L’oligarchie agricole

Durée de lecture : 2 minutes

2 avril 2012 / Hervé Kempf

« Les grenouilles ou les libellules, ça commence à bien faire  ». Qui prononce cette phrase brillante d’intelligence ? Le président de Sofiproteol, un groupe agro-industriel pesant 6 milliards d’euros de chiffre d’affaire. L’entreprise, dirigée depuis 2000 par M. Beulin, prospère notamment grâce au « diester », un agrocarburant à base d’huile végétale et mélangé au gazole.

En ces temps de hausse des prix du carburant, rappelons que le diester, dont le bilan environnemental est négatif, est soutenu par un avantage fiscal qu’en janvier Cour des Comptes a évalué – en le dénonçant – à 1,8 milliards d’euros. Cette somme s’est en bonne partie retrouvée dans les poches de Sofiproteol. La société prospère aussi dans l’alimentation animale, produit l’huile Lesieur, et est associée à des sociétés biotechnologie (Hendrix Genetics) et de distribution de semences et de pesticides (InVivo). M. Beulin est donc parfaitement qualifié pour parler de libellules et de grenouilles.

En fait, indique l’Union internationale de la conservation de la nature, 14 % des espèces de libellules en Europe sont menacées d’extinction. Quant aux grenouilles, elles vivent une situation mondiale dramatique, et le dernier bulletin de la société scientifique des amphibiens, Froglog, s’ouvre par une liste impressionnante d’espèces disparues.

Mais M. Beulin ne s’exprimait pas, le 23 mars, à Aicirits (Pyrénées-Atlantiques) en tant que président de Sofiproteol, mais comme président de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles) : car M. Beulin est agriculteur ! Avec son frère et deux cousins, il possède une exploitation de 500 ha dans le Loiret. Et s’il veut qu’on en finisse avec les libellules et les grenouilles, c’est parce qu’il s’agit de s’affranchir des règles environnementales qui freinent le développement de centaines de retenues d’eau dans le sud-ouest de la France.

Pourquoi des retenues ? Parce qu’avec le changement climatique, les sécheresses sont plus fréquentes. Or, la culture industrielle du maïs est irriguée, donc requiert beaucoup d’eau. Changer ce modèle agricole, qui profite essentiellement à de riches céréaliers, pendant que le reste de la population paysanne s’asphyxie lentement ? Pas question. On exige ces retenues d’eau – financées à plus de 70 % par la collectivité… En fait, une minorité détruit l’environnement et profite des finances communes. Eh bien, l’oligarchie agricole, ça commence à bien faire !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Cet article a été publié dans Le Monde daté du 1 avril 2012.

Lire aussi : Quand un syndicat agricole conseillait aux Etats-Unis de boycotter l’agriculture française

THEMATIQUE    Culture et idées
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Hervé Kempf