Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Libertés

Le gouvernement rend possible le fichage en raison des opinions

Un décret publié mercredi 2 décembre et repéré par le site d’information NextInpact prévoit que des fichiers de police pourront désormais contenir légalement des données sur les opinions des personnes.

L’article R236-13 du code de la sécurité intérieure prévoit donc désormais que « sont autorisés, pour les seules fins et dans le strict respect des conditions définies à la présente section, la collecte, la conservation et le traitement de données (...) relatives (...) à des opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses ou une appartenance syndicale ». Jusqu’ici, c’étaient les activités — politiques, militantes, syndicales, religieuses — qui pouvaient être documentées dans les fichiers de police et de gendarmerie. « Maintenant, les opinions suffisent », s’est alarmée la militante des libertés Anne-Sophie Simpere sur Twitter.

Toute personne soupçonnée de pouvoir mener des activités terroristes, mais aussi plus largement de porter atteinte à « la sécurité publique » ou à la « sûreté de l’État » peut désormais être fichée de cette manière. La Cnil (Commission nationale information et libertés) a estimé que la liste des « catégories de données à caractère personnel » pouvant être collectées était « particulièrement large ». Celle-ci va des données d’identité aux activités sportives en passant par le parcours professionnel, les déplacements et les « habitudes de vie ». « Combien d’entre nous pourraient être fichés selon ces critères ? », s’interroge Anne-Sophie Simpere.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende