Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

On en parle — Écologie et spiritualité

Le difficile verdissement des Églises

Si les Églises ont compris la nécessité d’intégrer l’écologie à leurs discours, les avancées concrètes laissent encore largement à désirer, notamment au niveau des paroisses locales, expliquent les auteurs de ce livre.

  • Présentation du livre par son éditeur

Cet ouvrage retrace l’évolution des grandes Églises historiques sur la question de l’écologie.

C’est au cours des années 1960 que les premiers penseurs protestants identifient un lien possible entre croyances et crise environnementale. Une importante réflexion a été menée au sein du Conseil œcuménique des Églises. Elle a débouché sur un programme mis en place dès les années 1980, « Justice, paix et sauvegarde de la création », ainsi que plusieurs documents et prises de position théologiques. Malheureusement, ce travail est demeuré celui d’une élite. Il n’a jamais concerné les paroisses locales. Pourquoi cet échec ? C’est une des premières questions à laquelle cet ouvrage répond.

Ensuite, l’encyclique du pape François Laudato si’ a mis l’Église catholique au centre de l’agenda du verdissement des Églises. Après avoir montré que déjà au XIXe siècle plusieurs scientifiques catholiques essayaient de concilier leur foi et leurs connaissances environnementales, nous verrons que c’est surtout à partir du sud du monde, avec notamment la théologie de la libération et par l’engagement de la Compagnie de Jésus, que cette prise de conscience a pu avoir lieu, tardivement, dans le catholicisme. Mais là encore, sans réel impact en ce qui concerne l’engagement local des paroisses en Europe.

Si les discours théologiques des Églises intègrent de plus en plus la dimension environnementale, le temps des paroisses prophétiques ou exemplaires dans ce domaine en Europe semble encore bien loin.

  • Christophe Monnot est maître de conférences en sociologie du protestantisme et Frédéric Rognon est professeur de philosophie des religions, tous deux à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg.
  • Églises et écologie. Une révolution à reculons, de Christophe Monnot et Frédéric Rognon, éditions Labor et Fides, novembre 2020, 224 p., 19 €.
    Avec les contributions de Marie Drique, Fritz Lienhard, Philippe Martin, Luis Martínez Andrade, Christophe Monnot, Martin Robra et Frédéric Rognon. Préface de Dominique Bourg.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire