Faire un don
28060 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
35 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

La folie du smartphone, un poison pour la planète

Durée de lecture : 11 minutes

10 septembre 2019 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)

Ce mardi 10 septembre 2019, la marque Apple présentera son nouvel iPhone, une semaine après la sortie du nouveau Samsung. Chaque année, des milliards de nouveaux smartphones toujours plus performants sont proposés par les fabricants. Mais, derrière l’attrait pour une haute technologie aseptisée se cachent de lourdes pollutions et des conséquences sociales dramatiques.

Les téléphones intelligents — ou smartphones — se sont enracinés dans nos vies quotidiennes. Dix milliards de ces objets ont été vendus à travers le monde depuis la mise en circulation du premier iPhone d’Apple, en 2007. Nichés dans les poches ou au creux des mains, ces petits parallélépipèdes concentrent une kyrielle de fonctionnalités. Ils permettent de téléphoner, d’explorer Internet et les réseaux sociaux, de photographier et de filmer, d’écouter de la musique, de faire des emplettes ou de se laisser guider par un GPS. De nos jours, les trois quarts des Français en usent quotidiennement.

Ces objets hautement technologiques se rendent indispensables, mais que savons-nous d’eux ? Comment sont-ils fabriqués, et dans quelles conditions ? Que deviennent-ils quand ils ne fonctionnent plus ? « Notre méconnaissance du smartphone traduit la déconnexion totale entre le geste d’achat du consommateur et les effets environnementaux et sociaux graves que ces produits génèrent tout au long de la chaîne », estime Alma Dufour, chargée de campagne « extraction et surconsommation » aux Amis de la Terre.

Complètement intégrés dans une économie mondialisée, les smartphones font « quatre fois le tour de la Terre avant d’arriver dans nos magasins, entre l’extraction des matières premières, la fabrication des composants, leur assemblage et leur distribution », observe Erwann Fangeat, du service « produits et efficacité matière » de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). De l’extraction des matières premières jusqu’à leur fin de vie, le cycle de vie du smartphone provoque de lourds dégâts aux quatre coins du monde : « Violation des droits humains, épuisement de ressources non renouvelables, rejets toxiques dans la biosphère et émissions de gaz et effet de serre », énumère Françoise Berthoud, ingénieure au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et fondatrice d’EcoInfo, groupement pour une informatique écoresponsable.

Plus de matériaux, toujours plus de ravages

L’élaboration perpétuelle de nouvelles applications et fonctionnalités fait inlassablement croître les exigences de performance du smartphone. In fine, les besoins en diversité de matières premières sont sans cesse accrus. « Les smartphones sont composés de plastique, de verre, mais sont également truffés de métaux, explique Guillaume Pitron, journaliste spécialiste de la géopolitique des matières premières. Dans les années 1950, on dénombrait une douzaine de métaux dans nos bons vieux téléphones fixes. Dans les années 1990, les GSM de la taille d’une brique comportaient 29 métaux. Le smartphone d’aujourd’hui, beaucoup plus petit, contient paradoxalement jusqu’à 55 métaux. On croit vivre dans un monde immatériel, mais il est en fait considérablement matérialiste. »

L’écran tactile des smartphones, leur carte électronique, les condensateurs ou leurs divers périphériques regorgent d’éléments. Certains sont « ordinaires », tels l’aluminium ou le cuivre. Mais d’autres sont disponibles dans les sols en quantités extrêmement moindres : ils sont appelés « métaux rares ». « L’avantage de ces métaux est qu’ils sont très puissants et une petite quantité suffit pour de grandes performances, poursuit Guillaume Pitron, auteur du livre La guerre des métaux rares - La face cachée de la transition énergétique et numérique. Dans les aimants, par exemple, la ferrite a été remplacée par le néodyme, qui, à volume égal, est dix fois plus puissant. Ces métaux permettent la miniaturisation des smartphones, qui, sans cela, ne pourraient pas tenir dans une poche. »

En 2018, 1,55 milliard de smartphones ont été vendus à travers le monde. Afin de soutenir le rythme effréné de la société de consommation, les minerais sont exploités dans des conditions de plus en plus néfastes pour les écosystèmes. Leur exploitation requiert des volumes de terre gigantesques et conduit notamment à la destruction d’écosystèmes. 70 kg de matières premières sont mobilisées pour produire, utiliser et éliminer un seul smartphone, soit 583 fois de poids d’un téléphone.

L’extraction minière contribue également à des pollutions diverses, notamment de l’eau en raison de l’usage intensif de procédés d’extraction chimique.

« Lors de la phase de raffinage, dit Guillaume Pitron, séparer la roche des métaux et les métaux entre eux nécessite une grande quantité d’acide sulfurique. Les eaux, chargées de ces métaux lourds, sont souvent rejetées directement dans la nature. » « Ces métaux lourds s’infiltrent dans les nappes phréatiques et jusqu’aux cultures, précise Françoise Berthoud. Ce sont des substances bioaccumulables. C’est-à-dire que les organismes vivants ne sont pas capables de les évacuer. Ils se concentrent dans les organismes et la propagation parcourt toute la chaîne alimentaire. »

Une délocalisation des pollutions... et des troubles sociaux

Les consommateurs occidentaux ne perçoivent pas ces dommages dans leur environnement immédiat, et pour cause : aucun des métaux composants les smartphones ne sont extraits en Europe. « Les smartphones sont fabriqués loin de nous, et, quand ils sont recyclés salement, c’est loin de nous aussi », explique Françoise Berthoud. « On délocalise la pollution, affirme Guillaume Pitron. On ne veut pas voir l’amont et l’aval du téléphone. Nous voulons tous les avantages d’un mode de vie “connecté”, pas les inconvénients. On laisse d’autres pays, plus pauvres, souiller leur environnement et attraper des cancers, mais on se garde bien d’en parler. C’est d’une immense hypocrisie. »

L’activité minière participe à la déstabilisation du tissu social. Dans la région des Grands Lacs africains, l’extraction et le commerce d’étain, de tantale, de tungstène et d’or alimentent l’instabilité et les conflits armés. Selon l’Unicef (Fonds des Nations unies pour l’enfance), plus de 40.000 enfants travailleraient dans des mines au sud de la République démocratique du Congo. Une grande partie d’entre eux piochent dans des mines de cobalt et de coltan, minerais stratégiques qui permettent l’élaboration des batteries et des condensateurs des smartphones [1].

En Argentine, en Bolivie ou encore au Chili, l’utilisation abondante d’eau pour la production de lithium — présent dans les batteries des smartphones — provoque des conflits d’usage avec les populations locales et menace leur survie. Au Ghana, au Brésil ou en Guyane française, des milliers d’hectares de forêts et des peuples autochtones sont menacés par l’extraction d’or, de tantale, de cuivre, de bauxite ou de manganèse. L’extraction de la cassitérite — de la poussière d’étain — sur l’île Bangka, en Indonésie, a ravagé 65 % des forêts et 70 % des récifs coralliens à proximité de l’île. De nombreux habitants ont dû fuir, la pratique de l’agriculture et de la pêche n’étant plus assez viable.

En Chine, qui concentre plus de 90 % de la production mondiale des terres rares, l’exploitation du néodyme — utilisé dans les aimants des smartphones — génère des rejets d’eau acide, des déchets chargés en radioactivité et en métaux lourds. Les écosystèmes des zones d’exploitation chinoises sont sévèrement endommagés et les populations locales souffrent de leucémies et de malformations.

« La Chine a payé un énorme tribut environnemental mais aussi énormément investi ces dernières années, remarque Guillaume Pitron. De nombreux ingénieurs ont été formés, de nombreux brevets décrochés, et la Chine profite désormais de ses propres ressources pour vendre ses propres téléphones, moins chers que ceux des autres. Elle conteste ainsi aux États-Unis sa suprématie technologique. » Au point que, désormais, les trois modèles de smartphones les plus vendus à travers le monde sont chinois, l’iPhone d’Apple (États-Unis) se classant en quatrième position.

Un renouvellement perpétuel, un recyclage insuffisant

En moyenne, les Français changent de téléphone tous les deux ans alors que, dans 88 % des cas, ces téléphones portables fonctionnent encore.

« À travers la publicité et la sortie perpétuelle de nouvelles innovations, les fabricants jouent un rôle prépondérant dans nos comportements d’achats compulsifs, observe Alma Dufour. Ils nous poussent à toujours vouloir un produit dernier cri, au détriment de nos modèles plus anciens, qui nous paraissent obsolètes. » En étudiant le comportement d’utilisateurs de smartphones, des chercheurs ont même mis en évidence qu’ils avaient tendance à les négliger à l’approche de la mise sur le marché d’une nouvelle version.

« Mais l’obsolescence des smartphones n’est pas uniquement psychologique, ajoute Alma Dufour. Elle est aussi logicielle : de nombreux smartphones sont remplacés parce qu’ils ralentissent. Les fabricants poussent les consommateurs à télécharger les dernières mises à jour, tout en sachant que ces usages demanderont trop de mémoire et de puissance pour certains téléphones. »

Selon un rapport produit par France Nature Environnement, la courte durée d’usage des téléphones mobiles des smartphones est liée à leur conception même : « Batteries collées et soudées, indisponibilité de pièces de rechange, utilisation de connectiques et de systèmes d’exploitation exclusifs. Dans la plupart des cas, les smartphones ne sont pas conçus pour être robustes ou réparables, ni compatibles et évolutifs dans le temps. »

En France, moins de la moitié des téléphones en bout de course sont collectés pour être recyclés, et au moins 30 millions d’appareils inutilisés dormiraient dans des tiroirs. Quand ils sont récoltés, la gestion de leur fin de vie n’est pas non plus la panacée. Aujourd’hui, sur une cinquantaine de métaux fréquemment utilisés dans le numérique, « l’une des meilleures usines du monde n’est capable d’en recycler qu’une vingtaine », regrette Françoise Berthoud.

« Ce n’est pas évident d’aller extraire des métaux dispersés par milligrammes dans des milliards d’objets, sous forme d’alliages complexes, reconnaît Guillaume Pitron. Techniquement, on sait le faire mais on ne veut pas le faire : c’est plus coûteux, aujourd’hui, que d’aller chercher des matières premières directement dans le sol, à la mine. » « Tant que le prix de la matière primaire, celle qui sort de la mine, sera moins cher que le prix de la matière des métaux recyclés, le recyclage ne sera jamais compétitif », déplore Alma Dufour.

Dans son « Environmental Responsability Report » de 2017, Apple annonçait qu’à terme ses produits ne dépendraient plus de l’extraction minière et seraient composés de 100 % de matériaux recyclés. Quelques semaines plus tard, la vice-présidente des politiques environnementales et des initiatives sociales chez Apple, Lisa Jackson, avouait que « nous sommes en train de faire quelque chose que nous faisons rarement, à savoir annoncer un objectif que nous ne savons pas encore comment atteindre ».

Devant l’absence d’un recyclage efficient, Françoise Berthoud estime que les consommateurs peuvent agir en se tournant « vers des modèles conçus pour durer plus longtemps, comme le Fairphone, à éviter la production de nouveaux appareils en réparant ceux qu’ils possèdent déjà, ou encore à chercher un téléphone d’occasion. L’enjeu, aujourd’hui, est d’arriver à augmenter la durée de vie de ces équipements. » « Chaque smartphone neuf vendu devrait être lesté de son “intensité matière”, pense Guillaume Pitron. Toutes les informations sur les matériaux nécessaires à sa fabrication, leurs provenances et les conditions dans lesquelles elles ont été extraites devraient être connues et communiquées. Ce serait une bonne façon de responsabiliser le consommateur. »

Mardi 24 septembre 2019, le Sénat commencera l’examen du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Dans les tuyaux : « Un indice de réparabilité devant s’appliquer à cinq familles de produits à l’horizon 2021, dont les smartphones, dit Erwann Fangeat. Une note globale permettrait de savoir si un produit est facilement réparable ou non. Ça irait dans le bon sens. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Amnesty International a par exemple mis en lumière, en 2016, la vente de cobalt extrait dans des zones où travaillent des enfants à la Congo Dongfang Mining, qui appartient au géant chinois Zhejiang Huayou Cobalt Ltd. Ce cobalt est ensuite vendu à trois fabricants de composants de batteries fournissant, en bout de chaîne Apple, Microsoft, Samsung, Sony, Daimler et Volkswagen.


Lire aussi : Les métaux rares, le visage sale des technologies « vertes »

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photos :
. chapô : © NnoMan/Reporterre
. métaux : rapport de FNE 2017.
. infographies conso et circuit des smartphones : rapport de l’Ademe et de FNE 2019.



Documents disponibles

  Les impacts du smartphone (Ademe, FNE, 2019).   The Global Impact of 10 Years of Smartphones (Greenpeace, 2017).   L’empreinte cachée des smartphones (FNE, 2017).
DOSSIER    Chine Déchets

THEMATIQUE    Pollutions Quotidien
9 décembre 2019
Les zadistes de la Cagette des terres ravitaillent et réchauffent les luttes
Reportage
9 décembre 2019
« La grève est écologique : elle limite la production »
Entretien
9 décembre 2019
Rénovation énergétique : comment passer à la vitesse supérieure ?
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Chine Déchets



Sur les mêmes thèmes       Pollutions Quotidien





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)