Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Monde

Pour le nouveau ministre brésilien des affaires étrangères, le changement climatique est un dogme pour étouffer la croissance des pays occidentaux

Le nouveau président du Brésil, Jair Bolsonaro, a choisi son ministre des Affaires étrangères : Ernesto Araújo, 51 ans. Le nouveau « premier diplomate » de la plus grande nation d’Amérique du Sud a une vision particulière du changement climatique. Il pense qu’il a été "capturé par la gauche", pour en faire un dogme pour augmenter le pouvoir de l’Etat et des institutions internationales.
Le mois dernier, dans un article publié sur son blog, Ernesto Araújo écrivait ceci : « Ce dogme a été utilisé pour justifier l’augmentation du pouvoir réglementaire des États sur l’économie et le pouvoir des institutions internationales sur les États-nations et leurs populations, ainsi que pour étouffer la croissance économique dans les pays capitalistes démocratiques et pour promouvoir la croissance de la Chine. »

Jair Bolsonaro et Ernesto Araujo.

Dans un autre texte, il affirmait également que le parti de centre-gauche des travailleurs au Brésil « criminalisait le sexe et la reproduction, disant que tous les rapports hétérosexuels sont des viols et que chaque bébé représente un risque pour la planète car il augmentera les émissions de carbone. »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende