Macron, ça commence mal

29 septembre 2017 / Alternatives économiques



  • Présentation de la revue par son éditeur :

Voici l’éditorial du numéro d’octobre de la revue Alternatives économiques :

Macron, acte I

On y voit plus clair sur la politique d’Emmanuel Macron. Et à ce stade elle manque, à vrai dire, terriblement d’originalité. Sur le plan du marché du travail, il veut surtout faciliter les licenciements, comme le recommandent inlassablement l’OCDE, le FMI, la Commission européenne..., tels des moines tibétains avec leurs mantras. Une politique qui ne peut que rendre notre économie moins résiliente tout en limitant l’engagement des salariés au sein de leur entreprise. Parallèlement, il en rajoute une louche en faveur de la création d’emplois de smicards, comme on le fait déjà depuis un quart de siècle avec le succès que l’on connaît. Pour ne rien arranger, il taille aussi à la hache dans les emplois aidés, ce qui va renvoyer à Pôle emploi des dizaines de milliers de personnes, parmi les plus en difficultés, tout en mettant à mal associations et services publics.

Du côté de la fiscalité, il a choisi de rendre en priorité 7 milliards d’euros aux plus riches en vidant l’ISF de sa substance et en baissant fortement l’impôt sur les revenus du capital. Rejoignant ainsi les adeptes de la théorie du ruissellement : si on laisse les riches devenir plus riches, ça finira bien par profiter aux pauvres... Une politique dont on a vu, en particulier aux États-Unis, qu’elle aggravait surtout les inégalités, minant la cohésion sociale et donc l’efficacité économique. Ce libéralisme très classique n’est même pas accompagné, pour l’instant, par une volonté modernisatrice sur d’autres terrains : le énième projet de loi antiterroriste est inquiétant en matière de droits et de libertés, la politique éducative semble surtout tournée vers un « bon vieux temps » mythifié et la politique de non-accueil des réfugiés prolonge celle suivie par Manuel Valls et Nicolas Sarkozy.

Bref, l’acte I du quinquennat d’Emmanuel Macron n’est guère de nature à séduire. On n’en est certes qu’au début et on observera attentivement les réformes annoncées de la formation professionnelle ou de l’assurance chômage, censées apporter (enfin) un peu de sécurité aux salariés. Il faudra aussi mesurer sa capacité à prendre (ou non) au sérieux la transition énergétique. Et on verra si le président s’engage réellement pour changer la logique européenne, comme il en a manifesté l’intention. A suivre donc.

  • Le sommaire du numéro est ici




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
THEMATIQUE    Politique
17 octobre 2017
Pesticides : décision surprise du tribunal de Foix, il demande à la Cour européenne de trancher
Info
16 octobre 2017
Le mouvement écolo ne reflète pas la diversité de la population
Enquête
17 octobre 2017
Le film qui sonne la fin du Roundup de Monsanto
À découvrir


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Alternatives économiques