Le sol, un bien commun en péril

Durée de lecture : 1 minute

16 février 2019 / Frédéric Denhez

Frédéric Denhez, dans « Le sol », a enquêté sur la dégradation de ce bien commun, garant de notre alimentation et de nos paysages et appelle à une profonde révolution des mentalités.

  • Présentation du livre par son éditeur :

26 m2, soit l’équivalent d’un studio : voilà la surface de terres fertiles dont la France est amputée chaque seconde, sous la pression du macadam, des zones pavillonnaires et des hypermarchés dont notre pays est champion. Comment une telle situation est-elle possible, alors que nous peinons déjà à nourrir une population mondiale en pleine explosion ?

Pour le savoir, Frédéric Denhez a mené cette enquête corrosive, sillonnant le territoire, sondant les agriculteurs « conventionnels » ou convertis au bio, les maires, les chercheurs… Et ce qu’il a découvert alarme : non seulement le sol se raréfie, mais il ne parvient plus à assurer les services qui le rendent inestimable. La dégradation de ce bien commun, garant de notre alimentation et de nos paysages, appelle à une profonde révolution des mentalités.

Mais tout espoir n’est pas perdu : revenant au passage sur bon nombre d’idées reçues comme l’intérêt du tout bio ou les bienfaits du « zéro carbone », l’auteur propose une série de solutions à adopter d’urgence pour, enfin, cesser de ruiner notre sol.


  • Le sol. Enquête sur un bien en péril, de Frédéric Denhez, éditions Flammarion, octobre 2018, 236 p., 7 €.


Lire aussi : Artificialisation des sols : « Même là où la France se dépeuple, le béton continue à croître »
DOSSIER    Étalement urbain

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage


Dans les mêmes dossiers       Étalement urbain