Peu à peu, le mouvement Banlieues debout se lève avec Nuit debout

16 avril 2016 / Isaline Bernard et Emilie Massemin (Reporterre)



Les Nuits debout se multiplient dans les banlieues d’Île-de-France. Mais la convergence des luttes n’a pas encore abouti entre Parisiens et habitants des quartiers populaires. Pour rétablir la confiance, il faut que les jeunes de la place de la République aillent soutenir les habitants des cités, estiment plusieurs militants des quartiers populaires.

Mercredi 14 avril, c’est devant la basilique de Saint-Denis qu’environ 300 personnes se sont retrouvées pour le mouvement Banlieue debout. Un tract avait été distribué quelques jours plus tôt afin de soutenir les parents d’élèves mobilisés contre le manque de personnel dans le département. Celui-ci invitait à poursuivre la manifestation sous forme de « Nuit debout à Saint-Denis ». Barnums, affiches, cantine, et même un espace enfant. A 18 h, tout est déjà installé et les prises de paroles commencent.

Les revendications ne sont pas les mêmes que dans le cœur de Paris. Ici, le mouvement a commencé dans la matinée par des revendications de parents d’élèves. « Les inégalités que subit le 93 [département de Seine-Saint-Denis], le manque de personnels remplaçants dans les écoles ainsi que de psychologues après l’assaut du 18 novembre dernier font de Saint-Denis une ville en lutte » affirme Maïka, parent d’élèves dionysienne de 42 ans, venue par hasard après le rassemblement de parents d’élèves.

« On parle entre nous de délocaliser la Nuit debout de Paris. Il y a des personnes qui ne peuvent pas se déplacer pour manifester leur colère », ajoute-t-elle.

JPEG - 156.4 ko
Maïka : « Il y a des gens qui ne peuvent se déplacer pour manifester leur colère »

Philippe, étudiant brésilien en socio-anthropologie à Paris 8 explique qu’« au-delà de la problématique de la loi travail, il y a des problèmes de logement et de migrants à Saint-Denis. J’ai beaucoup parlé avec des gens venus de Paris qui sont là à travers le mouvement de Nuit debout. Ils ne connaissent pas forcément les problèmes de Saint-Denis mais l’important c’est qu’ils soient là ».

JPEG - 129.2 ko
Philippe : « C’est important que les gens de Paris soient là »

Lahsen et sa femme Mariam insistent sur le fait que « ça ne s’arrête pas à Saint Denis, c’est juste une goutte. Tant qu’on est ici, qu’on veut bien faire partie de cette société, on est là. Ici c’est une extension car on ne peut pas se déplacer tous à un endroit précis ».

JPEG - 140.3 ko
Mariam et Lahsen : « Saint-Denis, c’est juste une goutte »

Une impression partagée par la plupart des participants à l’image de Wendzy, 29 ans, employé de la piscine municipale, qui affirme : « Je ne suis pas allé place de la République car je travaille tous les jours. Mais j’y serais allé si j’avais le temps. »

« C’est beaucoup d’entre-soi, entre militants »

Loin de la Nuit debout de la place de la République, le rassemblement de Saint Denis n’a pas les mêmes moyens techniques. Soutenu par la Mairie de Saint-Denis, plusieurs barnums sont installés, des chaises ont également été prêtées alors qu’au même moment, les militants de la place de la République peinent à trouver de quoi poser leurs crayons. Elisabeth, militante associative, est venue à Saint-Denis après être passée il y a quelques jours place de la République : « Je pense que partout où on est il faut se mobiliser. Mais il faut que ça soit plus consistant. C’est beaucoup l’entre-soi, entre militants. Ici il y a un tissu associatif citoyen qui se connaît. Beaucoup sont déjà en association. »

Bien que ce mouvement prennent de l’ampleur, quelques personnes attendent de voir si cela aboutira à quelque chose de plus concret. « La principale critique de Occupy Wall Street est qu’il ne s’est rien passé derrière. Il serait dommage qu’il ne se passe rien après Nuit debout, on va passer pour des branleurs de jeunes. Il faut prendre les idées de revendication pour les transformer en quelque chose » espère Mathilde, 26 ans.

JPEG - 146.2 ko
Mathilde : « Il faut transformer les idées de revendication en autre chose »

Comme à Saint-Denis, de nombreuses Nuits debout émergent au-delà du périphérique. Vendredi 15 avril, sept mobilisations ont eu lieu à Créteil et Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), Cergy (Val-d’Oise), Mantes-la-Jolie (Yvelines), Évry (Essonne), Les Lilas et le Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis). Mercredi 13 avril, outre Saint-Denis, plusieurs Nuit debout se sont déroulées à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), Noisy-le-Grand, Romainville et Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)

« Il y avait surtout des lycéens, quelques bobos, mais c’était quand même assez mélangé »

Montreuil (Seine-Saint-Denis) a initié le mouvement. Vendredi 8 avril, entre 200 et 300 personnes se sont réunies place Jean-Jaurès. Une initiative lancée par Henni Darrat, 18 ans, lycéen à Montreuil. « J’allais place de la République tous les soirs. Quand j’ai entendu l’appel à élargir Nuit debout à d’autres villes, je me suis dit, pourquoi pas Montreuil, explique le militant, membre du Comité des citoyens montreuillois. Il y avait surtout des lycéens, quelques bobos, mais c’était quand même assez mélangé. »

C’est l’interrogation lancinante de Nuit debout. Les étudiants, les intellectuels précaires et les classes moyennes sont très représentés à la mobilisation parisienne, les habitants des quartiers populaires beaucoup moins. Le mouvement arrivera-t-il à élargir sa base sociologique et à atteindre son objectif de convergence des luttes ?

Une poignée de militants des quartiers populaires, régulièrement présents place de la République et conscients qu’une mobilisation conjointe est nécessaire, s’active pour impliquer les habitants de leurs quartiers. « Il y a énormément d’associations, qui luttent chacune pour leurs spécificités, observe Almamy Kanouté, co-fondateur du mouvement citoyen Émergence, et habitant de Fresnes (Val-de-Marne). Cet éparpillement arrange bien l’oligarchie. Si on arrive à fusionner banlieusards et Parisiens, elle aura peur. » Surtout, pour le militant, « on est tous frères et sœurs. On n’a pas forcément le même teint, la même taille, les mêmes histoires, mais il y a des points de convergence. On est des êtres avant tout ».

Intervention d’Almamy Kanouté place de la République, le « 40 » mars

« Les revendications exprimées place de la République sont celles qu’on porte depuis quarante ans »

Côté revendications, la convergence est jouable. « A Montreuil et à République, les habitants dénoncent les mêmes problèmes : le projet de loi travail, la pression policière, le chômage », observe Henni. Pour le rappeur et militant Fik’s Niavo, originaire des Ulis (Essonne), « les revendications exprimées place de la République sont celles qu’on porte depuis quarante ans. Elles ont traversé tout le rap de la fin des années 1980 et du début des années 1990, grâce à des groupes comme NTM ou IAM. »

Pourtant, les habitants des quartiers populaires peinent à se mobiliser. « Mercredi, à Nuit debout, il y avait 300 personnes mais une majorité de blancs, raconte Sarah Misslin, conseillère municipale et secrétaire de section au PCF (Parti communiste français) d’Ivry-sur-Seine, à l’initiative de la mobilisation. Mardi soir, j’ai assisté à un débat sur les violences et les crimes policiers. Il y avait 150 personnes, le constat était là, mais ça ne prend pas. J’ai encore du mal à analyser ça. »

Pour Yessa, très active à Mantes-la-Jolie, la faiblesse des niveaux de vie n’aide pas : « Les habitants des quartiers populaires sont pris dans un quotidien qui ne leur permet pas financièrement, ni en termes de temps, de se déplacer et de rester plusieurs jours à République. Le niveau de vie des jeunes de banlieue n’est pas le même que celui des étudiants de la place. »

« Les gens sont dans la survie »

Les violences policières inquiètent aussi car « les jeunes se font déjà contrôler tout le temps, ils n’ont pas envie d’en rajouter », avance Mme Misslin. Le fatalisme est un autre obstacle à surmonter : « Il y a un vrai souci de prise de conscience de classe. Les gens sont dans la survie. Ceux qui n’ont pas de travail en veulent un, même s’ils se font exploiter. »

Enfin, la méfiance de certains habitants des quartiers populaires à l’égard de Paris est réelle. Malgré ses convictions sociales et politiques, Fik’s Niavo a d’abord regardé Nuit debout de loin. « Je suis banlieusard dans l’âme et j’ai parfois l’impression que les Parisiens me regardent de haut, avoue l’artiste. La confiance est brisée. Mais je me suis finalement rendu place de la République, parce qu’il me semblait important de jeter des ponts. »

Pour M. Kanouté, « si les violences policières commises lors des mobilisations contre le projet de loi travail s’étaient déroulées en banlieue, les gens se seraient mobilisés. Mais malheureusement, trop de jeunes se sont pris au piège des frontières. La mobilisations et les violences touchent les étudiants, donc le jeune de quartier déscolarisé se dit que ça ne le concerne pas. »

« En 2005, pendant les 21 nuits de révolte sociale, on s’est senti isolés »

La mort de Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, électrocutés dans l’enceinte d’un poste électrique le 25 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois alors qu’ils tentaient d’échapper à un contrôle de police, a aggravé la fracture, analysent Fik’s Niavo et M. Kanouté. « Pendant les 21 nuits de révolte sociale qui ont suivi, alors que les jeunes de ces quartiers revendiquaient leurs droits et luttaient contre les discriminations, on s’est senti bien seuls et isolés, rappelle Mohamed Mechmache, porte-parole de l’association ACLeFeu et élu (Europe Écologie Les Verts) au conseil régional d’Île-de-France. Aujourd’hui, ces jeunes des quartiers regardent ce qui se passe à Paris et attendent de voir à quel moment les Parisiens viendront les aider. »

Mais tout n’est pas perdu, assure Yessa. « Les jeunes que je côtoie sont militants, engagés, certains se rendent aux manifestations à Paris, souligne-t-elle. Ces mômes des quartiers populaires envisagent l’avenir différemment, la plupart font de grandes études et ne voient plus leur vie uniquement dans leur banlieue. »

Pour parvenir à une convergence, « il faut que ces jeunes qui sont à République aillent en banlieue. Il faut que la convergence des luttes soit dans les deux sens, que chacun y mette du sien », estime la militante de Mantes-la-Jolie. Fik’s Niavo propose que « pendant la semaine, les gens se mobilisent dans des Nuits debout locales. Mais que le week-end, Parisiens et banlieusards se retrouvent dans la même ville : un samedi à Montreuil, le suivant à Mantes-la-Jolie, etc. » « Ce serait un signe fort, une manière de dire ’vos problèmes sont aussi les nôtres’ », approuve M. Mechmache.

« Si l’on ne va pas dans les cités, leurs habitants ne viendront pas »

JPEG - 170.4 ko
Une des premières réunions de Nuit debout à Saint Denis, le 13 avril

Les choses doivent également bouger au cœur des villes, estime Mme Misslin : « Nous avons proposé en AG que les Nuits debouts d’Ivry n’aient plus lieu en centre-ville mais dans les quartiers. Il faut qu’on soit mobile parce que si l’on ne va pas dans les cités, leurs habitants ne viendront pas. »

Les habitants des quartiers populaires ne rejoindront pas la mobilisation sans y apporter leurs revendications. « Chacun va apporter sa brique et on doit accepter toutes les briques, qu’elles émanent des milieux ruraux ou des banlieues », insiste M. Kanouté. Exemple, la ségrégation spatiale. « A Mantes-la-Jolie, la moitié de la population vit au Val-Fourré, une des premières cités de France, explique Yessa. Les habitants souffrent d’une forme d’autarcie, tout est fait pour qu’ils ne sortent pas du quartier. Il va falloir décentraliser ça. » Même problème à Montreuil, où « il y a beaucoup moins d’activités pour les habitants du Haut-Montreuil que pour la partie basse de la ville, plus bobo, dont on soigne l’image », observe Henni.

Les formes de mobilisation devront peut-être évoluer. « Tout le monde n’a pas la patience de se poser par terre et d’écouter les gens parler pendant quatre-cinq heures, prévient M. Kanouté. Dans les banlieues, il y a urgence. Des familles sont en train de se faire expulser. Les habitants des quartiers populaires attendent de l’action. Pourquoi ne pas faire un planning des expulsions et de tous se rendre à chaque adresse pour empêcher ça ? »

« Il faut absolument créer la confiance, conclut Mechmache. Qu’on arrête d’attendre que ce soient les quartiers qui tendent la main et que Nuit debout aille à Ivry, Saint-Denis, etc. Comme ça les habitants se diront enfin qu’on se préoccupent d’eux. C’est la dynamique à créer. »


Pour suivre le mouvement Nuit debout :

- Nuit Debout sur Internet : les liens, les adresses

- Le dossier de Reporterre sur Nuit debout




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Isaline Bernard et Emilie Massemin pour Reporterre

Photos : © Isaline Bernard/Reporterre

DOSSIER    Nuit debout

27 septembre 2016
Allo, Vinci-AGO ? Le promoteur de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne répond pas
Reportage
28 septembre 2016
La ferme où les handicapés mentaux se font paysans
Alternative
28 septembre 2016
Parce que la vie est éphémère et que la beauté se fait rare, manifestons notre bonheur
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Nuit debout