Le député Denis Baupin propose de repousser le débat sur les déchets nucléaires de trois mois

Durée de lecture : 2 minutes

24 mai 2013 / Denis Baupin


Dans une question écrite adressée ce jour à la ministre de l’écologie Delphine Batho, Denis Baupin vice-président de l’Assemblée Nationale s’interroge sur l’opportunité de tenir un débat public sur le projet de site d’enfouissement de déchets radioactifs CIGEO à Bure (Meuse) et propose un moratoire d’au moins trois mois avant la tenue d’une phase de concertation.

Il souligne que « l’Autorité de Sûreté Nucléaire a rendu, mercredi 22 mai, un avis sur le projet porté par l’ Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs. Cet avis pointe notamment un manque flagrant d’informations et de visibilité quant à l‘inventaire des déchets radioactifs qui pourraient faire l’objet d’un stockage. A l’heure actuelle, on ne sait ni quelle quantité de déchets, ni leur durée d’activité sont susceptibles d’être stockés dans le site d’enfouissement proposé. Cet avis de l’ASN modifie profondément l’approche du dossier Cigeo, et confirme nombre des questions posées par les écologistes sur ce projet depuis plusieurs années. »

« En outre, ajoute-t-il, le projet est très largement dépendant de la politique énergétique de la France. Or le débat national sur la transition énergétique est en cours, la phase de consultation du conseil national du débat et des citoyens devant s’achever à l’été, et le projet de loi être élaboré pour l’automne. Le vote d’une loi de programmation de la politique énergétique est donc prévu au début de l’année 2014. Les décisions qui seront prises sur l’avenir du nucléaire dans le mix électrique français, celui du retraitement et de la filière « MOX » qui accroit la dangerosité des matériaux à stocker, ainsi que sur l’opportunité de l’enfouissement en très grande profondeur de déchets radioactifs ayant une vie longue auront un impact certain sur le dimensionnement et l’opportunité même du projet porté par l’ANDRA ».

C’est pourquoi, selon Denis Baupin, « il n’apparait pas opportun de mener ce débat public sur un site de stockage de déchets nucléaires sans avoir de réelle vision du dimensionnement nécessaire des installations que l’on soumet au débat, ni de l’orientation future de la politique énergétique de la France. Ces deux aspects conditionnent totalement le projet ».



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de Denis Baupin

Photo : L’Est Républicain

Lire aussi : Le débat sur les déchets nucléaires à Bure tourne court

DOSSIER    Déchets nucléaires

THEMATIQUE    Énergie
20 février 2020
Les travailleurs du soin, malades du néolibéralisme
Enquête
21 février 2020
Fermeture de Fessenheim : après la centrale, le saut dans le vide
Reportage
21 février 2020
Coronavirus : « Ne stigmatisons pas les chauves-souris »
Info


Dans les mêmes dossiers       Déchets nucléaires



Sur les mêmes thèmes       Énergie





Du même auteur       Denis Baupin