La Chine va construire la plus grande centrale thermique d’Asie

28 décembre 2011 / AFP


Le groupe chinois Shenhua va construire la plus grande centrale à charbon d’Asie au cours des cinq prochaines années, a indiqué mardi l’agence de presse Chine Nouvelle. Le pays peine à satisfaire ses besoins énergétiques.

Le contrat portant sur une centrale thermique de 8 gigawatt a été signé lundi par Shenhua et des représentants de la région autonome de Guangxi Zhuang, selon l’agence et le site Internet du gouvernement local.

La centrale sera construite dans la ville portuaire de Beihai, dans le sud, afin de réduire les pénuries d’électricité causées par la sécheresse qui provoque des tensions dans la fourniture d’énergie.

Près de 70% des besoins énergétiques de la Chine reposent sur le charbon, alors que le rythme effréné de sa croissance a fait exploser ses besoins.

Des coupures de courant et la mise en place d’un rationnement ont été imposées dans 17 provinces cette année. La pénurie pourrait s’aggraver si la production de charbon n’augmente pas ou si le nord du pays connaissait un hiver particulièrement rude.
Problèmes de pollution

Le projet de Shenhua intervient quelques jours après que les gouvernements locaux ont été priés de réduire leurs émissions de « polluants majeurs » de 10% d’ici à 2015, dans un contexte d’inquiétude face à la qualité de l’air.

La Chine est le plus gros émetteur de gaz à effet de serre et plusieurs de ses grandes villes baignent dans un nuage de pollution permanent, notamment en raison de l’utilisation de charbon.

Shenhua et le gouvernement de Guangxi s’assureront que les huit générateurs de la centrale soient approvisionnés en permanence par des compagnies minières en Indonésie et en Australie, grâce à la construction de 4 plateformes de chargement en eaux profondes de 100’000 tonnes chacune, selon Xinhua.

La ville de Beihai construira également un centre de stockage de charbon capable de traiter 30 millions de tonnes par an dans le port voisin de Tieshan.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : AFP

Consulter aussi : DOSSIER : La Chine


DOSSIER    Chine

6 avril 2019
Les photojournalistes sont victimes, eux aussi, des violences policières
Enquête
23 avril 2019
Gaspard Glanz : « Je couvrirai les manifestations malgré les interdictions, parce que je suis journaliste »
Info
22 avril 2019
Le journaliste Gaspard Glanz enfin libre, mais empêché de travailler à Paris
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Chine