La vraie raison de la diminution de la durée de vie

30 janvier 2016 / André Cicolella



L’espérance de vie à la naissance a reculé en France en 2015, une première depuis 1969. L’auteur de cette tribune y voit la conséquence de la crise sanitaire dans laquelle s’enfonce la France à cause de la multiplication des maladies chroniques dont les causes sont environnementales.

André Cicolella est président du Réseau environnement santé
.

JPEG - 13.1 ko
André Cicolella.

L’Insee vient de rendre publics les derniers chiffres sur l’espérance de vie à la naissance. Avec - 0,3 an pour les femmes et - 0,4 an pour les hommes, celle-ci connaît une baisse notable par rapport à 2014. Malgré cela, l’Insee continue de communiquer de façon rassurante en expliquant qu’il s’agit d’un phénomène ponctuel. Il y a d’abord un problème sémantique. Il serait plus exact de parler de durée de vie que d’espérance de vie. On connaît la durée de vie des générations qui décèdent aujourd’hui, mais cela ne permet pas de conclure qu’un enfant qui naît aujourd’hui aura la même durée de vie, car il naît et va vivre dans un environnement très différent de celui des générations d’avant-guerre.

En 2012, l’Insee faisait en effet le constat que « ces dix dernières années, la contribution la plus forte se fait entre 80 et 89 ans pour les femmes et entre 70 et 79 ans chez les hommes, soit dix années plus tôt ». Cela signifiait que c’était « l’espérance de vie » des générations nées avant-guerre qui tirait « l’espérance de vie » vers le haut. Logiquement cela ne devait donc pas durer car les générations d’après-guerre sont nées et ont vécu dans un environnement très différent de celui de l’avant-guerre. Changement de l’alimentation, pollution chimique généralisée, sédentarité mais aussi précarité... les facteurs de risque ont changé radicalement.

« Une catastrophe imminente » 

Il est donc plus vraisemblable que les chiffres d’ « espérance de vie » publiés aujourd’hui sont la conséquence de la situation de crise sanitaire dans laquelle la France s’enfonce depuis plusieurs années en raison de l’explosion des maladies chroniques, à l’opposé du discours angélique « sur la santé des Français qui n’a jamais été aussi bonne parce que l’espérance de vie progresse ».

Pourtant les faits sont là. Depuis plusieurs décennies, les maladies chroniques explosent. En France, le meilleur indicateur est celui des affections de longue durée (ALD) publié par la Caisse nationale d’assurance maladie. Ce dispositif créé en 1945 prend en charge à 100 % les frais médicaux lorsqu’une personne est atteinte d’une maladie engendrant des coûts élevés. Depuis 1990, les maladies cardiovasculaires ont progressé 5 fois plus vite que la population, le cancer 4 fois plus, les affections psychiatriques 3 fois plus, le diabète 6 fois plus (depuis 2000)... Or la mortalité des personnes en ALD, à âge et sexe identiques, est 2,9 fois supérieure à celle des personnes non ALD et 5,8 fois plus avant 70 ans.

La précarité est un autre facteur qui diminue l’espérance de vie. En France, le nombre de bénéficiaires de la CMU a progressé de 50 % entre 2007 et 2011, passant de 1,4 à 2,2 millions de personnes. Or, ceux- ci sont en moins bon état de santé que le reste de la population. Ils sont 1,8 fois plus nombreux, à âge et sexe identique, à être en ALD et avec une surmortalité de 50 % par rapport au reste de la population en ALD (2,5 % contre 1,8 %).

La crise sanitaire engendrée par l’explosion des maladies chroniques n’est pas spécifiquement française. Le constat en a été fait lors de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, le 20 septembre 2011, dans une déclaration votée à l’unanimité des 184 chefs d’État et de gouvernement : « Nous, chefs d’État et de gouvernement […] reconnaissons que le fardeau et la menace que les maladies non-transmissibles représentent à l’échelle mondiale constituent l’un des principaux défis pour le développement au XXIe siècle », défi qualifié « d’ampleur épidémique ». Margaret Chan, directrice générale de l’OMS (l’Organisation mondiale de la santé), considérait à cette occasion « l’augmentation des maladies chroniques non-transmissibles comme une catastrophe imminente pour la santé, pour la société et surtout pour les économies nationales ».

 Les lunettes roses de l’Insee

Ce constat n’a cependant suscité aucune politique à la hauteur pour faire face à ce défi. En France, la récente loi santé fait l’impasse sur ce diagnostic et se contente donc d’aménager à la marge le système de soin sans s’attaquer aux causes environnementales des maladies.

L’évolution des connaissances scientifiques permet de comprendre aujourd’hui que l’exposition pendant la grossesse conditionne largement l’état de santé des futurs adultes. Le livre blanc publié à l’occasion de la troisième conférence « Programmation prénatale et toxicité », organisée à Paris en mai 2012 par la Society of Toxicology, conclut : « Beaucoup des grandes maladies et des atteintes fonctionnelles dont la prévalence a augmenté substantiellement au cours des quarante dernières années apparaissent être liées pour partie à des facteurs de développement consécutifs à des déséquilibres nutritionnels ou des expositions environnementales aux substances chimiques : obésité, diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires, asthme et allergies, maladies immunes et auto-immunes, maladies neurodéveloppementales et neurodégénératives, puberté précoce et infertilité, certains types de cancer, ostéoporose, dépression, schizophrénie et sarcopénie ». Les perturbateurs endocriniens, qui sont devenus familiers depuis l’interdiction du bisphénol A dans les biberons, représentent un cas de figure de ce phénomène.

Il est temps de cesser de regarder la réalité avec des lunettes roses de l’Insee. Plus largement, il faut rompre avec cette croyance que la santé se résume au système de soin afin de construire une politique de santé qui fasse de la santé environnementale une politique majeure. S’il est important de soigner les maladies, il est tout aussi important de faire en sorte qu’elles frappent le moins de monde possible. C’est un enjeu éthique, mais aussi économique et, in fine, politique. Le coût des maladies chroniques est la cause majeure de la croissance des dépenses d’assurance-maladie ce qui met en péril l’existence même du système solidaire et donc la cohésion sociale.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Polluer est un crime contre la santé publique

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Dessin : © Red ! /Reporterre

Illustrations :
. Dessin : © Red !/Reporterre
. Portrait : Youtube
. Matériel médical : Torange Photobanque (CC BY 4.0)

THEMATIQUE    Santé
28 septembre 2016
L’aviation face au mur du réchauffement climatique
Info
28 septembre 2016
Parce que la vie est éphémère et que la beauté se fait rare, manifestons notre bonheur
Chronique
26 septembre 2016
Voici pourquoi le « beau » pain n’est pas forcément « bon »
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Santé





Du même auteur       André Cicolella