Ségolène Royal n’ose toujours pas donner son avis sur Notre-Dame-des-Landes

Durée de lecture : 2 minutes

14 janvier 2016 / Barnabé Binctin (Reporterre)

La ministre de l’Écologie présentait mercredi 13 janvier ses vœux à la presse. Attendue sur la question de l’aéroport du Grand-Ouest, elle a refusé de prendre position, sinon pour appeler au « dialogue ».

Les voeux à la presse de Ségolène Royal, mercredi 13 janvier, se sont réduits à une brève allocution de moins de 10 minutes, au cours de laquelle elle a rappelé ses deux satisfactions de l’année 2015 : « l’issue formidable » de la COP 21 ainsi que la promulgation de la loi de transition énergétique et son « appropriation par la profondeur du pays » (sic). Pour 2016, l’objectif est l’adoption définitive de la loi sur la biodiversité, assortie de la mise en place de l’Agence nationale de la biodiversité.

Rappelant le lien entre climat et biodiversité, la ministre de l’Écologie n’a pas eu un seul mot pour Notre-Dame-des-Landes dans son allocution. C’était pourtant bien le sujet qui taraudait plusieurs des journalistes présents. La ministre ne s’est pas livrée au jeu normal des questions et réponses, et est descendue de l’estrade. On l’a quand même interrogée à ce moment. Embarrassée, elle a d’abord refusé de s’exprimer, répétant à l’envi qu’il ne s’agissait pas d’une conférence de presse officielle mais d’une « rencontre informelle et chaleureuse » : « Vous n’aurez pas de déclaration de ma part , je ne vais pas improviser, je n’alimente pas la machine à polémiques, ce n’est pas comme cela que je gère les affaires de l’État. »

« Je n’ai pas changé d’avis, je ne peux pas vous dire mieux » 

Devant l’insistance des journalistes, elle s’est bornée au « dialogue » : « J’appelle à une reprise du dialogue, qui ne doit jamais cesser. » Avant d’insister sur la responsabilité des élus locaux : « Il y a eu des élections régionales, il y a donc des nouveaux élus. Je veux qu’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils disent comment ils voient les choses. On ne peut pas se substituer aux élus, ceux-ci doivent reprendre le dialogue, ce n’est pas par la force que l’on règlera les choses. »

La force ? Ne pas y voir pour autant un désaveu de Manuel Valls : Ségolène Royal refuse de se montrer en opposition avec la politique gouvernementale, renvoyant la question aux journalistes : « Pourquoi toujours caricaturer et mettre en scène des oppositions à l’intérieur du gouvernement ? »

Pourtant, la ministre finit par lâcher : « Vous connaissez ma position sur le sujet, cela fait trois ans que je dis la même chose. Je n’ai pas changé d’avis, je ne peux pas vous dire mieux. »

En 2011, lors des primaires du PS pour la présidentielle, la candidate avait marqué un pas de côté dans ce dossier, demandant notamment une nouvelle enquête publique. Mais la solidarité gouvernementale l’a hier emporté chez Ségolène Royal : « Vous n’aurez pas le sujet-verbe-complément de façon à pouvoir exploiter la polémique et sortir une alerte ! »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Notre-Dame-des-Landes : fin du procès, décision au 25 janvier

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Photo : Capture d’une vidéo du compte Twitter de Ségolène Royale : @RoyalSegolene

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Politique
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)