Recrudescence de violences policières envers les jeunes exilés de Ouistreham

Durée de lecture : 3 minutes

8 février 2019

Le 29 janvier dernier, Reporterre publiait un reportage à Ouistreham, en Normandie. Ce port est, après Calais, le deuxième point de départ de la France vers l’Angleterre. Des dizaines d’exilés tentent chaque jour de traverser la Manche et vivent dans de rudes conditions, le maire de la commune refusant d’ouvrir une structure pour les accueillir. Afin de pallier à l’inaction de leur édile, un collectif d’habitants a vu le jour pour venir en aide aux exilés : le Collectif d’aide aux migrants de Ouistreham (CAMO).

Les membres du collectif ont observé, ces derniers jours, une recrudescence de violences policières envers les jeunes exilés de Ouistreham. Ils ont adressé, ce jeudi 7 février, un texte à la préfecture du Calvados :

« Madame la sous-préfète,

Témoins, ces derniers jours, de faits qui nous semblent dépasser le cadre légal de maintien de l’ordre, nous souhaitons les porter à votre connaissance et les dénonçons vivement.

La semaine dernière (jeudi 31 janvier), 8 heures du matin au rond-point à l’entrée de la ville, les gardes mobiles font éteindre le maigre feu permettant aux jeunes migrants en transit sur Ouistreham de se réchauffer, il fait alors - 3° Celsius !
Aux bénévoles présents qui sollicitent de l’indulgence au regard des conditions climatiques particulièrement dures, il est répondu « ce sont les ordres ! ».

Hier, fin d’après-midi, interdiction pour les garçons de rester sur le parking du port. La tension monte,…, gazages et matraquages. Au moins un blessé à la main pris en charge par des bénévoles du CAMO.
Hier soir, toujours six à huit voitures de gendarmerie stationnées sur le port et aucun garçon. Ceux-ci nous ont remonté que le parking leur était interdit par les « blacks police ».

Hier soir (21h50), dans le cadre d’une maraude, des bénévoles sont allés à la rencontre des jeunes migrants qui se protégeaient de la pluie sous le bâtiment du centre socioculturel. A leur arrivée, sept « gendarmes en noirs » hurlaient sur les garçons, leur intimant de partir, matraques et bombes bien en vue et menaçants ...

La présence des bénévoles n’a pas modifié le comportement des gendarmes. Il a été nécessaire de s’interposer pour éviter une montée de la violence. Les gendarmes hurlant aux garçons " je parle pas anglais, je ne fais pas d’efforts, le boulot était pas fait avant, on va le faire ..."
Malgré les tentatives de discussion afin de comprendre les attitudes violentes des forces de l’ordre ces derniers jours, aucun échange n’est envisageable.

Seule négociation possible : 30 minutes de répit pour essayer de trouver une solution pour mettre à l’abri les neuf garçons présents.

Cette situation de violence et de harcèlement nous interpelle et nous souhaitons la dénoncer afin que la dignité humaine à laquelle peuvent prétendre les jeunes garçons en transit soit respectée.

Nous vous prions d’agréer, Madame la sous-préfète, l’expression de nos sentiments distingués.

L’ensemble des bénévoles
Du Collectif d’Aide aux Migrants de Ouistreham »



Photo : Barbelés sur le port de Ouistreham (© Alexandre-Reza Kokabi /Reporterre)



29 janvier 2020
Les clients des taxis et VTC veulent des « courses zéro émission »
Lire sur reporterre.net
29 janvier 2020
La neutralité carbone de l’Europe menacée par ses importations d’électricité
Lire sur reporterre.net
29 janvier 2020
Total assigné en justice pour manquement à son devoir de vigilance climatique
Lire sur reporterre.net
29 janvier 2020
Victoire juridique historique des Samis en Suède
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
Un plan pour « sauver l’océan » en dix ans
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
Le ministre de l’Agriculture annonce la fin du broyage des poussins et de la castration des porcelets
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
5G : L’Anses alerte sur le manque de données pour évaluer les effets sanitaires des ondes
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Un rapport fustige la stratégie du maintien de l’ordre lors du un an des Gilets jaunes
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Plus de 300 employés d’Amazon critiquent publiquement le bilan environnemental de leur entreprise
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Le gouvernement abandonne la grenade Gli F4 au profit d’une autre grenade elle aussi dangereuse
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Le gendarme du nucléaire réclame plus de « rigueur industrielle » aux acteurs de la filière
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Des parlementaires, des écologistes et des syndicalistes réagissent à la menace d’une privatisation de l’ONF
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Tempête Gloria : les Pyrénées-Orientales et l’Aude en vigilance rouge inondations
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2020
Un Code de la liberté de la presse pour la police
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2020
EDF a proposé une liste de 14 réacteurs nucléaires à démanteler avant 2035
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Migrations

28 janvier 2020
À Polytechnique, la greffe avec Total ne prend pas
Enquête
29 janvier 2020
Dauphins : l’hécatombe reprend sur la côte atlantique
Reportage
28 janvier 2020
En Islande, chronique d’un village bouleversé par une éruption volcanique
À découvrir


Dans les mêmes dossiers       Migrations