Nuit debout : premier anniversaire en demi-teinte

3 avril 2017 / par Emilie Massemin (Reporterre)



Nuit debout a soufflé sa première bougie, dimanche 3 avril, place de la République à Paris. Un rassemblement en demi-teinte, alors que le mouvement s’est profondément transformé. L’hommage à Liu Shaoyao, tué par la police, qui s’est déroulé juste à côté, a remis la question des violences policières et la convergence des luttes au coeur des débats.

- Paris, place de la République, reportage

Dimanche 3 avril, place de la République à Paris, il y a bien quelques repères familiers – les piles de bouquins de la bibliothèque, la cantine à prix libre, les palabres de Debout Education populaire. Pourtant, un an après la toute première occupation de la place par des opposants au projet de loi travail, un on-ne-sait-quoi dans l’atmosphère de Nuit debout a changé. Malgré le soleil printanier, la foule est clairsemée, l’insouciance un peu passée. Le rassemblement en hommage à Liu Shaoyao, tué dimanche 26 mars à son domicile par un policier, qui s’est déroulé au même moment sur une autre partie de la place, a contribué à donner le ton de l’après-midi. Une bougie soufflée, la maturité ?

A la commission Ecologie debout : « informer, discuter, débattre et montrer que tout le monde peut s’intéresser à la politique ».

A Ecologie debout, les habitués bricolent, regardent les photos prises à Notre-Dame-des-Landes et à Bure, échangent des conseils de jardinage près de la grainothèque. La mobilisation se poursuit, assure Fanny : « Les gens ont échangé des idées sur l’application Telegram. Les membres les plus actifs de la commission ont passé l’été sur des Zads ou au camp climat. Nous soutenons les associations sur les réseaux sociaux et sur le terrain. » Pour preuve, Yohann, un autre membre de la commission, énumère le programme de l’après-midi : « Nous avons invité les membres du collectif pour le triangle de Gonesse à parler du projet de mégacomplexe commercial Europacity, en vue de leur manifestation du 21 mai. Nous avons prévu un débat sur tout ce qui s’est passé cette année dans l’actualité écolo – les Faucheurs de chaise, le Dakota Access Pipeline, etc. »

Comment qualifier l’évolution du mouvement ? « Disons qu’il reste, en soi, éphémère, juge Yohann. Ce qui est resté n’est pas visible. C’est ce que j’ai appris sur la place et les gens que j’y ai rencontrés. Son objectif est toujours le même : informer, discuter, débattre et montrer que tout le monde peut s’intéresser à la politique. » Sans forcément tenir compte des prochaines échéances électorales. Car si Ecologie debout a prévu d’afficher les propositions des candidats à l’élection présidentielle en matière d’environnement, « les autres stands ne sont pas axés là-dessus », observe Fanny. « J’ai eu vent d’un appel à descendre dans la rue le lendemain des résultats de l’élection présidentielle. Sinon, ce qui est le plus évoqué, c’est l’abstention. Les nuitdeboutistes ne placent pas vraiment d’espoir dans les élections et croient davantage en l’action citoyenne. »

« Qui que soit le président élu, c’est cuit »

Sylvain est l’un des irréductibles a être revenu sur la place presque chaque semaine. Sa commission Education populaire debout a invité les gens à répondre à la question « quelle société voulons-nous ? » et a retranscrit toutes les idées recueillies. Prochaine étape, réfléchir à comment les mettre en œuvre. « Ce qui revenait dans les discussions était le désir de prendre son temps, d’avoir des moments partagés, de travailler seulement quand on en a envie. La société qui se dessinait n’était plus du tout capitaliste et reposait sur la bienveillance », rapporte le jeune homme. Rien de très précis sur les élections : « On ne se prend pas la tête avec ça. Chacun fera ce qu’il voudra. Moi, mon idée, c’est que qui que soit le président élu, c’est cuit. Une des mesures évoquées était d’ailleurs de ne pas voter pour une personne mais pour un programme, à réaliser en trois ou cinq ans en fonction des besoins. »

Peu à peu, les gens s’installent pour l’assemblée générale de printemps. Le premier à intervenir est Laurent, des Gipsies, encore sous le choc du démantèlement d’un camp de Roms dans le Val-de-Marne. « Malgré le soutien des associations spécialisées, nous n’avons pas pu empêcher l’expulsion, témoigne-t-il. Mais nous avons découvert que ces expulsions servaient à gonfler le nombre de reconduites à la frontière présenté par le gouvernement. Ce dernier chasse chaque année 15.000 des 20.000 Roms qui vivent en France ! » Une jeune femme aux longs cheveux bruns, veste en jean sur le dos, lui succède. « Les gens votent par dépit, le vote blanc n’est pas pris en considération. Le collectif Rien sans nous vous invite à glisser dans l’urne un bulletin commun, pour dénoncer ce système. »

Journée de la transition avec Alternatiba, lutte contre l’évasion fiscale avec Attac... Les interventions s’enchaînent, disparates, souvent assorties d’appels à participer à des actions les semaines suivantes. Jusqu’à ce que l’assemblée générale soit interrompue par un groupe de jeunes manifestants franco-chinois fuyant les gaz lacrymogènes. Une dame noire coiffée d’un chapeau noir saisit le micro : « C’est la police qui provoque ! Rendez-vous jeudi 6 avril à 19 h, place de la République, pour dénoncer les violences policières. De nombreuses familles de victimes seront présentes. »

De jeunes manifestants venus se recueillir en hommage à Liu Shaoyao ont pris la parole à l’Assemblée générale

Des jeunes venus rendre hommage à M. Liu sont invités à prendre la parole. « Nous sommes là parce qu’un père de famille a été tué par un policier, sous les yeux de ses enfants, alors qu’il leur préparait du poisson. Nous nous révoltons car le recueillement ne fait pas écho dans les médias et que les CRS nous ont gazés ! », s’indigne une jeune femme, le bas du visage dissimulé sous un masque hygiénique orné d’un autocollant « Nous sommes chinois ». « Nous ne sommes pas là seulement pour les Chinois mais pour tout le monde », poursuit une autre.

« La jeunesse chinoise cherche en Nuit debout une alliée »

Leo Takeuchi : « La jeune génération chinoise connaît mal Nuit debout »

Des interventions que Léo Takeuchi, secrétaire général d’Asia 2.0, observe avec surprise. « C’est totalement spontané. La jeune génération de la communauté chinoise remet en cause la mobilisation rangée et l’assise communautaire et politique de ses aînés, qui votent souvent pour Les Républicains ou le Front national, observe-t-il. Elle connaît mal Nuit Debout mais se cherche des alliés. »

Tout d’un coup, les langues se délient sur les violences subies par tous, habitants des quartiers populaires issus de l’immigration, asiatiques, manifestants. « Ne donnez pas d’injonctions aux habitants des quartiers populaires, intervient un représentant du collectif Pas sans nous. Si vous acceptez que notre culture et nos façons de faire sont différentes, alors on pourra marcher sur le même chemin. »

Fahima, de la commission Banlieue debout, a dénoncé les violences policières

Fahima, de la commission Banlieues debout, prend le relais. « Nous allons lancer un appel national contre les crimes racistes et policiers, indique-t-elle, voile, portant lunettes de soleil et tee-shirt ’La police tue impunément’. Nous n’avons pas été suffisamment au taquet jusqu’à présent, puisque le gouvernement a réussi à faire passer une loi qui assouplit le recours à la légitime défense. » « Il ne faut pas de compétition des luttes », s’exclame un nuitdeboutiste venu de Roubaix, dont le cri de ralliement « Convergence ! Convergence ! » est rapidement repris par le public. Loïc en brandit sa feuille d’énervement. « On nous demande de nous calmer mais c’est à eux de se calmer. Pas de justice, pas de paix ! » s’écrie-t-il, lui aussi repris en écho.

Peu à peu, le calme revient, encouragé par les appels à la « sérénité » de Sylvain. L’occasion de revenir sur d’autres horizons de convergence - « Pour la première fois, des associations françaises et africaines vont se mobiliser contre Vincent Bolloré », annonce un représentant de Convergence action Bolloré (Acab). Et l’assemblée générale retourne à ses sujets habituels, alors que les derniers manifestants venus en hommage à M. Liu quittent la place.

« Je ne suis pas dans le culte du slogan “On tient la place” »

Angela : « Je ne suis pas dans le slogan ’On tient la place’ »

Angela, de la commission Anti-pub debout, savoure l’après-midi, douce-amère. « On retrouve les liens, la pluralité des luttes. Et il fait beau, ça fait du bien ! » Quant à la suite, on verra. « Je ne veux pas me faire de faux espoirs, à me demander s’il y aura toujours du monde demain. Je ne suis pas dans le culte du slogan “On tient la place”. Mon désir profond est que la société change, et pour cela je peux m’investir dans Nuit debout comme ailleurs. »

Assis derrière la table de Bibliothèque debout, William, Marion et Héloïse profitent aussi des retrouvailles. « Dans un contexte pré-électoral, c’est un véritable creuset de discussions et de rencontres, apprécie Marion. Par exemple, le collectif Boycott élections offre des réflexions que n’ont pas forcément trois copains dans un café ! » Héloïse est plus ambivalente. « Il y a eu deux moments. Le début, génial, quand on n’arrêtait pas de discuter, lire des livres, aller en manif. Et ensuite, quand on s’est fait casser la gueule par les policiers, qu’on s’est épuisé, que la loi est passée. Mon espoir de changement, énorme, est parti en fumée. L’énergie que j’avais, quand je me couchais à 4 h du matin, je l’ai perdue. Et cet après-midi... ne nous leurrons pas, c’est un ersatz de Nuit debout. » Ce qui ne l’empêche pas de mesurer tout ce que ce « moment » Nuit debout lui a apporté : « Aujourd’hui, je suis partie vers d’autres chemins intellectuels et militants. Mais Nuit debout m’a ouvert des portes, indéniablement. »

Matthieu, de Nuit debout Rennes : « L’important, c’est la sociabilité démocratique »

Matthieu, cheville ouvrière de Nuit debout Rennes, est venu passer le week-end à Paris pour rencontrer les autres mouvements. « C’est sûr, c’est un gros bazar, sourit-il. Mais c’est quand même positif. Au bout d’un an, avec le recul, on comprend enfin ce qu’est Nuit debout : une plate-forme d’initiatives qui essaient de se rencontrer, même si ça fait un peu collage. Et surtout, un lieu de sociabilité démocratique indispensable, où l’on apprend à s’écouter et à travailler ensemble. » C’est pourquoi, si l’élection présidentielle ne s’inscrit pas tant que ça dans l’agenda de Nuit debout, le travail du mouvement sur la démocratie ne fait que commencer. « Après les élections, nous voulons lancer un grand débat ouvert sur la démocratie. La vraie démocratie, c’est une société civile organisée. »




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Frédéric Lordon : « Nuit debout a été un retour à l’essence de la politique »

Source : Emilie Massemin pour Reporterre

Photos : © Emilie Massemin/Reporterre

DOSSIER    Nuit debout

24 juillet 2017
On doit réduire la consommation de pesticides, mais la Normandie construit un centre géant de stockage
Enquête
22 juillet 2017
5 questions, 5 réponses pour comprendre la multiplication des feux de forêt
Info
24 juillet 2017
Nicolas Hulot, véganisme, féminisme, agriculture biologique… voici l’édito des lectrices et lecteurs
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Nuit debout



Du même auteur       Emilie Massemin (Reporterre)