Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Santé

Les mangeurs réguliers de bio risquent moins que les autres de développer un cancer

Dans le suivi de la cohorte NutriNet-Santé réalisée sur une population d’adultes français, une nouvelle étude vient d’être publiée comparant le risque de développer un cancer chez les consommateurs de produits issus de l’agriculture biologique au même risque chez les non-consommateurs ou consommateurs épisodiques d’aliments bio.

L’analyse a porté sur un échantillon de 68.946 participants (78 % de femmes, âge moyen 44 ans) de la cohorte française NutriNet-Santé pour lesquels a été renseignée la consommation d’aliments bio ou conventionnels.

Le résultat de cette étude Inserm/Inra montre que les consommateurs réguliers de produits issus de l’agriculture biologique présentent un risque de développer un cancer inférieur de 25 % à celui des non consommateurs ou consommateurs épisodiques. Ce risque moindre pour les consommateurs bio est encore plus marqué pour les cancers du sein en post-ménopause (-34 % de risque) et les lymphomes (-76 % de risque).

Les auteurs de cette étude avancent deux hypothèses pour expliquer ce risque diminué :

  • La présence de résidus de pesticides synthétiques beaucoup plus fréquente et à des doses plus élevées dans les aliments issus d’une agriculture conventionnelle comparés aux aliments bio ;
  • Les teneurs potentiellement plus élevées en certains micronutriments (antioxydants caroténoïdes, polyphénols, vitamine C ou profils d’acides gras plus bénéfiques) dans les aliments bio.

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende