Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Agriculture

Pesticides près des maisons : l’État toujours trop laxiste

Des vignes en Corse.

Du 21 décembre au 11 janvier, l’État ouvre une consultation publique des textes révisant le dispositif des zones de non-traitement (ZNT). Deux ans plus tôt, il avait adopté un cadre réglementaire visant à protéger les riverains des pesticides mais avait du revoir sa copie à la suite de l’action d’ONG écologistes. Des recours déposés par neuf d’entre elles [1] avaient en effet poussé le Conseil d’État à annuler plusieurs de ces dispositions.

Que pensent les ONG de cette version révisée des textes incriminés ? Elles sont « en colère », et « déçues », se désole l’association Générations futures, dans un communiqué. « Les textes mis à la consultation publique censés répondre aux injonctions des hautes juridictions ne sont pas à la hauteur. » À ses yeux, le gouvernement a cédé à la pression des agriculteurs. Elle considère que le projet remanié de décret et d’arrêté ne répond pas à la nécessité d’élargir les zones non-traitées pour les produits suspectés d’être cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction. Le manque d’information du public en amont des épandages est également pointé du doigt.

Mécontentes des dispositions présentées dans ces nouveaux textes, les neuf ONG prévoient déjà de saisir le Conseil d’État, en lançant des recours juridiques. Ces derniers n’interviendront qu’après la promulgation des textes, estimés à la fin du mois de janvier 2022.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende