Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Déchets

La Méditerranée devient un piège de plastique, alerte le WWF

Ce vendredi 8 juin, à l’occasion de la journée mondiale de l’océan, le WWF publie un rapport sur la pollution plastique en Méditerranée, sous-titré « Sortons du piège ! » « La mer Méditerranée se transforme en un dangereux piège de plastique, avec des niveaux record de pollution qui mettent en danger les espèces marines et la santé humaine », précise l’ONG dans un communiqué.

Le constat est en effet alarmant : alors qu’elle représente seulement 1 % des eaux marines à l’échelle du globe, la Méditerranée compte en revanche 7 % de tous les microplastiques (fragments de moins de 5 mm), qui ont atteint des niveaux record de concentration : 1,25 million de fragments par km², soit près de quatre fois plus que dans l’« île de plastique » du Pacifique Nord.

En cause, une production et une consommation excessives, une mauvaise gestion des déchets et le tourisme de masse (la pollution augmente de 40 % l’été). L’Europe, qui produit chaque année 60 millions de tonnes de plastique, rejette en mer près de 500.000 tonnes de macroplastiques (sacs, bouteilles, pailles) et près de 130.000 tonnes de microplastiques. En tête des pays pollueurs, la Turquie et l’Espagne, suivies par l’Italie, l’Égypte et la France. En France, la moitié des déchets plastiques finit en décharge, et nous recyclons moins d’un quart des plastiques.

Piégées dans des lignes de pêche ou empoisonnées par l’ingestion de plastiques, la plupart des espèces marines, dont les oiseaux et les tortues, sont menacées par cette pollution. « Le plastique a aussi des conséquences négatives sur la santé humaine, précise Isabelle Autissier, présidente du WWF dans un communiqué. Les microplastiques contenus dans nos cosmétiques ou encore les bouteilles que nous jetons avec négligence et qui une fois en mer, se brisent en minuscules fragments, sont ensuite mangés par les poissons. Ils entrent ainsi dans la chaîne alimentaire jusqu’à nos assiettes : nous mangeons ce qu’ils mangent ! »

Le WWF propose ainsi une série d’actions, parmi lesquelles la signature d’un accord international juridiquement contraignant pour mettre fin au déversement du plastique dans les océans, soutenu par des objectifs nationaux ambitieux afin d’atteindre 100 % de plastique recyclable et réutilisable d’ici 2030 et la collecte de 100 % des déchets.

  • Source  : WWF.
  • Photo : En Grèce. © Milos Bicanski

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende