Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Climat

Plus de 200 disparus après la rupture d’un glacier himalayen

Dans le nord de l’Inde, dans l’Himalaya, la rupture d’un glacier a provoqué une avalanche dévastatrice dans le lit de la rivière Dhauliganga, dimanche 7 février, dans la région d’Uttarakhand. Ce matin-là, des torrents d’eau, de pierres et de boue provoqués par une énorme masse de glace tombée dans le fleuve ont provoqué des dégâts considérables. Un barrage hydroélectrique, des ponts et des rues ont été emportés, deux centrales hydroélectriques ont été gravement endommagées et l’accès à plusieurs villages a été coupé.

Parmi les 200 disparus, nombreux sont les employés des centrales hydroélectriques emportées par la crue. Dimanche soir, une dizaine d’entre eux, bloqués dans un tunnel, ont pu être sauvés, mais de nombreuses personnes restent portées disparues. L’opération de sauvetage est toujours en cours. Mardi 9 février, 31 corps avaient été retrouvés, 206 personnes restaient disparues.

L’écologiste indien Vimlendhu Jha a souligné le rôle du changement climatique dans cette catastrophe

Les raisons de cette catastrophe naturelle ne sont pas encore connues, sachant qu’une rupture de glacier en hiver reste très rare. Des scientifiques soupçonnent une accumulation d’eau à l’intérieur du glacier, qui pourrait avoir déclenché sa rupture, mais des évaluations sont toujours nécessaires.

L’écologiste indien Vimlendhu Jha a souligné sur Twitter le rôle du changement climatique dans cette catastrophe et condamné « les constructions arbitraires de routes et centrales hydroélectriques dans des zones écologiquement sensibles ». Ces constructions posent problème à cause des inondations fréquentes dans la région d’Uttarakhand et elles augmentent le niveau des dégâts.

L’Himalaya est une région vulnérable à l’évolution climatique : à partir de données d’observation des glaciers depuis 1975, une étude de 2016 a enregistré un recul de 30 % de la masse glaciaire, ainsi qu’une accélération de la fonte des glaces depuis les années 2000.

La région d’Uttarakhand a déjà été touchée par une catastrophe écologique en 2013 : après la mousson, des inondations extrêmes ont fait plusieurs milliers de morts.

  • Photo : © Times of India

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende