Sur l’île de la Réunion, 14 associations proposent d’expérimenter le revenu de base

Durée de lecture : 3 minutes

22 octobre 2014 / Mouvement Français pour un Revenu de Base

Quatorze associations de la Réunion lancent un appel pour expérimenter le revenu de base sur l’île afin d’y combattre le très fort taux de chômage. L’idée fait son chemin dans le monde et pourrait être "l’outil décisif pour transformer un salariat à bout de souffle et redonner une perspective d’émancipation sociale pour chacun d’entre nous”.


Constatant au plus près les méfaits de la crise sur l’île de la Réunion, 30 % de chômage et 60 % chez les jeunes, quatorze associations réunionnaises se sont rassemblées pour lancer un appel : expérimenter un revenu de base sur l’île de la Réunion.

La misère n’est pas une fatalité

Cette déclaration de soutien, intitulée "un revenu de base pour supprimer la pauvreté" (à lire ici), a été envoyée aux médias locaux le 17 octobre.

Une journée symbolique qui, depuis 1993, sensibilise la société sur l’éradication de la misère et fait entendre la voix des plus démunis. “La misère n’est pas une fatalité, mais bien le résultat d’un modèle de développement économique qui a montré ses limites et d’un modèle de société qui creuse les inégalités au profit d’une minorité”, rappellent les signataires de l’appel.

Face à ce constat, ces associations, personnalités et citoyens réunionnais proposent de passer à l’action et appellent à la mise en place d’un revenu de base pendant une durée minimum de deux ans, ainsi que la tenue d’études sur les conséquences de ce changement.

"Nous voulons ouvrir le débat sur ce sujet qui est la seule alternative proposée aujourd’hui pour supprimer la pauvreté", explique Loïc Damey, coordinateur local du Mouvement, lors d’une conférence de presse le samedi 11 octobre à Saint Denis.

Sur un territoire où plus d’un tiers de la population est concerné par la précarité ou la pauvreté, “il est nécessaire de sécuriser le parcours des citoyens afin d’amortir les conséquences de la crise et du chômage massif”, peut-on lire sur l’appel.

Une idée qui fait son chemin

Des expérimentations de revenu de base sont déjà en cours en Namibie et en Inde, avec des effets positifs très visibles (diminution du chômage et des hospitalisations, augmentation de la scolarisation et des études, dynamisation de l’économie locale…). L’idée est également actuellement soutenue et discutée au sein du parlement finlandais.

Quant aux craintes liées à l’effet désincitatif sur l’emploi, elles ont été démontées par les expériences menées en Amérique du Nord (Canada, États-Unis) dans les années 70.

“Inconditionnel et individuel, le revenu de base peut être l’outil décisif pour transformer un salariat à bout de souffle et redonner une perspective d’émancipation sociale pour chacun d’entre nous”, conclue l’un des membres du groupe local pendant la conférence de presse.


Le Mouvement Français pour un Revenu de Base (MFRB) est un mouvement transpartisan qui milite pour l’introduction d’un revenu de base inconditionnel en France et en Europe. L’association créée en 2013 regroupe aujourd’hui 400 adhérents et 27 collectifs locaux. En savoir plus.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Mouvement français pour un revenu de base

Lire aussi : Arrêtez de critiquer le revenu de base !

THEMATIQUE    Culture et idées
12 octobre 2019
Repas végétariens à l’école : les mères des quartiers populaires mènent la bataille
Reportage
12 octobre 2019
Appel à une rébellion internationale pour le Rojava
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Culture et idées





Du même auteur       Mouvement Français pour un Revenu de Base