Notre Dame des Landes : AGO doit rembourser les subventions, affirment les opposants

Durée de lecture : 2 minutes

11 juillet 2014 / Cedpa



Les subventions versées à AGO pour préparer l’aéroport de Notre Dame des Landes sont illégales, indique la Comission européenne dans une décision qui vient d’être publiée. Des élus demandent que ces subventions soient reversées aux collectivités publiques.


Alors que le versant environnemental du projet d’aéroport à Notre Dame des Landes fait l’objet d’une procédure d’infraction de la part de l’Europe, les aspects économiques du dossier sont examinés de près par les associations opposées au projet.

La Commission Européenne a reconnu, le 7 novembre 2013, que les aides versées par l’Etat et les collectivités locales à AGO pour la construction de l’aéroport étaient compatibles avec le marché européen. Cependant, dans cette même décision, la Commission Européenne a considéré que les sommes versées par l’Etat et les collectivités locales à AGO constituaient bien une aide d’Etat au sens du droit européen.

Or ces aides, versées depuis mai 2011, n’ont été notifiées à la Commission Européenne qu’en juillet 2013, sous la pression de la pétition déposée par l’ACIPA et le CEDPA devant la Commission des Pétitions du Parlement Européen.

Par cette décision qui vient d’être publiée dans sa totalité,

- la télécharger ici : :

la Commission reconnait ainsi explicitement que la « mesure d’aide est illégale au sens de l’article 108, paragraphe 3 du traité sur le fonctionnement de l’union européenne » sur la période comprise entre le début de son versement et la décision de la Commission (mai 2011 à novembre 2013).

Cette illégalité implique, selon la jurisprudence européenne et nationale, le reversement des aides et des intérêts afférents aux collectivités locales et à l’Etat.
En conséquence, le CEDPA vient d’adresser un courrier à l’Etat et aux collectivités locales qui participent au financement afin qu’ils sollicitent la récupération des aides perçues par AGO sur la période concernée et des intérêts afférents, soit une somme totale de 38,4 millions d’euros.

- Courrier à télécharger :

A défaut d’action en ce sens de la part de ces derniers, les juridictions nationales seront saisies afin d’obtenir le retour de ces sommes dans le patrimoine de l’Etat et des collectivités.

Alors que le syndicat mixte vient de suspendre le 16 juin dernier ses versements au projet, il est sain que l’argent public retourne dans les caisses des collectivités locales et de l’Etat qui cherchent chaque jour à faire des économies. Il est temps aussi de mettre fin au non-sens économique et écologique que constitue ce projet d’aéroport.





Source : Cedpa (Collectif d’élu(e)s doutant de la pertinence de l’aéroport).

Desssin : Acipa

Consulter le Dossier Notre-Dame-des-Landes



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
23 septembre 2020
La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Cedpa