Les nanotechnologies se diffusent sans principe de précaution

18 mai 2016 / Francelyne Marano



Cosmétiques, emballages, produits alimentaires, médicaments, textiles, jouets…, les nanoparticules ont aujourd’hui envahi notre quotidien. En France, plus de 400.000 tonnes ont ainsi été utilisées en 2013. Tous les domaines sont désormais concernés, car ces toutes petites particules possèdent des propriétés physico-chimiques spécifiques particulièrement intéressantes que n’ont pas les particules plus grosses : elles permettent de créer des vitres « autonettoyantes », du béton « antisalissure », des revêtements bactéricides, des matériaux ultrarésistants ou ultralégers.

Pourtant, si leurs bénéfices sont clairs, de plus en plus de scientifiques et d’associations soupçonnent aujourd’hui les nanoparticules d’être dangereuses pour la santé et pour l’environnement. Alors toutes leurs applications sont-elles vraiment utiles ? Doit-on réellement s’en méfier ? Le principe de précaution comme le bon sens recommanderaient donc, en attendant d’en savoir davantage, de ne plus mettre sur le marché des produits de consommation non testés et, a minima, de les limiter aux produits véritablement indispensables.


- Faut-il avoir peur des nanos ? par Francelyne Marano, Buchet-Chastel, 128 p., 12 €.

Source : Buchet-Chastel




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le monde des nanomatériaux s’élabore en cachette
DOSSIER    Nanotechnologies

18 octobre 2017
Emplois aidés : la bataille continue contre le coup porté aux associations
Tribune
19 octobre 2017
Eoliennes et infrasons : voilà les réponses pour s’entendre
Tribune
18 octobre 2017
Comment passer à l’électricité verte : on vous explique
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Nanotechnologies