Le gouvernement japonais aurait minoré le niveau de gravité à cause des élections

Durée de lecture : 3 minutes

13 avril 2011 / Antoine Bouthier (lemonde.fr)


« Le Parti démocrate a certainement retardé l’annonce du reclassement du niveau de gravité pour attendre la fin les élections, qu’il a d’ailleurs perdus. Je réclame plus de transparence. » Ce message, envoyé sur Twitter par @pukuma, un habitant de la préfecture de Shimane, dans le sud du Japon, n’est pas un cas isolé. Depuis mardi matin, des accusations du même type déferlent sur le réseau social, très utilisé dans l’archipel.

De nombreux Japonais en veulent aux autorités d’avoir attendu la fin des élections locales de dimanche pour reclasser subitement l’accident nucléaire de Fukushima au même niveau que celui de Tchernobyl.

Alors que la situation semblait stable depuis quelques jours, ce n’est que mardi que l’Agence japonaise de sûreté nucléaire a élevé l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima Dai-Ichi au niveau maximum de 7 sur l’échelle des événements nucléaires et radiologiques. Déjà, lundi, la décision d’élargir la zone d’exclusion à trente kilomètres au lieu de vingt autour de la centrale endommagée avait suscité l’étonnement.

Au Japon, la crise nucléaire est désormais un enjeu politique national. Ce qu’a pu ressentir la majorité démocrate, lourdement sanctionnée pour sa gestion hasardeuse de la crise, en particulier dans la préfecture de Tokyo. Dans la capitale, le sujet du nucléaire a dominé la campagne électorale, éclipsant les enjeux plus locaux.

Le sulfureux Shintaro Ishihara, porté par le parti libéral d’opposition, y a été réélu gouverneur haut la main. Lors de la campagne, il a pris des mesures fortes comme celles de mesurer le niveau de contamination de l’eau de Tokyo, avant d’en siroter devant les caméras, directement à l’usine de traitement des eaux.

Il a également promis de renforcer la protection de la capitale contre les catastrophes naturelles, et a effectué une visite symbolique dans la préfecture de Miyagi, touchée par l’accident nucléaire de Fukushima. A ses dépends, le premier ministre, Naoto Kan, s’est souvent vu comparé à M. Ishihara dans les médias. Si l’annonce de rehausser le niveau de gravité avait été faite avant dimanche, la déroute du parti démocrate en aurait certainement été aggravée.

Près de Fukushima, lundi, la recommandation d’évacuer le village d’Iitate a provoqué une grande confusion, rapporte l’agence AP. Les autorités locales avaient encore assuré, la semaine dernière, que les 6 200 habitants n’étaient pas en danger. « Ils n’ont pas voulu donner l’ordre formel de partir parce qu’ils ne veulent pas payer de compensation. (...) Je pense que c’est une question d’argent, pas de sécurité », dénonce Kayoko Iga, qui habite dans la zone d’exclusion.

Egalement cité par l’agence, Hideo Hayashi, un sous-traitant de Tepco, soupire : « J’ai travaillé à la centrale. Contrairement à la plupart des gens du coin, je m’y connais en radioactivité (...). Je pense que le gouvernement a été bien trop optimiste pour éviter la panique. »

Mais sur Twitter, la communication du gouvernement semble avoir provoqué l’effet inverse : « Il est évident que le gouvernement a retardé cette annonce à cause des élections. Les déclarations sur la sûreté étaient démagogiques... une démagogie de la rumeur. J’ai peur que l’esprit pacifique des Japonais n’en soit altéré », s’inquiète le Tokyoïte @IKE_SYO.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.lemonde.fr/japon/article...

Ecouter aussi : Le gouvernement japonais dit-il la vérité sur la radioactivité ?

DOSSIER    Fukushima

21 janvier 2020
Faire durer les grèves : les leçons de l’histoire
Enquête
21 janvier 2020
Les feux menacent la santé mentale des Australiens
Info
20 janvier 2020
Agir localement pour changer l’avenir
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Fukushima