Faire un don
49969 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
62 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Pour un moratoire de dix ans sur l’implantation d’éoliennes industrielles en Ardèche

Durée de lecture : 4 minutes

16 mars 2009

L’exceptionnelle beauté du département de l’Ardèche est menacée à court terme : trente huit éoliennes industrielles de plus de cent vingt mètres de haut sont d’ores et déjà visibles de jour comme de nuit depuis les sites les plus emblématiques de ce département tel le Mont Gerbier-de-Jonc, sources de la Loire. La construction d’une trentaine d’éoliennes supplémentaires a d’ores et déjà été autorisée par la Préfecture et des permis de construire pour une vingtaine de machines supplémentaires sont actuellement en cours d’instruction. Les projets se multiplient sur l’ensemble du département, plus spécialement sur les paysages les plus sensibles des montagnes et collines ardéchoises.

Considérant que :
-  La multiplication d’éoliennes industrielles en Ardèche au cours de ces dernières années, qui plus est sans que le nombre total de machines envisagé à terme ne soit fixé, fait peser une grave menace sur l’identité et l’originalité de ce territoire d’exception ;
-  Il est fort justement demandé aux ardéchois des efforts conséquents pour transmettre aux générations futures des paysages de qualité : loi Montagne, sites classés du Mézenc et du Mont Gerbier de jonc, Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, exigences architecturales diverses ;
-  Selon l’article 2 de la Charte de l’environnement (Constitution de la V° République) « toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement »
-  Il faut préserver et entretenir ce patrimoine paysager hors du commun qui est déjà et sera de plus en plus facteur de développement local ;
-  Le principe de précaution doit également s’appliquer aux paysages ;
-  Les implantations de machines industrielles ne correspondent en rien à une nécessité énergétique : l’Ardèche produit bien plus d’électricité qu’elle n’en consomme et sa part en énergies renouvelables est de très loin supérieure à la moyenne nationale ;
-  La construction de machines supplémentaires sur des sites équipés, quelques années après les premières installations et sans annonce initiale aux populations, dénature le sens des débats et des enquêtes publiques ;
-  La recherche de taxe professionnelle à court terme à des échelles territoriales trop petites, génère des compétitions et des incohérences ;
-  En fin de compte le territoire ardéchois n’a pas vocation à accueillir un nombre indéfini d’éoliennes industrielles ;

De nombreuses personnalités issues du monde économique, social, environnemental et culturel, parmi lesquelles Michel BENHAÏEM Pianiste concertiste, Gilles CLEMENT Paysagiste, Christophe d’INDY Président de l’Agence pour la création d’entreprise, Pierre de LAFARGE Président de l’Amicale des Ardéchois à Paris, Yves LECOQ Humoriste, Jean LEVY, Ancien Ambassadeur de France, Jean Robert PITTE Président de la Société de Géographie, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, Pierre RABHI Agro écologiste, Yves VERILHAC Premier directeur du parc naturel régional des Monts d’Ardèche, Kenneth WHITE Ecrivain, Institut international de géopoétique, tous attachés à l’Ardèche, demandent à Messieurs les Préfet de l’Ardèche, Président de la Région Rhône-Alpes et Président du Département de l’Ardèche de surseoir à toute implantation nouvelle d’éoliennes industrielles en Ardèche pour les dix années à venir, et l’apport de garanties quant à l’avenir des paysages ardéchois.

Liste des premiers signataires :

Maryse AYMES, Géologue
Marie-Hélène BALAZUC, Professeur d’histoire
Thierry BAUDAT, Professeur de Lettres
Michel BENHAÏEM, Pianiste concertiste, professeur de musique, Dir. Musicales au Fival
Pierre Elie BORIONE, Conservateur du Parc naturel de Boutissaint
Frédéric CHAZALET, Docteur en physique optique
Gilles CLEMENT, Paysagiste,
Didier CHENOT, Ingénieur Conseil,
Denis DAUMONT, Ingénieur Sup Aéro
François GRENADE, Expert à la cour d’Appel et à la cour de Cassation de Paris
Magali IMBERT, Professeur à l’Ecole Nationale de Musique de Blanc Mesnil
Christophe d’INDY, Président de l’Agence pour la création d’entreprise
Régis de JOUSSINEAU, Conseil en assurances
Pierre de LAFARGE, Président de l’Amicale des Ardéchois à Paris
Yves LECOQ, Humoriste
Jean LEVY, Ancien Ambassadeur de France
Michel LORENZO, Chargé de mission en agriculture biologique
Benoît PASTISSON, Poète, Professeur de français
Bernadette PEAUDEAU, enseignante spécialisée
Philippe PIRON, Directeur Labeaume en musique
Jean Robert PITTE, Président de la Société de Géographie, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Pierre RABHI, Agro écologiste
Pierre RAYMOND, Philosophe, Agrégé de l’Université
Xavier RENOU, Philosophe agrégé, Agrégé de l’Université
Christine RIOU Docteur en Génétique, Chargée de recherche INRA
Nathalie ROSENAU, Neuropsychologue
Laurent de SARS, Journaliste et Directeur Artistique
Yves VERILHAC Premier directeur du parc naturel régional des Monts d’Ardèche
Bernard VERNY, Fonctionnaire Préfecture de Police
Alain WAUTERS, Urbaniste architecte, en charge du développement durable à l’inspection générale de l’Equipement
Kenneth WHITE, Ecrivain, Institut international de géopoétique.

Tous les amoureux des patrimoines paysagers ardéchois peuvent s’associer à cette initiative indépendante et apolitique en signant cette demande de moratoire : moratoireeolien@orange.fr


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://pagesperso-orange.fr/moratoi...

THEMATIQUE    Énergie
13 décembre 2019
Qu’est-ce que l’opération « Rien de neuf » ?
1 minute, 1 question
13 décembre 2019
EN BÉDÉ- Une journée à la rédaction de Reporterre
Édito
14 décembre 2019
Les gaz lacrymogènes exposent-ils au cyanure ? Un biologiste l’assure
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Énergie