Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Pollutions

Le « dieselgate » envoie le patron d’Audi en prison

La justice allemande a placé lundi 18 juin en détention provisoire le patron du constructeur Audi, filiale de Volkswagen, prononçant la première incarcération d’un très haut responsable dans l’enquête tentaculaire sur le scandale des moteurs diesel truqués.

Rupert Stadler, aux manettes d’Audi depuis onze ans, avait été mis en cause fin mai pour « fraude » et complicité d’« émission de faux certificats » par le parquet de Munich, qui avait ordonné la perquisition de son domicile. Dans ce dossier, soit l’un des volets du « dieselgate » qui empoisonne l’automobile allemande depuis près de trois ans, il a été arrêté et écroué lundi en raison d’un « risque de dissimulation de preuves », a indiqué le parquet dans un communiqué. Audi a de son côté confirmé à l’AFP l’interpellation de son dirigeant sans donner plus de détails, rappelant simplement « la présomption d’innocence » dont bénéficie M. Stadler.

Le dieselgate, scandale à tiroirs dans lequel les constructeurs allemands n’en finissent plus de s’embourber, avait éclaté en septembre 2015 chez Volkswagen, maison mère d’Audi et de Porsche. L’agence états-unienne de l’environnement (EPA) avait accusé le premier constructeur mondial d’avoir équipé 11 millions de ses voitures diesel d’un logiciel capable de fausser le résultat des tests antipollution et dissimulant des émissions dépassant parfois jusqu’à 40 fois les normes autorisées.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende