Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Brève — Agriculture

La FNSEA poursuit sa domination des chambres d’agriculture

Du 14 au 31 janvier, le monde agricole a élu ses représentants dans les chambres d’agriculture. On connaît désormais les résultats de ces élections cruciales, car elles dessinent les rapports de force entre partisans d’une agriculture industrielle et défenseurs d’une agriculture paysanne. Un scrutin d’abord marqué par une forte abstention : la participation s’élève à seulement 45 %, soit une baisse de près de dix points par rapport à 2013.

Syndicat majoritaire et plutôt favorable à l’agro-industrie, la FNSEA, alliée à l’organisation des Jeunes agriculteurs (JA), poursuit sa domination avec près de 56 % des voix (contre 55,57 % en 2013). Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a déclaré à la sortie de sa rencontre avec Emmanuel Macron, le 11 février, qu’elle attendait désormais du gouvernement « plus de reconnaissance du syndicalisme majoritaire ».

La Coordination rurale arrive en deuxième position, avec environ 21,5 % des voix, comme en 2013. Ce syndicat défend le protectionnisme — avec parfois localement, des représentants proches des droites extrêmes — et dénonce les normes et contraintes qui pèseraient sur les exploitations. La Coordination rurale gagne trois départements : Vienne, Haute-Vienne et Lot-et-Garonne, où le syndicat pousse pour la construction illégale du barrage de Caussade.

La Confédération paysanne, syndicat davantage sensible aux questions environnementales et favorable aux filières courtes et biologiques, devrait dépasser la barre symbolique des 20 %, en très légère progression comparé à 2013. Elle conquiert deux chambres, l’une à Mayotte et l’autre en Loire-Atlantique, où se joue en ce moment l’attribution des terres de Notre-Dame-des-Landes. La « conf’ » réalise également de bons scores dans les zones d’agriculture de montagne (plus de 30 % en Ariège, en Ardèche, dans les Alpes de Haute-Provence ou dans l’Ain).

Selon le mode de scrutin en vigueur, la liste qui est arrivée en tête dans chaque département a gagné la moitié des sièges – l’autre moitié s’est répartie à la proportionnelle entre les différents syndicats.

-  Source : Basta !

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire