Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Pollutions

Les navires de croisière polluent plus que toutes les voitures européennes

D’après une étude de l’ONG Transport & Environment, publiée le 5 juin, les bateaux de croisière polluent plus que l’ensemble des automobiles européennes. En 2017, le leader mondial du domaine, Carnival Corporation, a émis près de dix fois plus d’oxyde de soufre (SOx) que l’ensemble des 260 millions de voitures du parc européen. Son concurrent, le numéro deux mondial Royal Carribean (qui détient notamment le Symphony of the Seas, le plus grand navire de croisière du monde), en a émis quatre fois plus.

D’après l’ONG, « les émissions d’oxyde de soufre sous forme d’aérosols sulfatés (SO4) augmentent les risques pour la santé humaine et contribuent à l’acidification dans les environnements terrestres et aquatiques ».

L’Espagne, l’Italie et la Grèce sont les pays européens les plus touchés par cette pollution atmosphérique, suivis de près par la France et la Norvège. Barcelone, Palma de Majorque et Venise sont quant à elles les villes les plus exposées aux gaz toxiques recrachés par ces bateaux.

Classement des ports européens les plus pollués par les navires de croisière. En 2017, à Barcelone, 105 bateaux ont émis environ 33.000 kilogrammes d’oxyde de soufre, tandis que 560.000 voitures en ont émis environ 6.000 kilogrammes.

Transport & Environment souligne que « ces pays sont exposés à la fois parce qu’ils sont des destinations touristiques majeures, mais aussi parce qu’ils appliquent des normes moins strictes en matière de carburant au soufre, ce qui permet aux navires de croisière de brûler le carburant le plus sale et le plus sulfureux le long de leurs côtes ».

« Les villes interdisent à juste titre les voitures diesel sales, mais elles donnent un laissez-passer gratuit aux compagnies de croisière qui émettent des émanations toxiques causant des dommages incommensurables à la fois à ceux qui se trouvent à bord et sur les rives à proximité. C’est inacceptable », assène Faib Abbasov, le responsable de la politique maritime de l’ONG.

  • Illustrations : © Transport & Environment

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende