Le vélo est en carton, pirouette, cacahouète, le vélo est en carton

Durée de lecture : 3 minutes

9 juillet 2014 / Nicolas Tranchant (Notre-planète.info)

Izhar Gafni est l’inventeur d’un vélo ultra résistant, peu cher et écologique... en carton ! Vendu à un prix très accessible, il rêve de démocratiser le moyen de locomotion le moins polluant du monde, notamment dans les pays en voie de développement.


C’est bien plus qu’un projet, car cette invention est en phase de planification de production industrielle. Invention notable à plus d’un titre, car ce vélo en carton semble réunir tous les éléments d’une success-story comme les amis de la planète aimeraient en voir plus souvent.

En effet, réussir à développer un moyen de transport fabriqué en grande partie à base de matériaux recyclés, abordable pour tous (et spécialement pour les classes pauvres des pays émergents) et permettant de réduire les émissions de CO2 pourrait être un défi impossible à réaliser. Et pourtant, ce génial inventeur Israélien l’a relevé et est en passe de le gagner.

Un vélo éco-responsable

En effet, ce vélo est fabriqué entièrement à partir de carton (à 90 %), plastique et caoutchouc recyclés. On pourrait imaginer un vélo Frankestein rafistolé de partout et difficilement utilisable et pourtant il est à l’épreuve de l’eau, du feu et peut supporter un poids de 135 kilos environ.

De par la conception de ses roues, il est même increvable, avantage indéniable sur nos vélos. Même si le bilan carbone du vélo est de loin le plus respectueux de l’environnement (comme le montre ce comparatif), la commercialisation industrielle d’un tel vélo permettrait de répondre aux besoins humains tout en épargnant des rejets de CO2 dans la nature dû à la fabrication classique de vélos.

Ce vélo est fait en très grande partie de carton (100 % recyclé) plié à la presse et simplement collé. La simplicité du système laisse rêveur et on se demande comme cela n’a pas pu être entrepris plus tôt. Cerise sur le gâteau, l’inventeur de ce vélo, Izhar Gafni, veut en faire un produit socialement responsable en plus d’être écologique et économiquement rentable.

Izhar rêve de vendre son vélo pour seulement vingt dollars et envisage une première phase de vente à New York où l’acheteur financerait par son achat un vélo pour un enfant défavorisé d’Afrique du Sud.

Izhar Gafni voit son invention comme un moyen de donner de la mobilité aux démunis des pays émergents et pour les pays riches ce serait un moyen d’aider à décongestionner les centres villes en rendant le vélo le moyen de locomotion de loin le plus abordable de tous et pour tous.

L’épopée du vélo en carton

Izhar Gafni a inventé le vélo en carton dans son garage après avoir vu une personne fabriquer un canoë en carton. Après la mise au point de ses prototypes, il lance l’entreprise Cardboard Technologies en 2013 avec un associé.

En Juin 2013 ils lancent une campagne de collecte de fonds par crowdfunding via Indiegogo qu’ils stoppent d’eux-mêmes pour se tourner vers le financement privé. Les premiers modèles disponibles sur le marché sont attendus pour l’été 2015.

http://www.youtube.com/watch?v=jcDbFiSg49Y

La suite du vélo

Bien que révolutionnaire, ce vélo ne constitue qu’une étape pour son inventeur. En effet, fort des solutions technologiques mises au point pour la fabrication de ce vélo, Izhar Gafni envisage de les appliquer à la fabrication d’autres composants industriels utilisés par le secteur spatial notamment.

En effet, certains des composants du vélo, fabriqués en carton, sont aussi résistants que s’ils étaient faits de carbone. Avec une différence notable, la production de carbone nécessite d’énormes quantités d’énergie et le carbone reste un matériau cher. D’ici dix ans, Izhar voit donc ses solutions techniques reprises et appliquées bien au-delà de l’industrie du vélo.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Notre-planète.info

Lire aussi : Le phare qui annonce aux voitures qu’un vélo arrive

DOSSIER    Transports

19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
20 novembre 2019
Dans sa ferme, Anita prend soin des chèvres... et des humains


Dans les mêmes dossiers       Transports