur l’indépendance de la Catalogne s’est déroulé dans une grande confusion. Jugé illégal par l’exécutif espagnol, le scrutin a été largement perturbé par des violences policières contre les électeurs, violences qui se sont traduites par plus de 800 blessés. Pourtant, dans la soirée, le gouvernement catalan affirmait que le oui atteignait les 90 %, soit 2,02 millions de voix sur 2,26 millions de votants. À Madrid, le Premier ministre, Mariano Rajoy, estimait, lui, qu’il n’y avait « pas eu de référendum ». La suite des événements reste très incertaine. S’appuyant sur les résultats du vote, le Parlement de Barcelone pourrait voter l’indépendance mercredi 4 octobre ou jeudi.

Le reste de l’Espagne pourrait alors mettre des bâtons dans les roues de la Catalogne dans sa route vers l’indépendance, notamment en renégociant son accès aux ressources hydriques. « Pour l’instant l’eau n’est pas un argument qui a été utilisé officiellement, note Dario Salinas Palacios, auteur d’une thèse sur la géopolitique de l’eau en Espagne, mais le problème existe et on le sait des deux côtés. » Si la communauté autonome dispose de bassins internes qui couvrent les besoins de 52 % de son territoire, elle doit aussi puiser dans l’Èbre, principalement pour l’irrigation. Or, ce fleuve — le plus puissant d’Espagne — traverse d’autres autonomies avant d’arriver en Catalogne : « Il prend sa source dans le nord du pays, puis traverse notamment l’Aragon, une grande région agricole qui a besoin de cette eau », raconte Barbara Loyer, directrice de l’Institut français de géopolitique et spécialiste de l’Espagne.

L’équivalent de 44 piscines olympiques en provenance de Marseille 

Les besoins en eau se sont fait davantage ressentir au cours de la dernière décennie, car la Catalogne a connu plusieurs gros épisodes de sécheresse. Le plus fort est survenu en avril 2008. À Barcelone, les habitants s’en souviennent encore : « Il y avait un tel manque d’eau potable que les autorités avaient fini par faire venir des bateaux remplis d’eau douce jusqu’à Barcelone », raconte Rosa Abaurrea, âgée de 54 ans, et qui n’avait jamais vu une telle aridité. À l’époque, plusieurs navires venus de Tarragone (sud de la Catalogne), mais aussi de Marseille et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) avaient livré des dizaines de milliers de tonnes d’eau potable à la région autonome. La Société des eaux de Marseille avait ainsi à elle seule acheminé 165.000 mètres cubes d’eau potable, l’équivalent de 44 piscines olympiques. « Finalement, en mai, il a plu sans discontinuer donc ce système de transferts a été arrêté », se souvient la cinquantenaire.

Le delta de l’Èbre, en Catalogne.

Ces dernières années, la situation de la Catalogne ne s’est pas améliorée, bien au contraire : « Depuis quatre ans, c’est toute la Méditerranée qui connaît de gros épisodes de sécheresse, et l’Espagne n’est pas épargnée, explique Fernando Prieto, docteur en écologie et spécialiste du changement climatique. En Catalogne, lorsqu’il ne pleut pas pendant longtemps, il est presque sûr qu’il y aura des problèmes d’approvisionnement en eau l’année suivante et donc, parfois, des restrictions. » Selon un rapport sur le changement climatique publié à l’initiative de la Généralité de Catalogne, les ressources hydriques vont se faire de plus en plus rares pour deux raisons : d’abord les variations climatiques, mais aussi l’exploitation abusive de certains sols qui pompent énormément d’eau pour des cultures inadaptées.

Pour subvenir à ses besoins en eau, la communauté autonome n’a donc pas d’autre choix que de négocier avec l’Espagne. Afin d’éviter les conflits avec les autres régions de la péninsule ibérique, un autre projet avait pourtant été évoqué par le passé : celui d’une construction hydraulique qui aurait permis de transférer de l’eau du Rhône vers la Catalogne. Mais il a finalement été abandonné : « C’est difficile de demander aux agriculteurs français de donner de l’eau à d’autres qui produisent moins cher en Espagne », dit Dario Salinas Palacios.

La plus grande usine de dessalement d’Europe 

L’usine de dessalement de l’eau de Barcelone.

Afin d’éviter de nouvelles pénuries après le gros épisode de sécheresse de 2008, les autorités ont finalement opté pour la construction de la plus grande usine de dessalement d’Europe qui a vu le jour en juillet 2009. Située en mer au large de Barcelone, elle a été financée à 75 % par l’Union européenne. « L’eau qui y est produite est exclusivement destinée à la région, précise Fernando Prieto. La transporter vers d’autres régions espagnoles serait trop coûteux. » L’usine filtre ainsi 200.000 mètres cubes d’eau potable par jour, alimentant près de 20 % des habitants de la région. Mais cette eau dessalée ne sert qu’à la consommation urbaine d’eau potable : « Le but de cette usine est d’éviter des restrictions d’eau en cas de sécheresse. Cette solution n’est pas durable, car ce système est très cher et dépense énormément d’énergie », indique Dario Salinas Palacios.

Maurici Dalmau, coordinateur du parti écologique espagnol Equo, estime également que l’utilisation de cette usine doit intervenir comme « dernier recours » : « Il faut avant tout faire attention aux ressources dont dispose déjà la Catalogne, et les utiliser avec précaution, » dit-il à Reporterre. Pour lui, cela passe par un changement de modèle économique : « En Espagne, et principalement en Catalogne, l’économie est très axée sur le tourisme de masse, ce qui nécessite énormément d’eau : aujourd’hui les villes sont devenues des parcs thématiques. Il faut commencer par diversifier cette économie pour perdre moins d’eau dans le circuit et apprendre à la réutiliser. »

La commune catalane et touristique de Lloret de Mar.

L’idée est par ailleurs de fournir à tous une eau de qualité. « Si la Catalogne devient indépendante, elle devra respecter la directive-cadre sur l’eau mise en place par l’Union européenne, comme tous les autres États membres », précise Dario Salinas Palacios. Adoptée en l’an 2000, cette directive a pour objectif de limiter la pollution de l’eau, de protéger les écosystèmes et de favoriser la réutilisation des ressources hydriques. Les Catalans n’auront alors pas d’autre choix que d’appliquer cette réglementation, qui pourrait s’avérer être une contrainte de plus vers l’indépendance hydrique.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : En France, un million de personnes n’ont pas accès à l’eau

Source : Laetitia Dive pour Reporterre

Photos :
. chapô : séchesse en Catalogne en 2016 (El Pais)
. l’usine de dessalement de l’eau d’El Prat de Llobregat, en Catalogne. Capture d’une vidéo de l’INA
. Èbre : Flickr (CC0)
. tourisme : Flickr (antoskabar/CC BY-NC-ND 2.0)

DOSSIER    Eau, mers et océans

THEMATIQUE    International
22 octobre 2019
Réforme de la PAC : La Commission européenne s’entête dans l’agriculture productiviste et connectée
Info
18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans



Sur les mêmes thèmes       International





Du même auteur       Lætitia Dive (Reporterre)