Notre-Dame-des-Landes : Les grévistes de la faim sont alités

25 avril 2012 / Le Télégramme


Nantes - 23 avril 2012

Les deux agriculteurs ayant entamé, il y a treize jours, une grève de la faim afin de protester contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et leur expulsion de leurs fermes et de leurs habitations, sont désormais allongés sur des lits pliants sous une tente dressée dans le centre-ville de Nantes.

Les deux hommes, Marcel Thébault, 54 ans, exploitant agricole et Michel Tarin, 64 ans, agriculteur en retraite, qui ont arrêté de se nourrir le 11 avril, ont perdu respectivement douze et onze kilos.

La conseillère générale Parti de gauche Françoise Verchère, qui a rejoint leur mouvement le 18 avril, a pour sa part annoncé la perte de six kilos. Tous trois sont désormais étendus sur des lits pliants sous une tente plantée dans un square du centre de Nantes et sont vus quotidiennement par des médecins. « On peut encore marcher mais on risque de tomber : je me suis évanouie une fois, pas envie de recommencer », a raconté Mme Verchère.

Les agriculteurs, dont les propriétés sont situées sur le futur site, ont commencé leur mouvement après avoir reçu un avis d’expropriation. Ils demandent la suspension de la procédure dans l’attente de l’issue de recours en justice contre la déclaration d’utilité publique de l’aéroport, attribué au groupe Vinci.

Un projet largement contesté

L’aéroport doit être construit d’ici à 2017 à Notre-Dame-des-Landes, à 30 km au nord de Nantes. Le projet, validé par l’Etat, est soutenu par le PS, qui domine les collectivités locales concernées, et par l’UMP. Mais il est contesté notamment par Europe Ecologie-Les Verts, le Parti de Gauche et le Modem, ainsi que par de nombreuses associations locales et la Confédération paysanne.

Des opposants ont annoncé leur intention d’interpeller lundi après-midi le candidat socialiste François Hollande lors de son meeting à Lorient.

La procédure d’expropriation des propriétaires et des exploitants situés sur la concession de 1.600 hectares attribuée au groupe Vinci a démarré en janvier 2012.




Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Le Télégramme de Brest

Lire aussi : La grève de la raison

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Luttes
20 décembre 2018
Fabriquer ses cadeaux de Noël en cinq leçons
Alternative
22 janvier 2019
On peut renverser le capitalisme sans modèle pour la suite
Tribune
21 janvier 2019
Un projet de mine d’or menace l’eau potable en Arménie
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Le Télégramme