Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefClimat

La chaleur pourrait causer 5 fois plus de morts d’ici 2050

En 2022, l’humanité a été exposée à 86 jours de températures élevées dangereuses pour la santé.

D’ici 2050, le nombre de décès liés à la chaleur risque d’être multiplié par 4,7 sur Terre. Alarmantes, ces nouvelles projections émanant du huitième rapport Lancet Countdown, littéralement « compte à rebours ». Dirigé par l’University College London et publié le 14 novembre, ce travail dépeint les risques sanitaires grandissants de tout retard supplémentaire enregistré dans la lutte face à l’urgence climatique.

Les auteurs soulignent comment l’inaction persistante coûte des vies humaines. En 2022, l’humanité a été exposée à 86 jours de températures élevées dangereuses pour la santé. Or, le changement climatique anthropique a rendu au moins deux fois plus susceptible l’apparition de 60 % de ces journées de fortes chaleurs. Et l’année 2023 semble suivre les mêmes tendances, avec l’observation des températures les plus élevées depuis plus de 100 000 ans.

« L’inaction a un coût humain énorme »

À l’approche de la COP28, les 114 experts ayant participé à l’élaboration du texte dénoncent la « négligence » des gouvernements, des entreprises et des banques qui continuent d’investir dans le pétrole et le gaz : « L’inaction a un coût humain énorme et nous ne pouvons pas nous permettre ce niveau de désengagement — nous le payons en vies humaines », déclare le Dr Marina Romanello, directrice exécutive du Lancet Countdown.

« Il y a encore de la place pour l’espoir », affirme-t-elle toutefois. À ses yeux, de telles conclusions doivent engendrer une réaction immédiate des gouvernants axée sur la santé. Et ce, en faisant basculer l’économie mondiale sur une base zéro carbone, tout en offrant un meilleur accès à l’énergie, à un air plus pur, une eau plus potable, des régimes alimentaires plus sains et des villes plus vivables.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende