Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
64093 € COLLECTÉS
92 %
Je fais un don

Radio Bambou : les graines qui dormaient sous la montagne

24 mars 2018 / Mathilde Bouquerel (Reporterre)

« Radio Bambou » est le magazine radio de Reporterre, pour expliquer l’écologie aux enfants entre 8 et 12 ans. Cette quinzaine, Bambou a visité une réserve de graines à l’intérieur d’une montagne, il a enquêté sur les enfants de Fukushima, au Japon, et il a participé à un atelier de réparation de vélo.

Salut les humains ! Je m’appelle Bambou. Je suis un panda roux, je vis à la ménagerie du Jardin des Plantes, à Paris. Il n’est pas mal, mon enclos, mais moi, je suis très curieux. Alors dès que mes gardiens ont le dos tourné, je me faufile et je vais me balader. Je rencontre plein de gens et je leur pose des questions sur ce qui me passionne : l’écologie. J’enregistre avec un micro que j’ai… emprunté à un humain distrait et je l’envoie par courriel à Reporterre et à Fréquence Paris plurielle. Vous êtes prêts ? On y va !


Les graines qui dormaient sous la montagne

Non, ce n’est pas la suite du Seigneur des anneaux, ça se passe dans la vraie vie. Plus d’un million de petites graines gardées précieusement à l’intérieur d’une montagne, au Svalbard. Cet archipel (un groupe d’îles) est situé entre la Norvège et le pôle Nord. Et c’est là, à plus de 120 mètres à l’intérieur d’une montagne, qu’a été construit une immense réserve de graines de toutes sortes. Le but est de les protéger contre les guerres, les catastrophes naturelles, les maladies, le changement climatique. Tous les pays du monde peuvent mettre un échantillon à l’abri à l’intérieur et le retirer quand ils le souhaitent. Ça me semblait plutôt une bonne idée, comme ça, mais est-ce vraiment parfait ? Pour le savoir, j’ai enfilé une grosse parka, des bottes fourrées et je suis allé au Svalbard pour visiter cette chambre forte de graines au cœur de la montagne.

  • Écouter ici :
La banque des graines du Svalbard.

Les enfants de Fukushima

L’accident nucléaire de Fukushima-Daiichi ? Vous en avez peut-être entendu parler, ça s’est passé en mars 2011, au Japon. Ce jour-là, un tremblement de terre a déclenché ce qu’on appelle un tsunami : une vague géante. Elle a fait d’énormes dégâts sur la côte dans le nord du Japon, et notamment sur la ville de Fukushima et l’une de ses centrales nucléaires (des usines qui produisent de l’électricité grâce à cette énergie) appelée Fukushima-Daiichi. De l’eau pleine de déchets radioactifs (c’est-à-dire qu’ils émettent des rayons très dangereux) s’est écoulée hors de la centrale et a contaminé tous les environs. Ce qui est grave, c’est que si l’on reçoit des rayons radioactifs, on peut tomber malade, par exemple de cancer. Cet accident a donc eu des conséquences sur les gens qui vivaient dans la région à ce moment-là, y compris les enfants. C’est ce que m’explique Abraham Béhar, qui est le président de l’Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire (AMFPGN).

  • Écouter ici :
Entretien avec Abraham Béhar.

Ohcyclo : au boulot !

Si vous êtes des auditeurs et auditrices fidèles de Radio Bambou (ce que vous êtes bien sûr, pas vrai ?), vous savez que circuler à vélo, c’est drôlement bien. Bon, quand on est un panda roux, il faut un vélo qui soit adapté à son gabarit et c’est assez difficile à trouver, c’est clair. Mais pour vous, il y a plein de possibilités. Et c’est la même chose si votre vélo a un petit problème, s’il faut changer telle ou telle pièce. Vous pouvez très bien aller dans une boutique qui le réparera, mais vous pouvez aussi — et c’est plus classe — apprendre à le faire vous-même. Comment ? En assistant à un des ateliers de réparation d’une chouette association : Ohcyclo. Là-bas, des bénévoles (des gens qui font ça sans être payé) et les trois salariés apprennent aux participants à changer une roue, à fixer correctement une selle, à réparer des freins, etc. Je suis allé y faire un tour.

  • Écouter ici :
    Visite de l’association Ohcyclo.
  • Infos pratiques — L’association Ohcyclo se trouve au 4 rue Garibaldi, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Pour les ateliers de réparation, vous pouvez venir les mercredis et jeudis de 17 h à 20 h, les vendredis de 15 h à 20 h et les samedis de 14 h à 18 h. L’inscription à l’année pour une personne seule est de 20 €, et pour une famille de 35 €.

POUR ÉCOUTER CET ÉPISODE DE RADIO BAMBOU EN UNE SEULE FOIS

  • Écouter ici le podcast :
    L’épisode 18 de Radio Bambou dans son intégralité.

Nous, on se retrouve dans quinze jours, et d’ici là, on peut aussi être en contact sur Facebook.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : tous les épisodes de Radio Bambou

Source : Mathilde Bouquerel pour Reporterre

Photos :
. chapô : Wikipedia (Miksu/CC BY-SA 3.0)
. Fukushima : © Hervé Kempf/Reporterre
. Ohcyclo : © Mathilde Bouquerel/Reporterre

En partenariat avec Fréquence Paris Plurielle



Documents disponibles

  Entretien avec Abraham Béhar.   La banque des graines du Svalbard.   L’épisode 18 de Radio Bambou dans son intégralité.   Visite de l’association Ohcyclo.
DOSSIER    Radio Bambou

THEMATIQUE    Pédagogie Education
14 décembre 2018
Édito des lecteurs de Reporterre : presque tous comprennent les Gilets jaunes
Édito des lecteurs
14 décembre 2018
Dans la Drôme, un havre réservé à la vie sauvage
Reportage
13 décembre 2018
Dans l’Aude, des Gilets jaunes campent contre Monsanto
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Radio Bambou



Sur les mêmes thèmes       Pédagogie Education





Du même auteur       Mathilde Bouquerel (Reporterre)