Racontez-nous vos vacances écolos !

Durée de lecture : 1 minute

15 mai 2015

Des vacances écologiques, ça ressemble à quoi ? Dites-le nous... et on le racontera


Oyez, oyez, lectrices et lecteurs du quotidien de l’écologie !

Bientôt l’été, le soleil brille et les oiseaux gazouillent, l’heure de la grande récréation approche !

Alors que l’industrie du tourisme va polluer à cœur joie à grands coups de compagnies aériennes low cost et de Center Parcs estampillés grands projets inutiles et imposés, Reporterre se pose la question : comment passer des vacances écolos ?

Que vous soyez lézards de plage, rêveurs à l’ombre des sentiers, baroudeurs mordus d’exotisme ou casaniers fondus de jardinage, nous attendons avec impatience vos récits, projets et astuces pour faire rimer congés et respect de la nature !

Envoyez-nous vite vos témoignages à l’adresse planete (arobase) reporterre.net en précisant dans l’objet « VACANCES ÉCOLOS ».

Et avec votre aide, nous ferons de superbes articles... à déguster avant et pendant les vacances...

A très bientôt !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Reporterre fait la pause

Image : Dessin © de Pascal Lemaître pour Reporterre

THEMATIQUE    Quotidien
13 septembre 2019
Valdepiélagos, l’écovillage espagnol qui résiste à l’exode rural
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Sur les mêmes thèmes       Quotidien