Le gouvernement ne renonce pas aux autoroutes

Durée de lecture : 1 minute

10 juillet 2013 / Camille Martin (Reporterre)

Le Plan « Investir pour la France », présenté par le premier ministre le 9 juillet, serait « écologique ». Problème : il prépare le financement de nombreux projets autoroutiers.


Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a présenté mardi 9 juillet le « Plan Investir pour la France ».

Présenté comme écologique, ce plan prévoit en fait une relance autoroutière. Il indique en effet : « Le Gouvernement propose de l’ordre de 30 Md€ d’investissements, tous financeurs confondus, dans les grands projets prioritaires : (scénario n°2 de la commission Mobilité 21) ».

Or qu’indique le scénario n°2 de la Commission Mobilité 21 ? Une longue liste de projets à des horizons plus ou moins lointains :

En « premières priorités » (p. 47) : Route centre Europe Atlantique, contournement est de Rouen, RN 154, A 54, contournement d’Arles, A 31 bis Toul-Luxembourg, A 45 Lyon Saint Etienne, RN 126 Toulouse Castres.

Puis, en « secondes priorités » (p. 48) : A 104 Méry-sur-Oise Orgeval, A 319 Langres Vesoul, A 355 grand contournement ouest de Strasbourg, grand contournement autoroutier de Lyon, Liaison est ouest Avignon, RN 154.

Et sans oublier, à des « horizons plus lointains » (p. 49) : A 26 Troyes Auxerre, A 51 Gap Grenoble, A 51 La Saulce La Batie Neuve, A 831 Fontenay le Comte Rochefort, désenclavement routier du Chablais.

Est-il besoin de rappeler que bon nombre de ces projets font l’objet de batailles écologistes de longue date ? Tels les projets d’Avignon, de Strasbourg, de Gap-Grenoble, de Lyon-Saint Etienne, de Castres-Toulouse.

Selon l’association Agir pour l’environnement, « en faisant le choix de soutenir le scénario n°2 du rapport Duron, présenté comme le plus ambitieux par le premier ministre, le gouvernement a décidé d’investir massivement dans une relance autoroutière, présentée comme compatible avec la transition énergétique. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre

Photo : Terrasson et vous

Lire aussi : Rapport Duron sur les infrastructures : peut mieux faire, vraiment

DOSSIER    Autoroutes

18 octobre 2019
Pour 2020, un budget d’un vert bien pâle
Info
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Autoroutes





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)