Le Club des lecteurs a testé l’arpentage

29 avril 2019 / Adrien Prévost (Reporterre)

Connaissez-vous l’arpentage ? Il s’agit d’une manière de lecture collective d’un livre. Quelques lectrices et lecteurs de Reporterre se sont prêtés à l’exercice, avec un ouvrage de la collection… Reporterre, aux éditions du Seuil.

Jeudi 21 mars, quelques lecteurs et lectrices de Reporterre se sont réunies pour lire un livre à plusieurs. Comment cela, à plusieurs ? Eh bien oui, nous sommes entrés dans un espace et quand nous en sommes ressortis, nous avions lu un livre. Certains diront « non, nous ne l’avons pas vraiment lu », ce qui n’est pas faux dans un sens, car aucun de nous n’a lu le livre en entier. Mais, qu’avons-nous alors fait ? Nous l’avons « arpenté ».

Comment vous expliquer ? C’est comme une course de relais en athlétisme sauf que les coureurs sont les lecteurs et la piste, le livre. Bon, il y a tout de même deux différences fondamentales avec l’athlétisme. Premièrement, tous les coureurs courent en même temps, chacun sur sa partie de piste, et puis ils se retrouvent dans les vestiaires pour raconter chacun son tour son épopée. Deuxième différence notable, ce n’est pas une course mais plutôt une balade observatrice et réflexive en temps limité. Le coureur s’émerveille du paysage, prend en note ce qu’il voit et dont il veut faire part à ses coéquipiers. Il calcule la courbure des virages, ressens la nature du sol, la direction du vent, etc. Il se peut qu’il doive s’arrêter de courir avant la fin de son tronçon faute de temps, mais ce n’est pas grave, tout le monde ne court pas à la même vitesse. Il aura quand bien même plein de choses à relater à son équipe.

Peut-être voyez-vous maintenant ce que cela pourrait donner avec un livre. Non ? Toujours pas ? Remplacez donc le verbe « courir » par « lire » et les mots « coureur » par « lecteur », « balade » par « lecture ». Cela devrait aller mieux maintenant.

Un premier petit retour à chaud sur le registre du sensible 

Nous avons donc fait le relais 116 pages à sept lecteurs avec pour « piste » Les Mirages de l’éolien [1], un livre de Grégoire Souchay, issu de la collection Reporterre aux éditions du Seuil. Une fois le livre séparé en sept tronçons à peu près égaux, nous nous sommes donné quelques lignes directrices et posé quelques questions pour nous guider lors de la restitution « vestiaire ». « Que m’inspire la couverture a priori ? », « Si j’avais à retenir quelques éléments de cette partie, ce serait… (chiffres clés, citations, concept…) », ou encore « Ce que j’ai aimé, moins aimé ». Le coach nous rappelle que le but de l’exercice est non seulement de découvrir sa partie, mais, surtout, de partager son expérience de lecture et d’apprendre des autres. Pas de pression, ce n’est rien d’autre qu’un moment ensemble à effectuer un travail coopératif critique. Chacun lit à son rythme et restituera comme il le pourra, à sa manière.

Top départ ! Le chrono est lancé : on se retrouve dans 35 minutes. Après la lecture, chacun réorganise ses idées, on fait un premier petit retour à chaud sur le registre du sensible « il y avait des cailloux dans ma chaussure », « le vent était frais, cela faisait du bien », clament les lecteurs-athlètes. On en profite pour faire une petite pause casse-croûte, puis on passe aux choses sérieuses : la restitution des parties. Et là, il ne faut pas hésiter à stopper la personne quand elle dépasse les 5 minutes, sinon cela dure des plombes.

Ça y est ! On s’est tous raconté notre partie, avec l’aide ou non des questions directrices. 3 h 30, c’était un peu long, les cerveaux ont bien chauffé, mais on est enjoués d’avoir accompli ce chemin ensemble ! Heureusement, quelqu’un a pris un compte-rendu que l’on pourra relire plus tard pour ne pas oublier l’essentiel.

Merci à mes compagnons d’arpentage Damien, Laurence, Diane, Denis, Audrey et Clément ! Je remercie également le site www.la-trouvaille.org qui s’est avéré être un bon guide pour organiser l’atelier.

Toi qui lis ces lignes, l’expérience te tente ? Tu peux me contacter par mail pour obtenir la fiche atelier et organiser ta propre lecture collective ! Tu peux aussi demander à être mis en contact avec les autres intéressés près de chez toi.


  • Les Mirages de l’éolien, de Grégoire Souchay, éditions Seuil-Reporterre, mai 2018, 128 p., 12 €.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


[1Pour l’anecdote, certains pensaient trouver un livre sévèrement « anti-éolien ». Il s’agit cependant d’une enquête journalistique assez neutre qui étudie plusieurs aspects de cette technologie : historique, politique, social, écologique, économique. Selon l’auteur, le « mirage » réside dans le fait que ce moyen de production d’énergie n’est pas tout gentil et tout vert, car il fait appel à une logique extractiviste et spéculative. Il y a des lobbies « pro », des lobbies « anti », quels sont leurs intérêts ? À découvrir…


Source : Adrien Prévost pour Reporterre

Dessin : © Red !/Reporterre



THEMATIQUE    Culture et idées
23 mai 2019
L’écologie, grande absente des campagnes électorales en Espagne
Info
23 mai 2019
Face à l’irresponsabilité de M. Macron, décrochons ses portraits
Tribune
23 mai 2019
En Inde, les partis politiques ignorent le changement climatique
Info


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Adrien Prévost (Reporterre)