Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Économie

Les 1 % les plus riches détraquent plus le climat que les 50 % les plus pauvres

Un yacht au large de l'archipel de Santorin, en Grèce.

Les 10 % les plus riches de la planète sont responsables de près de la moitié des émissions de carbone. Ce constat saisissant est dressé par le Laboratoire sur les inégalités mondiales, dans son rapport 2022, publié mardi 7 décembre. « Les inégalités de revenus et de patrimoine mondiales sont étroitement liées aux inégalités écologiques et à l’inégalité des contributions au changement climatique », y déclare Lucas Chancel, économiste français et principal auteur de l’étude.

Si en moyenne, un individu émet 6,6 tonnes d’équivalent dioxyde de carbone (CO₂) par an, leurs recherches ont permis de mettre en lumière d’importantes disparités au sein de la population mondiale. Ainsi, les 1 % les plus fortunés sur Terre ont émis 17 % des gaz à effet de serre mondiaux, tandis que les 50 % les plus pauvres n’en ont causé que 12 %.

« L’ampleur de ces inégalités conduit à penser que les politiques climatiques devraient davantage cibler les pollueurs aisés, poursuit Lucas Chancel. Or, jusqu’à présent, ces politiques, par exemple les taxes carbone, ont souvent frappé de manière disproportionnée les catégories à revenus faibles ou moyens, sans faire évoluer les habitudes de consommation des catégories les plus fortunées. » Le rapport passe en revue plusieurs stratégies envisageables pour redistribuer les richesses. Il souligne, en conclusion, que cela est indispensable pour répondre aux enjeux du XXIᵉ siècle.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende