Recrudescence de violences policières envers les jeunes exilés de Ouistreham

Durée de lecture : 3 minutes

8 février 2019



Le 29 janvier dernier, Reporterre publiait un reportage à Ouistreham, en Normandie. Ce port est, après Calais, le deuxième point de départ de la France vers l’Angleterre. Des dizaines d’exilés tentent chaque jour de traverser la Manche et vivent dans de rudes conditions, le maire de la commune refusant d’ouvrir une structure pour les accueillir. Afin de pallier à l’inaction de leur édile, un collectif d’habitants a vu le jour pour venir en aide aux exilés : le Collectif d’aide aux migrants de Ouistreham (CAMO).

Les membres du collectif ont observé, ces derniers jours, une recrudescence de violences policières envers les jeunes exilés de Ouistreham. Ils ont adressé, ce jeudi 7 février, un texte à la préfecture du Calvados :

« Madame la sous-préfète,

Témoins, ces derniers jours, de faits qui nous semblent dépasser le cadre légal de maintien de l’ordre, nous souhaitons les porter à votre connaissance et les dénonçons vivement.

La semaine dernière (jeudi 31 janvier), 8 heures du matin au rond-point à l’entrée de la ville, les gardes mobiles font éteindre le maigre feu permettant aux jeunes migrants en transit sur Ouistreham de se réchauffer, il fait alors - 3° Celsius !
Aux bénévoles présents qui sollicitent de l’indulgence au regard des conditions climatiques particulièrement dures, il est répondu « ce sont les ordres ! ».

Hier, fin d’après-midi, interdiction pour les garçons de rester sur le parking du port. La tension monte,…, gazages et matraquages. Au moins un blessé à la main pris en charge par des bénévoles du CAMO.
Hier soir, toujours six à huit voitures de gendarmerie stationnées sur le port et aucun garçon. Ceux-ci nous ont remonté que le parking leur était interdit par les « blacks police ».

Hier soir (21h50), dans le cadre d’une maraude, des bénévoles sont allés à la rencontre des jeunes migrants qui se protégeaient de la pluie sous le bâtiment du centre socioculturel. A leur arrivée, sept « gendarmes en noirs » hurlaient sur les garçons, leur intimant de partir, matraques et bombes bien en vue et menaçants ...

La présence des bénévoles n’a pas modifié le comportement des gendarmes. Il a été nécessaire de s’interposer pour éviter une montée de la violence. Les gendarmes hurlant aux garçons " je parle pas anglais, je ne fais pas d’efforts, le boulot était pas fait avant, on va le faire ..."
Malgré les tentatives de discussion afin de comprendre les attitudes violentes des forces de l’ordre ces derniers jours, aucun échange n’est envisageable.

Seule négociation possible : 30 minutes de répit pour essayer de trouver une solution pour mettre à l’abri les neuf garçons présents.

Cette situation de violence et de harcèlement nous interpelle et nous souhaitons la dénoncer afin que la dignité humaine à laquelle peuvent prétendre les jeunes garçons en transit soit respectée.

Nous vous prions d’agréer, Madame la sous-préfète, l’expression de nos sentiments distingués.

L’ensemble des bénévoles
Du Collectif d’Aide aux Migrants de Ouistreham »





Photo : Barbelés sur le port de Ouistreham (© Alexandre-Reza Kokabi /Reporterre)



30 octobre 2020
La loi réautorisant les néonicotinoïdes définitivement adoptée
Lire sur reporterre.net
30 octobre 2020
Des maires autorisent l’ouverture des commerces non alimentaires
Lire sur reporterre.net
30 octobre 2020
Plusieurs manifestations contre le confinement en France
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
En 2019, les rémunérations des PDG du CAC 40 ont encore côtoyé les sommets
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
L214 : nouveau scandale dans un élevage de 200.000 poules dans l’Oise
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
Reconfinement : parcs, jardins et marchés restent ouverts
Lire sur reporterre.net
28 octobre 2020
Contrefeu ou coincidence ? L’Andra lance un podcast du même nom que la bédé critique « Cent mille ans »
Lire sur reporterre.net
28 octobre 2020
Les sénateurs ont voté en faveur du retour temporaire des néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les cinq décrocheurs de portraits d’Emmanuel Macron relaxés à Auch
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les banques françaises investissent massivement dans des secteurs climaticides
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
A Lyon, le squat accueillant des migrants a été expulsé
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les sénateurs vont se prononcer sur les néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
L’Europe exporte trop de véhicules d’occasion polluants, selon l’ONU
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
Les Chiliens votent en faveur d’une nouvelle Constitution
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires va entrer en vigueur
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Migrations

29 octobre 2020
Le dehors, puissant anticorps au virus autoritariste
Tribune
5 octobre 2020
La plus grande action jamais menée en France contre le trafic aérien
Reportage
28 octobre 2020
Le plus grand dépôt de méthane gelé au fond de l’Arctique commencerait à se libérer
Info


Dans les mêmes dossiers       Migrations