Monsieur Retailleau, avec Notre-Dame-des-Landes, ne trahissez pas la jeune génération

Durée de lecture : 3 minutes

21 décembre 2015 / Quentin Noire

Les bruits de bottes recommencent à se faire entendre autour de Notre-Dame-des-Landes. Mais n’est-il pas temps de tourner la page sur un projet du passé et dépassé ? C’est ce que demande un jeune ingénieur au nouveau président de la région des Pays de la Loire.

Quentin Noire est un jeune ingénieur et vit près de Nantes. Il a envoyé cette lettre ouverte à Reporterre.


A l’attention de M. Bruno Retailleau, Président de la région Pays de la Loire

Monsieur Retailleau,

Je m’appelle Quentin. Je suis un citoyen de 24 ans, ingénieur de formation (à l’Icam Nantes), résidant en Loire-Atlantique.

Je vous fais part via cette lettre du sentiment d’incompréhension qui m’anime en ce moment.

La première action que vous avez prise après votre élection à la tête de notre région a été la suivante : appeler le ministre de l’Intérieur pour lui demander d’expulser au plus vite la ZAD de Notre Dame des Landes afin de commencer les travaux de l’aéroport dans les prochains mois.

Je ne suis pas un zadiste, ni un paysan prêt à être expulsé, je suis un jeune de 24 ans au parcours « classique » qui souhaite comprendre vos motivations, vous qui nous représentez aujourd’hui.

Je ne comprends pas. Comment est-il possible de vouloir bétonner autant de surface agricole pour la construction d’un aéroport ? Pourquoi souhaitez-vous faire passer « l’emploi » avant toute considération de long terme (comme la possibilité pour l’humanité de vivre sur une planète habitable) ? Comment pouvez-vous vous lever le matin en sachant que vos petits-enfants vous accuseront d’avoir hypothéqué leur avenir au nom de la « croissance économique » ?

Monsieur Retailleau, je ne souhaite pas entrer en conflit avec vous. Je souhaite uniquement comprendre votre motivation à vouloir réaliser coûte que coûte un projet qui date d’un autre siècle. Oui, au 20ème siècle, l’aéroport de Notre Dame des Landes avait sa raison d’être, si l’on prenait uniquement en compte des critères économiques. Mais nous sommes entrés depuis seize ans dans le 21ème siècle, une période pendant laquelle les considérations écologiques sont prioritaires si nous souhaitons que les générations futures puissent vivre en toute sérénité.

En mettant la réalisation de l’aéroport de Notre Dame des Landes comme priorité de votre mandat, ce n’est pas seulement toute la jeune génération que vous trahissez. Vous trahissez vos enfants, vos petits-enfants, et tous ceux qui se sont battus dans le passé pour que le monde ne soit pas un champ de bataille.

Monsieur Retailleau, au nom de la jeunesse et des générations futures, je vous demande d’écouter. Faites l’effort d’écouter tous ceux qui mettent l’intérêt général avant toute considérations purement économiques de court terme.

Que voulez-vous que l’on retienne de vous dans dix, cinquante ou cent ans ? Vous avez le choix de décider maintenant. Voulez-vous que l’on se souvienne d’une personne irresponsable symbolisant la vision du monde du 20ème siècle où l’homme pillait la planète sans broncher ? Ou voulez-vous que vos enfants et petits-enfants se souviennent d’un homme politique courageux devenu un héros dans le monde entier après l’abandon du projet de Notre Dame des Landes ?

Oui, Monsieur Retailleau, le monde vous regarde. Notre Dame des Landes n’est pas uniquement un projet d’aéroport, c’est toute une vision du monde qui est en sursis aujourd’hui.

Ne nous décevez pas.

En vous souhaitant tout le courage nécessaire pour prendre des décisions allant dans le sens de l’intérêt général,

Quentin Noire



Lire aussi : À Notre-Dame-des-Landes, Vinci recule, les expulsions n’auront pas lieu

Source : Courriel à Reporterre

Photo : En août 2013 à Notre-Dame-des-Landes (DR)

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes