Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
62019
COLLECTÉS
52 %

Nuit debout débat de la violence et lance des actions pacifiques de désobéissance

18 avril 2016 / Geoffrey Couanon et Lorène Lavocat (Reporterre)

Le mouvement Nuit debout a été bousculé par les violences de jeudi et vendredi soir, et en a discuté en AG. Il rappelle la violence même du système économique et politique, tandis que des actions pacifiques de désobéissance civile se multiplient. Reportage en video.

Alors que médias et politiques ne parlent que des « violences » qui s’emparent du mouvement Nuit debout, les occupants de la place de la République réaffirment leur non-violence, mais aussi leur détermination face aux pressions policières.

Car sans nier les incidents survenus ces derniers jours en marge du rassemblement, pour eux « la violence vient avant tout du système ». Détresse sociale, état d’urgence, racisme ou sexisme.

Pour faire face aux débordements, inévitables selon eux, ils ont mis en place une commission Sérénité, et multiplient les actions de désobéissance civile et pacifique comme alternative à l’action violente.

Quant à savoir s’il faut ou non condamner les actions directes et les manifestations sauvages, les avis demeurent partagés : l’Assemblée générale n’est pour le moment, samedi 16 avril, pas parvenu à un consensus sur la ligne à tenir.

Voir la vidéo


Pour suivre le mouvement Nuit debout :

- Nuit Debout sur Internet : les liens, les adresses

- Le dossier de Reporterre sur Nuit debout



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Nuit debout bousculée par la violence

Source : Geoffrey Couanon et Lorène Lavocat pour Reporterre

DOSSIER    Nuit debout

1er juin 2018
Les fermes-usines se multiplient en France, favorisées par la réglementation
Info
18 juin 2018
VIDEO - Les manifestants de Bar-le-Duc contre les déchets nucléaires rejettent le débat public
Reportage
19 juin 2018
Hulotscope : l’écologie régresse, et c’est dangereux
Édito


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Nuit debout