L’enquête publique sur un grand projet autoroutier maintenue malgré le confinement

Durée de lecture : 3 minutes

6 avril 2020



Parmi les mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement a suspendu l’ensemble des enquêtes publiques en cours. Ce processus permet la consultation du public quand un projet affectant l’environnement est projeté. Il prévoit la mise à disposition du public du dossier descriptif du projet, sur internet mais aussi sous format papier dans les mairies et la tenue de permanences par le commissaire-enquêteur, qui coordonne le processus. Elle est nécessaire pour la construction d’un grand élevage, d’une usine potentiellement polluante, d’une infrastructure importante.

La participation du public devenant limitée durant la période de confinement, les enquêtes en cours ont donc été interrompues ou reportées. Le gouvernement a prévu une seule exception permettant de maintenir une enquête publique, dans son ordonnance du 25 mars : il faut que son arrêt risque « d’entraîner des conséquences difficilement réparables dans la réalisation de projets présentant un intérêt national et un caractère urgent ».

Mais le texte a pu être interprété de diverses manières par les préfets. Ainsi, dans l’Allier, les deux enquêtes publiques liées à l’élargissement d’une nationale très fréquentée, la RCEA (route européenne centre atlantique) ont été maintenues et dématérialisées par le préfet. « Pourtant, ce projet ne rentre pas dans le cadre des trois conditions de l’ordonnance, conteste Brigitte Chalopin, présidente de la Compagnie nationale des commissaires-enquêteurs. Notamment, il n’y a pas d’urgence, ce projet attend depuis des années… »

« Le côté le plus ubuesque est que l’avis de l’Autorité environnementale avait estimé que ce dossier doit être repris en profondeur et que l’étude d’impact ne peut pas être considérée comme de nature à informer correctement le public », ajoute Gabriel Ullmann, docteur en droit de l’environnement.

Le maintien de l’enquête en version dématérialisée pose plusieurs entraves à la participation du public : l’affichage habituellement effectué sur le lieu du projet ne pourra pas être vu par les personnes confinées, le dossier papier ne pourra pas être consulté et les permanences du commissaire-enquêteur permettant d’expliquer le projet au public et de recueillir ses observations ne pourront pas se tenir. « Laisser les gens tels quels face à un dossier électronique, c’est se moquer du monde et jeter le discrédit sur la démocratie environnementale et la légitimité même d’une enquête publique », regrette Gabriel Ullmann.

Contactée par Reporterre, la préfecture de l’Allier se veut rassurante : « Nous nous laissons la possibilité de prolonger l’enquête après la période de confinement pour qu’il puisse y avoir des permanences physiques du commissaire-enquêteur. La procédure dématérialisée permet aux gens de s’exprimer. On s’est donc dit qu’il était aussi bien d’ouvrir l’enquête, quitte à la prolonger d’autant. »

La Commission nationale du débat public signalait pourtant le 1er avril que « le 100 % numérique ne permet à tous de participer ».

  • Source : Reporterre
  • Photo : Wikimedia (François GOGLINS/CC BY-SA 4.0)




Lire aussi : Les associations environnementales demandent la suspension des enquêtes publiques


22 octobre 2020
À Montpellier, la « Maison de l’écologie et des résistances » expulsée
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Attentat de Conflans : associations et syndicats appellent à plus de solidarité et de justice sociale
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Aux États-Unis, les opérateurs de gaz de schiste laissent fuir le méthane, suite au Covid
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Des inondations ont tué au moins 111 personnes au Vietnam
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Monsanto définitivement reconnu coupable des dommages causés à l’agriculteur Paul François
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
L’entreprise Nokia va déployer la 4G sur la Lune
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Le gouvernement suspend l’utilisation des masques Dim
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Avec l’uranium appauvri, le volume des déchets radioactifs français grossit encore, estime l’ASN
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
La pollution de l’air coûte 943 euros par an et par Français
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
Agriculture, urbanisation : le déclin de la biodiversité se poursuit en Europe
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
Ardèche : la préfète limite l’affluence dans les marchés, mais pas dans les grandes surfaces
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
L’Anses va expertiser les masques à la zéolithe d’argent et de cuivre
Lire sur reporterre.net
19 octobre 2020
A Montpellier, une Maison des résistances contre un projet routier
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
"Nous refusons le couvre-feu", écrivent des « cerveaux non disponibles »
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
Les professionnels de plus en plus exposés aux rayons ionisants en France
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Grands Projets inutiles Autoroutes Covid-19

21 octobre 2020
Contre les Center Parcs « qui veulent remplacer la nature », les opposants se regroupent
Reportage
21 octobre 2020
Benoît Biteau : « La PAC va continuer à provoquer des désastres sociaux et écologiques »
Entretien
22 octobre 2020
Une station démontée pour tourner la page du ski alpin
Alternatives


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles Autoroutes Covid-19