Nuit debout a l’honneur des « Temps modernes »

12 janvier 2017 / Les Temps modernes



  • Présentation de la revue par son éditeur :
  • Nuit debout et notre monde : Patrice Maniglier, De quoi Nuit debout est-il le signe ? (avant-propos).
  • Valérie Gérard - Mathieu-Hô Simonpoli, Des lieux et des liens.
  • Aléric de Gans, Tous nos jours de tonnerre. Témoignage sur la naissance du cortège de tête.
  • Arthur Guichoux, Nuit debout et les « mouvements des places » : désenchantement et ensauvagement de la démocratie.
  • Maria Kakogianni, Rêvolution et insomnies.
  • Marco Assennato, Voyage à travers la machine-temps du 37 mars.
  • Haud Guéguen, Debout ! La reconnaissance et la lutte.
  • Adèle Zetkine, Quand dire, c’est résister.
  • Alexis Cukier - Davide Gallo Lassere, « Contre la loi Travail et son monde » : autonomie et organisation dans le long mars français.
  • Camille Zéhenne, La forme d’un manque.
  • Michel Kokoreff, Nuit debout sur place : petite ethnographie micropolitique.
  • Jacques Lemière, À propos de Nuit debout : de sa forme propre, de la politique et du réel contemporain. Observations et analyse de la mobilisation à Lille, avril-mai 2016.
  • Joan Hagelsen - Camille Ziuthre, Le cortège de tête vu de l’intérieur ou La lutte hors cadre (entretien fictif de deux participants au « cortège de tête » avec un interlocuteur imaginaire simplement curieux).
  • Patrice Maniglier, Nuit debout : une expérience de pensée.
  • Frédéric Bortolotti - Fabien Goutelle - Patrice Maniglier, Ce qu’on lisait dans les rues au printemps 2016.

  • Nuit debout et notre monde, revue Les Temps modernes no 691, éditions Gallimard, 288 p., 22 €.

Source : éditions Gallimard




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Nuit debout
DOSSIER    Nuit debout

18 janvier 2017
Dans les Hautes-Alpes, le chantier de la ligne à très haute tension saccage l’environnement
Reportage
19 janvier 2017
Pour l’oligarchie réunie à Davos, les événements climatiques sont le premier risque mondial
Info
18 janvier 2017
Nucléaire : à 19 h, on les allume !
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Nuit debout