Loi sur la transition : « Inacceptable ! », s’insurge Chanteguet

11 février 2015 / Entretien avec Jean-Paul Chanteguet



Laminé par le Sénat, le projet de loi sur la transition énergétique renvoie la réduction du nucléaire aux calendes grecques et annule la fermeture du réacteur de Fessenheim. Le texte est « inacceptable » selon le président (PS) de la commission du Développement durable à l’Assemblée nationale, Jean-Paul Chanteguet. Il ne votera pas le texte en l’état, précise-t-il sur Reporterre.

Cela devait être l’un des grands textes écolos du quinquennat de François Hollande. Mais malgré plus de deux ans de débat, le texte a été laminé durant son passage au Sénat. Le projet de loi en ressort tellement affaibli qu’il devient « inacceptable » dénonce le député PS Jean-Paul Chanteguet. Si le gouvernement présente le texte en l’état devant l’Assemblée Nationale, le socialiste affirme qu’il ne le votera pas.

Reporterre - Vous avez déclaré que le texte sorti de la commission des affaires économiques du Sénat est « inacceptable ». Pourquoi ?

Jean-Paul Chanteguet - Le texte voté par la commission du Sénat est inacceptable parce qu’il ne reprend pas les engagements forts du Président de la République. Par exemple celui de réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 % aujourd’hui à 50 % d’ici 2025. Dans le texte du Sénat, il n’est plus question d’atteindre cet objectif. A la place de la date de 2025, il est précisé « à terme »  : cela signifie que l’objectif pourrait être atteint un jour, mais à un horizon incertain.

Toujours sur le nucléaire, les amendements votés par la commission des affaires économiques du Sénat relèvent le plafond de la capacité totale d’électricité nucléaire de 63,2 Gigawatts dans le texte initial à 64,85 Gigawatts dans celui du Sénat. Ce plafond est augmenté précisément de la puissance de l’EPR de Flamanville. Si bien que quand il sera ouvert, il ne sera pas nécessaire de fermer deux autres réacteurs nucléaires.

Cela, ce sont des engagements du Président de la République. Mais le Sénat a aussi modifié les conditions de création des parcs éoliens terrestres. Il rétablit la nécessité d’avoir au minimum cinq mâts éoliens minimum par parc et l’obligation de créer des zones de développement de l’éolien. C’est un retour en arrière, car ces mesures avaient été supprimées par la loi Brottes, qui avait permis de relancer le développement de l’éolien terrestre.

Pourquoi vous référez-vous aux engagements du Président de la République ?

Parce que dans ce domaine là, ce sont les engagements les plus ambitieux de l’exécutif. Je ne peux pas me référer à d’autres engagements, il n’en existe pas d’autres. Personne d’autre au gouvernement n’a dit qu’il souhaitait se désengager du nucléaire dans les 30, 40 ans qui viennent.

Ce qui sauvait la loi à vos yeux et à celle de nombreux acteurs du monde de l’écologie, c’était ces grands objectifs que consacrait la loi : réduction de la place du nucléaire dans le mix énergétique, mais aussi diminution de la consommation d’énergie de 50 % d’ici 2050 et réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Que reste-t-il de ces deux derniers objectifs ?

Il ne reste que l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il devient l’objectif principal et on perd de vue celui de réduction de la consommation d’énergie finale. Dans le texte de l’Assemblée nationale, cet objectif prenait la forme d’un engagement, alors que le texte du Sénat se contente de dire que l’on « poursuit » cet objectif. C’est beaucoup moins contraignant, cela change considérablement le sens, sinon d’ailleurs le Sénat n’aurait pas modifié cet article.

Donc en fait, le texte tel que modifié par le Sénat consacre le fait qu’il n’y aura pas de transition énergétique ?

Oui, on maintient le modèle énergétique actuel et on va même jusqu’à le renforcer : on donne encore plus de place au nucléaire. Ce projet de loi reste organisé autour du modèle centralisé de production et de distribution d’électricité. [Alors que les acteurs qui souhaitent une transition énergétique prônent un modèle décentralisé, adapté aux énergies renouvelables. Le modèle centralisé est lui adapté au nucléaire. - NDLR]

D’ailleurs la ministre de l’Ecologie, quand elle a présenté son texte, a bien dit qu’elle présentait un nouveau ’modèle’ énergétique, pas une ’transition’ énergétique. Le Conseil National de la Transition écologique le lui a fait remarquer. On a alors changé le titre du texte en « projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte », sans modifier le contenu du texte.

Quelle différence entre ’modèle’ énergétique et ’transition’ énergétique ?

La transition énergétique va bien au-delà du modèle énergétique. La transition englobe la dimension du logement, du transport, de l’économie circulaire, alors que lorsque l’on parle de nouveau modèle énergétique on se situe uniquement sous l’angle de la production énergétique, en occultant la question de la consommation. On agit uniquement sur l’offre et pas sur la demande.

Le gouvernement peut-il laisser passer le texte en l’état, sans les engagements du Président de la République ?

Je ne sais pas s’il peut laisser passer cela, mais je lui conseille de ne pas le faire. Je fais partie de ceux qui considèrent que ce texte est déjà très en retrait, et que si les engagements du Président de la République n’étaient pas respectés, ce texte ne devrait pas être adopté. Si le texte revient devant l’Assemblée Nationale en l’état, je ne pourrai que voter contre.

Justement, quelles sont les étapes suivantes pour le texte, a-t-il une chance d’être à nouveau modifié dans le sens que vous souhaitez ?

Le Sénat ne modifiera qu’à la marge le texte voté par la Commission des affaires économiques. Il ne reviendra pas sur la modification des objectifs en terme de nucléaire. Le projet de loi va ensuite aller en commission mixte paritaire, composée de députés et sénateurs. Là, on peut envisager deux hypothèses. Première solution, les parlementaires se mettent d’accord : le texte revient à l’Assemblée nationale et au Sénat, il est voté et adopté définitivement. Dans ce cas, on peut craindre que les engagements du Président de la République ne soient pas repris.

Deuxième hypothèse, députés et sénateurs ne tombent pas d’accord : dans ce cas le texte revient à l’Assemblée nationale en 2e lecture, puis en 2e lecture Sénat, puis en 3e et dernière lecture à l’Assemblée nationale qui aura le dernier mot.

Quelle est la plus forte probabilité selon vous ?

J’ai cru comprendre que certains, au niveau du gouvernement, souhaitent qu’il y ait un accord en commission mixte paritaire.

Parce qu’ils veulent que le texte soit voté rapidement…

C’est cela. Mais moi aussi je souhaite qu’il soit voté rapidement ! Seulement pas dans n’importe quelles conditions…

- Propos recueillis par Marie Astier




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La loi de transition énergétique consacre la souveraineté du nucléaire en France

Source : Marie Astier pour Reporterre

THEMATIQUE    Energie
16 octobre 2017
Le mouvement écolo ne reflète pas la diversité de la population
Enquête
17 octobre 2017
Le film qui sonne la fin du Roundup de Monsanto
À découvrir
17 octobre 2017
Pesticides : décision surprise du tribunal de Foix, il demande à la Cour européenne de trancher
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Energie